Les 5 raisons pour lesquelles vous devez Publier votre Rapport GRI G4 de manière Digitale

Les 5 raisons pour lesquelles vous devez Publier votre Rapport GRI G4 de manière Digitale

Lisibilité
by Marion Dupont Marion Dupont
A- A A+

GRI G4 Digital Reporting CSR RSE

Avec les douzaines – peut-être centaines – d’articles qui ont été publiés sur le GRI G4 ces derniers mois, il n’est pas aisé de trouver un angle un peu innovant sur le sujet. Et pourtant, je crois ne pas avoir vu un seul article mettant en lumière le lien existant entre le GRI G4 et la deuxième grande tendance du reporting RSE du moment : la publication en ligne et via les réseaux sociaux. Personne n’a l’air de faire le lien entre le fait de publier un rapport basé sur le GRI G4 et publier un rapport de manière digitale. Est-ce parce que les entreprises ne peuvent avancer que d’un pas à la fois ? Avez-vous l’impression que vous devez choisir entre investir du temps, de l’argent, des ressources dans un beau rapport Développement Durable en ligne qui augmenterait votre audience, ou suivre la nouvelle et excitante version du cadre de reporting GRI ?

Si tel est le cas, c’est fort dommage car une publication en ligne et le cadre GRI G4 forment en réalité un duo pertinent, car ils se focalisent tous deux sur l’aspect le plus important de votre rapport : vos parties prenantes.

En mettant le concept de matérialité – ou de pertinence, pour les puristes – au cœur de votre processus de reporting, le G4 s’assure que le contenu de votre rapport se focalisera sur les sujets qui sont importants pour vos parties prenantes. En publiant votre rapport en ligne de manière interactive, vous augmentez sensiblement votre audience et inciterez davantage vos lecteurs à participez et à partager votre rapport. Un contenu plus intéressant et pertinent, couplé à un accès plus ouvert et un format divertissant, sont les deux faces d’une même pièce : une politique de dialogue avec vos parties prenantes plus sincère et plus engageante. L’un ne va pas sans l’autre, à moins que vous ne soyez prêt à passer à côté d’une opportunité formidable de convaincre vos parties prenantes de la sincérité et de l’efficacité de votre stratégie RSE, et donc d’influencer leurs prises de décision au travers de votre rapport.

Pour vous en convaincre, voici  les 5 raisons pour lesquelles vous devez publier votre prochain rapport G4 ou RSE en ligne, de manière digitale et interactive :

  1. Plus d’engagement et donc de dialogue : Les rendez-vous, appels téléphoniques, conférences publiques, sondages en ligne et plus récemment les réseaux sociaux, sont de loin les outils les plus utilisés par les organisations pour dialoguer avec leurs parties prenantes autour de leurs enjeux et performances RSE. Selon Cone Communications, 62% des consommateurs dans le monde utilisent les réseaux sociaux pour interpeller les entreprises sur les enjeux sociaux ou environnementaux. Mais n’est-ce pas surprenant que toutes ces conversations surviennent en dehors des rapports, et non en leurs seins ? Les entreprises doivent considérer leurs rapports comme des outils engageants et interactifs pour dialoguer avec leurs parties prenantes, et non plus comme un outil de communication « top-to-bottom » à sens unique. En mettant à disposition de vos lecteurs un rapport accessible et fournissant des fonctionnalités adaptées, ces derniers pourront laisser des commentaires, noter votre contenu, partager leurs pages préférées sur les réseaux sociaux, mais surtout vous fournir des retours pertinents sur votre rapport et votre performance. Cela vous permettra de mettre à jour votre matrice de matérialité avec des retours ciblés et améliorer votre reporting années après années.
  2. Plus de transparence et de confiance : Dans le monde d’aujourd’hui, vos consommateurs, employés et toutes vos parties prenantes en général, disposant d’une connexion internet peuvent prendre des captures d’écran et partager leurs opinions sur les réseaux sociaux et sur internet. Votre rapport n’est pas épargné : des conversations existent probablement déjà sur le web au sujet de la performance de votre entreprise. Vous ne pouvez les ignorer en cachant un PDF au fin fond de votre site web corporate, mais devez au contraire démontrer de la transparence et reconstruire de la confiance en laissant vos parties prenantes donner leurs opinions et partager leurs points de vue. Comme John Friedman (Directeur de la Communication RSE chez Sodexo) le disait récemment sur Twitter : “Si vous avez peur de ce que vos employés peuvent dire de votre entreprise sur les réseaux sociaux, votre problème ce n’est pas les réseaux sociaux.” La transparence est une valeur clef du GRI G4 et peut être grandement facilitée par un rapport en ligne.
  3. Un storytelling interactif : Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la plupart des gens ne lisent pas les rapports Développement Durable ? Car ils ne sont pas assez attractifs ni engageants ! Les gens ne consomment plus des pages et des pages de texte, mais préfèrent au contraire des contenus courts et originaux qu’ils peuvent consulter sur leurs smartphones et partager sur Instagram ou Pinterest. Ajouter des vidéos ou des infographies dans votre rapport est aujourd’hui le moyen le plus efficace de faire passer votre message. Par exemple, le G4 met l’accent sur la description de la chaine de valeur, ce qui n’est pas (avouons-le) la partie la plus captivante d’un rapport quand on est un lecteur lambda. Essayez de la représenter sous forme de carte interactive avec laquelle peuvent jouer vos lecteurs, et ils comprendront d’autant mieux le fonctionnement de votre entreprise ainsi que ses challenges !
  4. Un meilleur ciblage des parties prenantes : Un autre problème avec les rapports RSE classiques au format PDF est le fait que les parties prenantes se voient toutes proposer le même contenu, qu’elles soient clientes, employées ou fournisseurs. Mais tous ces différents groupes ne sont pas intéressés par les mêmes problématiques et n’ont pas le temps de parcourir tout le rapport pour rechercher l’information qui les intéresse. Certaines publications web permettent désormais de jouer sur différents niveaux d’informations grâce à des filtres basés sur vos groupes de parties prenantes précis, ce qui leur permet d’accéder aux informations clefs en moins de 2 clics. De plus, les lecteurs peuvent davantage jouer avec les données du rapport, en changeant leurs unités ou leurs années, et même parfois télécharger les tableaux et graphiques.
  5. Une meilleure vision de votre audience : Grâce à des outils comme Google Analytics, il est désormais facile de savoir combien de personnes ont accédé à votre rapport, l’ont lu ou partagé sur les réseaux sociaux. Vous pourrez également savoir d’où viennent vos lecteurs et combien de temps ils sont restés sur chacune de vos pages. Connaître quelle histoire les a le plus fascinés ou les a le moins convaincus devient un jeu d’enfants et vous permettra d’améliorer votre storytelling et d’affiner votre contenu.

Les entreprises font aujourd’hui face à une opportunité sans précèdent : améliorer l’impact et la portée de leurs rapports en les publiant sur le web. Un rapport digital ne changera pas l’état d’esprit d’une entreprise opaque qui ne veut pas jouer le jeu de la transparence. Le changement prend du temps, il en a toujours été ainsi. Cependant, que vous soyez un débutant ou un expert en reporting RSE, gardez en tête que fournir de meilleurs rapports, plus transparents et plus engageants, n’améliorera non seulement votre performance et réputation, mais remettra également les parties prenantes à leur place, c’est-à-dire au cœur de votre stratégie RSE.