e-RSE.net http://e-rse.net L'actualité sociale, sociétale et environnementale positive Thu, 30 Oct 2014 17:33:27 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=3.9.2 Le Digital : un Secteur Porteur pour le Recrutement des Personnes en Situation de Handicap ! http://e-rse.net/digital-secteur-porteur-recrutement-personnes-handicap-solocal-8328/ http://e-rse.net/digital-secteur-porteur-recrutement-personnes-handicap-solocal-8328/#comments Mon, 27 Oct 2014 16:51:08 +0000 http://e-rse.net/?p=8328 A l’occasion de la Journée Mondiale du Handicap, le 9 octobre dernier, Farida Amrani, Responsable Mission Handicap & Santé au Travail chez Solocal Group, revient sur l’enjeu de l’emploi pour les personnes en situation de handicap et nous présente la politique handicap de Solocal Group. Le marché de l’emploi est incertain, notamment pour les jeunes.

Cet article Le Digital : un Secteur Porteur pour le Recrutement des Personnes en Situation de Handicap ! est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
A l’occasion de la Journée Mondiale du Handicap, le 9 octobre dernier, Farida Amrani, Responsable Mission Handicap & Santé au Travail chez Solocal Group, revient sur l’enjeu de l’emploi pour les personnes en situation de handicap et nous présente la politique handicap de Solocal Group.

Le marché de l’emploi est incertain, notamment pour les jeunes. Malgré un diplôme, il est de plus en plus difficile pour un demandeur d’emploi de se projeter dans l’avenir et dans le monde du travail.

Si, pour un jeune diplômé, la situation est complexe, que dire s’il se trouve en situation de handicap ? Le simple fait de décrocher un entretien, et donc d’avoir la possibilité de faire valoir ses compétences, est une barrière.

Depuis la loi n°2005-102 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, votée le 11 février 2005, les choses changent progressivement. En effet, la loi impose désormais à toute entreprise, de plus de 20 salariés, d’avoir au moins 6% de travailleurs handicapés au sein de ses effectifs. Dans le cadre de cette loi et de leurs politiques RSE, les entreprises se mettent en ordre de marche avec des actions concrètes. 

Le cas de Solocal Group

Depuis près de 3 ans, Solocal Group s’engage à faciliter l’insertion des personnes en situation de handicap, une démarche intégrée dans le cadre du programme « Qualité de vie et Santé au travail ». Portée d’abord par PagesJaunes, la démarche s’est, par la suite, étendue au Groupe.

En 2013, Solocal Group employait 3,9% de travailleurs en situation de handicap. Au-delà des efforts statistiques, Le Groupe a la volonté d’aborder l’intégration des travailleurs handicapés par une approche qualitative et personnalisée afin de renforcer leur employabilité.

Plus concrètement

La prise en charge d’un travailleur en situation de handicap se fait en 3 étapes :

-       Le recrutement ;

-       L’intégration ;

-       Le maintien dans l’emploi.

La politique de recrutement des travailleurs handicapés chez Solocal Group est variée. Nous participons à des forums physiques (Forum PASS POUR L’EMPLOI, Salon Paris pour l’emploi) mais également à des forums virtuels comme Handi2Day*, où les entretiens se font sans que les candidats aient besoin de se déplacer. L’objectif est d’identifier des talents, plus facilement qu’avec des méthodes de recrutement plus classiques.

Une fois les talents recrutés, nous les intégrons avec les différents acteurs internes : la médecine du travail, les ressources humaines, les partenaires sociaux et nous sensibilisons l’ensemble des salariés de l’entreprise. Cette année, lors de la Semaine pour l’Emploi des Personnes Handicapées qui aura lieu du 17 au 23 novembre, nous allons ainsi organiser sur 7 sites dont le siège, la journée de sensibilisation « Mets-toi à ma place ». Sous forme d’ateliers ludiques et conviviaux, l’objectif est de permettre à l’ensemble des salariés de percevoir et d’expérimenter le handicap pour mieux le comprendre.

Enfin, afin de maintenir les personnes en situation de handicap dans l’emploi, plusieurs actions ont été mises en place :

  • Aménager le poste de travail :

Télétravail, équipements spécifiques, ergonomie des postes, aménagement des horaires et du logement, solutions de transport adaptées etc.

