Analyse de Cycle de Vie (ACV) : définition

Qu’est-ce qu’une Analyse de Cycle de Vie ? En quoi consiste le cycle de vie d’un produit ? Quelle méthodologie suit l’ACV ? Un exemple concret.

Définition simple de l’ACV

L’Analyse de Cycle de Vie est une méthode d’évaluation des impacts environnementaux d’un service ou d’un produit au fil de son existence, de la conception jusqu’à la gestion de sa fin de vie. Elle permet de recenser et de quantifier les flux d’énergie et de matière mis en œuvre et d’en tirer des conclusions en fonction des objectifs qui ont motivé l’étude. Elle constitue de ce fait un outil privilégié dans le cadre d’une démarche d’éco-conception.

Les principes, les exigences et les modalités de l’ACV sont définis par les normes internationales ISO 14040 et ISO 14044.

Les normes ISO 14040 et ISO 14044 font partie de la série des ISO 14000 qui régissent le management environnemental des entreprises. Pour plus d’informations :

Définition du cycle de vie d’un produit

Le cycle de vie d’un produit s’articule en 5 phases :

  • Matières premières (extraction, transformation, approvisionnement)
  • Fabrication
  • Mise en circulation (distribution, commercialisation)
  • Utilisation
  • Gestion de fin de vie (récupération, recyclage, traitement des déchets…)

Les impacts environnementaux liés aux transports sont considérés pour chacune des phases.

Méthodologie de l’ACV

Basée sur une démarche transversale qui prend en compte le plus grand nombre possible de paramètres environnementaux (sol, air, eau…), l’Analyse de Cycle de Vie se décompose en 4 étapes :

  • Définition des objectifs et du périmètre d’étude : les critères prennent en compte les éléments de référence en cas d’étude comparative, ainsi que la nature des commanditaires ou destinataires (fabricant, administration, association de consommateurs…).
  • Inventaire des flux : cette étape essentielle consiste à inventorier et quantifier l’intégralité des flux entrants (utilisation de matières premières, consommation d’énergie…) et des flux sortants (émission de pollutions, production de déchets et/ou de matières recyclées…), pour chacune des phases de cycle de vie du produit.
  • Estimation des impacts environnementaux : cette évaluation, souvent étayée via des modèles référents, est réalisée pour chacun des flux entrants et sortants inventoriés.
  • Analyse des résultats et interprétation : les résultats de l’ACV sont mis en regard des objectifs initiaux de l’étude. Cette confrontation peut déboucher sur une liste argumentée de recommandations, tant dans la perspective d’une révision de la conception du produit que pour l’optimisation de son utilisation en termes d’impacts environnementaux.

Un exemple d’ACV

Une Analyse de Cycle de Vie a été réalisée pour le compte de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie). Cette ACV concernait l’usage d’un téléphone portable de moyenne gamme, sur la base de 11 minutes par jour pendant 2 ans. Elle était destinée à l’information du grand public, dans le cadre d’un potentiel renouvellement de matériel.

Les résultats de l’étude ont donné lieu aux recommandations suivantes :

  • Éviter les modèles à écran de grandes dimensions
  • N’activer qu’en cas de besoin les fonctions gourmandes en énergie (GPS, wifi, données internet…)
  • Débrancher le chargeur après utilisation
  • Retarder le renouvellement si l’appareil fonctionne correctement
  • Confier systématiquement un appareil inutilisé à une filière de reconditionnement ou de recyclage.

À quoi sert un ACV ?

Une ACV sert à mesurer les impacts environnementaux d’un service ou d’un produit tout au long de son cycle de vie. À ce titre, on utilise l’ACV pour en quelque sorte “diagnostiquer” un produit et son impact sur l’environnement et pouvoir ainsi réduire cet impact. C’est ce qu’on appelle l’éco-conception.

Par exemple, lorsque l’on réalise l’ACV d’un vin, on s’aperçoit bien souvent que la majorité des impacts environnementaux se situent au niveau de la fabrication de la bouteille en verre, mais aussi de la fabrication du treillis sur lequel est accroché la vigne. Grâce à cette information on peut agir efficacement pour réduire le plus significativement possible l’impact environnemental de la production du vin en question.

L’ACV est donc l’outil privilégié de l’éco-conception, et à ce titre, elle est un outil très important des stratégies RSE des entreprises. En effet, grâce à l’ACV, les entreprises peuvent réduire l’empreinte écologique de leurs produits dans le cadre de leur stratégie RSE. L’ACV est donc souvent utilisé dans les rapports RSE des entreprises.

Pour plus d’information, consultez les articles suivants :