Scope 1 : définition

Scope 1 – définition : qu’est-ce que c’est ? À quoi ça sert ? Nous répondons à toutes vos questions sur le Scope 1.

Scope 1 : contexte

On parle de scope 1 dans le cadre d’un bilan d’émissions de gaz à effet de serre (GES). Lorsque l’on cherche à mesurer les émissions de gaz à effet de serre d’une entreprise ou d’un produit, on peut mesurer ces émissions selon plusieurs périmètres, du plus restreint au plus large.

Il existe trois périmètres de mesure de ces émissions : ce sont les scopes 1, 2 et 3. Pour plus d’informations à ce sujet, consultez notre définition des scopes 1, 2 et 3. 

Définition simple du scope 1

Le scope 1 est donc le périmètre le plus restreint de calcul des émissions de gaz à effet de serre que l’on peut utiliser dans un bilan carbone ou un bilan GES. Quand on mesure les émissions de GES sur le scope 1 d’une entreprise par exemple, on mesure en effet uniquement les émissions qui sont directement la conséquence des activités contrôlées par l’entreprise. Ainsi, on prend en compte les émissions liées aux usines de l’entreprise, à ses bâtiments et ses diverses installations, mais on ne prend pas en compte les émissions indirectes de l’entreprise (comme celles qui sont liées aux fournisseurs, aux transports ou à la production d’énergie).

Scope 1 : définition officielle et institutionnelle

L’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), l’organisme français qui diffuse les normes en matière de RSE et notamment de bilan carbone, donne la définition suivante du scope 1 :

Le scope 1 regroupe : les émissions directes provenant des installations fixes ou mobiles situées à l’intérieur du périmètre organisationnel, c’est-à-dire émissions provenant des sources détenues ou contrôlées par l’organisme comme par exemple : combustion des sources fixes et mobiles, procédés industriels hors combustion, émissions des ruminants, biogaz des centres d’enfouissements techniques, fuites de fluides frigorigènes, fertilisation azotée, biomasses…

Pour en savoir plus :