  • Favoriser les échanges :

Des sessions de formation, ouvertes à tous, sont organisées régulièrement pour apprendre la langue des signes. L’objectif est de permettre aux participants de l’utiliser dans l’entreprise, auprès de leurs collègues, mais aussi dans leur vie privée, auprès de leur entourage.

  • Développer les compétences :

A la demande des salariés en situation de handicap, des formations sont mises en place afin de leur apporter des compétences supplémentaires ou manquantes (web, marketing, informatique, langues des signes…). Récemment, un salarié a reçu une formation pour maîtriser l’orthographe en lien avec ses troubles DYS. Grâce à cet accompagnement, il a pu évoluer dans la structure et obtenir une promotion.

  • Contrat de professionnalisation :

En 2013, 15 personnes handicapées ont été recrutées en contrat de professionnalisation dans le secteur de la télévente et de la relation client, ce qui leur a permis d’apprendre un métier et de développer des compétences spécifiques. A l’issue de ce contrat de professionnalisation, certains se sont vu proposer un emploi (3 apprentis ont été recruté en CDD) d’autres ont pu acquérir une expérience enrichissante à valoriser.

  • Tutorat et parrainage :

Pour faciliter leur intégration, les personnes en contrat de professionnalisation sont accompagnées par des tuteurs durant  9 ou 12 mois. Pour le métier de la télévente, il existe également un système de parrainage qui renforce l’accompagnement.

Des idées et des actions pour combattre les freins à l’embauche

L’accessibilité est une préoccupation du Groupe tant sur l’accès des locaux que sur l’utilisation des outils sur les postes de travail.

La mobilisation des équipes est également un enjeu fort en interne. C’est pourquoi nous avons développé un dispositif d’intégration accompagné d’actions de sensibilisation. Faire bouger les lignes n’est pas toujours facile, cette démarche demande beaucoup de dialogue et de pédagogie. C’est notre engagement au quotidien.

Enfin, nous mettons en place des projets originaux. Dans le cadre de sa responsabilité d’entreprise, Solocal Group a conçu une conciergerie d’entreprise gérée par des travailleurs handicapés : « Handi Zen », lancé en 2012 au siège, et étendu au site d’Eysines en 2013. En collaboration avec les conciergeries ZEN & BIEN et les Etablissements et Services d’Aide par le Travail, le Groupe participe ainsi, un peu plus, à l’insertion de personnes handicapées.

 

* Handy2Day, 8ème édition, du 27 au 31 octobre 2014

Cet article Le Digital : un Secteur Porteur pour le Recrutement des Personnes en Situation de Handicap ! est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
http://e-rse.net/digital-secteur-porteur-recrutement-personnes-handicap-solocal-8328/feed/ 0
Baromètre Bien-Être Durable 2014: Découvrez les Résultats http://e-rse.net/barometre-bien-etre-durable-8304/ http://e-rse.net/barometre-bien-etre-durable-8304/#comments Fri, 24 Oct 2014 08:07:13 +0000 http://e-rse.net/?p=8304 Les résultats de la 2ème édition du baromètre du bien-être durable viennent d’être révélés. Réalisée par Ipsos et LinkUp, l’étude met cette année en lumière l’importance croissante du développement durable comme levier d’adhésion du consommateur à une marque.  Le baromètre est divisé en quatre parties qui nous apportent de nombreux enseignements : La perception qu’ont les français du bien-être est très associée à

Cet article Baromètre Bien-Être Durable 2014: Découvrez les Résultats est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
Les résultats de la 2ème édition du baromètre du bien-être durable viennent d’être révélés. Réalisée par Ipsos et LinkUp, l’étude met cette année en lumière l’importance croissante du développement durable comme levier d’adhésion du consommateur à une marque. 

Le baromètre est divisé en quatre parties qui nous apportent de nombreux enseignements :

  1. La perception qu’ont les français du bien-être est très associée à la santé et à une vie sociale épanouie (respectivement pour 99% et 95% des français). Il est à noter également que 7 français sur 10 se sentent acteur de leur bien-être. 
  2. Le jugement sur la capacité des marques à contribuer au bien-être n’est pas si sévère puisque 50% des français et 64% des 18-24 ans pensent que les marques peuvent favoriser le bien-être.
  3. La relation marque/consommateur reste basée sur la confiance et la fiabilité mais les critères de respect, sincérité, transparence et de prise en compte de l’humain progressent.
  4. Désormais les critères de préférence d’une marque reposent sur des items liés au bien-être durable. De plus, les écarts de perception les plus importants entre la marque préférée et les autres marques se focalisent autour des critères du bien-être durable.

Retrouvez toutes les informations et les chiffres de l’étude dans le document ci-dessous :

Cet article Baromètre Bien-Être Durable 2014: Découvrez les Résultats est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
http://e-rse.net/barometre-bien-etre-durable-8304/feed/ 1
Participez à la Vie de votre Ville avec la Plateforme Participative « Dialoguons » http://e-rse.net/urbanisme-ville-dialoguons-plateforme-participative-8276/ http://e-rse.net/urbanisme-ville-dialoguons-plateforme-participative-8276/#comments Mon, 20 Oct 2014 08:08:47 +0000 http://e-rse.net/?p=8276 La révolution numérique a permis de créer de nouveaux outils, à l’instar de Dialoguons, une plateforme participative en ligne. En impliquant les habitants dans la vie publique, elle vise à multiplier les bonnes idées et à réconcilier les citoyens avec la démocratie. A l’occasion de sa première utilisation dans le cadre de la modification du

Cet article Participez à la Vie de votre Ville avec la Plateforme Participative « Dialoguons » est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
La révolution numérique a permis de créer de nouveaux outils, à l’instar de Dialoguons, une plateforme participative en ligne. En impliquant les habitants dans la vie publique, elle vise à multiplier les bonnes idées et à réconcilier les citoyens avec la démocratie. A l’occasion de sa première utilisation dans le cadre de la modification du Plan Local d’Urbanisme de la ville de Paris (PLU), découvrez ce nouvel outil démocratique 2.0.

Comprendre & Agir

Dialoguons est divisé en deux parties complémentaires : Comprendre et Agir. « Comprendre » comporte toutes les informations clés pour pouvoir participer aux débats tandis que « Agir » propose deux outils collaboratifs. D’un coté, vous pouvez débattre avec d’autres internautes autour de questions assez générales et de l’autre vous pouvez directement proposer des solutions sur une carte interactive afin de concrétiser votre contribution.

L’Open Government en action

Avec la plateforme Dialoguons, le PLU est un bel exemple d’initiative qui s’inscrit dans l’Open Government, un nouveau modèle de gouvernance. Développé en réponse aux échecs des démocraties actuelles et propulsé par la vague numérique, l’Open Government vise à améliorer la gouvernance publique en impliquant directement les citoyens. Il repose sur trois piliers : la transparence, la participation citoyenne et la collaboration. Et tout le monde y gagne : les citoyens gagnent en influence dans leur environnement, et les pouvoirs publics gagnent en légitimité et en idées pertinentes, issues des réelles problématiques.

Pour quel impact ?

La grande question est de savoir dans quelle mesure les contributions seront transposées concrètement par les pouvoirs publics. Aucune loi ne force des organismes à consulter la population. Néanmoins, les décideurs sont de plus en plus sensibles à ces démarches « bottom-top » car prennent conscience du rôle majeur que les électeurs peuvent jouer dans le processus de décision.

Et si le dialogue continue de ne pas être organisé par les pouvoirs publics, il continuera sur d’autres plateformes où ces derniers n’auront aucune prise (forum, Facebook, Twitter…).

Cet article Participez à la Vie de votre Ville avec la Plateforme Participative « Dialoguons » est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
http://e-rse.net/urbanisme-ville-dialoguons-plateforme-participative-8276/feed/ 3
maxiSOUTIEN pour microDON ! Soutenez vos Associations de Quartier ce Week-end http://e-rse.net/microdon-association-8267/ http://e-rse.net/microdon-association-8267/#comments Thu, 16 Oct 2014 15:53:34 +0000 http://e-rse.net/?p=8267 microDON organise ce Week-End, les 10 et 11 octobre, un évènement solidaire à Paris visant à récolter des fonds pour plus de 200 associations parisiennes à l’aide de micro-dons d’un montant de 2€ ou plus.  Des dons pour plus de 200 associations Après le succès de l’opération 2013 qui avait permis de rassembler 121 552€

Cet article maxiSOUTIEN pour microDON ! Soutenez vos Associations de Quartier ce Week-end est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
microDON organise ce Week-End, les 10 et 11 octobre, un évènement solidaire à Paris visant à récolter des fonds pour plus de 200 associations parisiennes à l’aide de micro-dons d’un montant de 2€ ou plus. 

Des dons pour plus de 200 associations

Après le succès de l’opération 2013 qui avait permis de rassembler 121 552€ pour 117 associations partenaires, microDON récidive cette année en rassemblant plus de 200 associations parisiennes. Pour l’édition 2014, microDON peut compter sur un réseau de plus de 200 points de vente et plus de 1 000 bénévoles mobilisés pour communiquer sur leurs associations et encourager le don auprès des parisiens.

L’argent obtenu est entièrement reversé aux associations partenaires. Cette année, l’opération est en partenariat avec le Crédit Municipal de Paris, la Fondation Macif, les enseignes Monoprix et Franprix, Passerelles et Compétences, et soutenu par la Mairie de Paris.

Participer : mode d’emploi

Samedi 10 et Dimanche 11 Octobre, les parisiens pourront demander une carte « microDON » lors de leurs achats chez Franprix ou Monoprix à l’un des 1 000 bénévoles présents dans les supermarchés, qui vous présenteront en même temps leur association. Sur cette carte figure un code barre qu’il suffira de scanner lors de son passage en caisse. Vous pourrez alors choisir la somme que vous souhaitez donner à l’association inscrite sur la carte, le minimum étant deux euros. C’est aussi simple que ça ;-) .

Liens utiles :

Source image : Flickr, MicroDON, licence Creative Commons

Cet article maxiSOUTIEN pour microDON ! Soutenez vos Associations de Quartier ce Week-end est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
http://e-rse.net/microdon-association-8267/feed/ 0
[Vidéo] La Fonte des Glaces comme Vous ne l’avez Jamais Vue http://e-rse.net/video-fonte-glaces-lavez-jamais-vue-8273/ http://e-rse.net/video-fonte-glaces-lavez-jamais-vue-8273/#comments Thu, 16 Oct 2014 15:52:57 +0000 http://e-rse.net/?p=8273 Fin septembre dernier, près de 35 000 morses se réfugiaient au nord-ouest de l’Alaska, faute de banquise. Plus impressionnant encore, la fonte des glaciers. En 100 ans entre 1900 et 2000, le cas d’un glacier issu du documentaire Chasing-Ice s’est replié de plus de 12 kilomètres. En l’espace de 10 ans, entre 2000 et 2010,

Cet article [Vidéo] La Fonte des Glaces comme Vous ne l’avez Jamais Vue est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
Fin septembre dernier, près de 35 000 morses se réfugiaient au nord-ouest de l’Alaska, faute de banquise. Plus impressionnant encore, la fonte des glaciers. En 100 ans entre 1900 et 2000, le cas d’un glacier issu du documentaire Chasing-Ice s’est replié de plus de 12 kilomètres. En l’espace de 10 ans, entre 2000 et 2010, ce même glacier s’est replié de plus de 16 kilomètres.

Et c’est justement de ce glacier dont nous faisons référence dans la vidéo suivante. En seulement 75 minutes, l’équivalent de Manhattan (un peu moins de la surface de Paris) se détache du glacier face aux équipes de tournage de Chasing-Ice, pour proposer ce gigantesque ballet de blocs de près d’1 kilomètre de haut (100 mètres en dessous du niveau de la mer et 900 mètres en dessous).

Réalisé en partenariat avec The Climate Reality Project (association co-fondée par Al Gore, déjà traité ici sur e-RSE), National Geographic et plus de 50 associations, fondations et entreprises, la vocation de ce documentaire nominé au festival de Sundance est de montrer et rendre visible à tous les effets du réchauffement climatique.

 

Comme souvent dans ce type d’ouvrage, les solutions de lutte contre le réchauffement climatique ne sont pas exposées, cependant le documentaire permet déjà aux plus « climato-scéptiques » de constater par eux-mêmes le changement, quand bien même les chiffres de l’augmentation du niveau de dioxyde de carbone soient déjà éloquents.

 

Avril 2006

fonte-des-glaces-avril-2006

 

Octobre 2006

fonte-des-glaces-octobre-2006

L’augmentation du niveau de concentration de CO2 dans l’atmosphère depuis les 650 000 dernières années, source NASA

augmentation niveau co2 nasa dioxide de carbone

Cet article [Vidéo] La Fonte des Glaces comme Vous ne l’avez Jamais Vue est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
http://e-rse.net/video-fonte-glaces-lavez-jamais-vue-8273/feed/ 2
[Interview] La Recette du Bonheur est Danoise http://e-rse.net/interview-bonheur-maniere-danois-7574/ http://e-rse.net/interview-bonheur-maniere-danois-7574/#comments Wed, 01 Oct 2014 17:23:55 +0000 http://e-rse.net/?p=7574 Découvrez dans cette interview de Malene Rydahl les clés du bonheur grâce à l'exemple danois.

Cet article [Interview] La Recette du Bonheur est Danoise est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
A l’occasion du LH Forum, nous avons rencontré Malene Rydahl, auteur du livre « Heureux comme un Danois, les 10 clés du bonheur ». Dans l’interview ci-dessous, elle vous livre sa vision du bonheur.

 

Comment sait-on que les danois sont heureux ? Y a-t-il un indicateur ?

Depuis deux ans, l’ONU commande le World Happiness Report, devenu depuis une référence. Trois économistes ont travaillé de manière globale et approfondie sur six critères avec des questions complexes. Le croisement des statistiques a permis de classer le Danemark numéro 1 en 2012 et en 2013.

 

Les questions sont à l’appréciation des interrogés. Est ce qu’elles sont fiables ?

Les réponses dépendent du sujet interrogé et de ce fait les résultats peuvent paraître subjectifs. En effet, une grande victoire sportive ou tout simplement la météo peuvent influencer sur l’humeur. Cependant, le World Happiness Report est une analyse approfondie grâce à un croisement d’une multitude de donnés . Ce sont de bons indicateurs quand même.

 

Pouvez vous nous donner les grandes raisons qui expliquent le bonheur des danois ?

Il y a trois piliers principaux.

Le premier est la confiance qui est la plus élevée au monde. Elle se situe d’abord entre les citoyens. Par exemple, vous pouvez prendre vos fruits et légumes à un stand, laisser votre monnaie et partir. Personne ne vous surveille. C’est un point de départ incroyable pour la sérénité des gens. La confiance dans les institutions est également très élevée. 84% des danois ont confiance dans leurs institutions.

L’autre pilier, c’est la liberté de pouvoir réellement choisir sa vie. L’éducation nationale essaye de développer le potentiel et la personnalité de l’enfant pour lui donner une certaine liberté et ne pas le faire rentrer dans des cases.

Enfin, l’indépendance aussi est un élément important. 70% des danois partent à 18 ans de la maison avec 760€ par mois de l’Etat. Cela leur permet de choisir sans pression leur chemin.

 

Quels sont les problèmes qui agitent le Danemark ?

Le Danemark doit faire face à des maux qui touchent également beaucoup de pays développés. La consommation d’alcool chez les jeunes et d’anti dépresseur est élevée.

La majorité des dépressions dans le monde n’est jamais détectée ni traitée et il y a un tabou à reconnaître soi-même qu’on est malade. Il faut donc beaucoup de liberté et de courage pour aller voir un docteur et suivre un traitement. On ne peut faire ça que dans les pays libres. Enfin, un anti-dépresseur n’a jamais rendu quelqu’un heureux.

 

Le Danemark est l’un des pays où le taux d’imposition est le plus proche de la France. Or dans notre pays, on constate un « ras le bol » fiscal tandis que les danois ne sont pas réticents à payer selon vous. Comment expliquez-vous cette différence ?

D’abord, comme je le disais, il y a une forte confiance dans les institutions, mais il y a aussi un sentiment de responsabilité individuelle. Chaque danois se sent individuellement responsable du projet commun. Il n’est pas victime de son propre système. Les gens sont fiers de participer. Même s’il paye un tout petit peu, c’est important.

 

Pourquoi sommes nous moins heureux en France qu’au Danemark ?

Je crois que les français ont plutôt une tendance à se sentir collectivement « malheureux » mais en réalité ils sont assez heureux individuellement. Cela étant dit je pense que la présence d’une « élite » qui sert comme point de référence pour le reste de la population peut faire du mal à l’harmonie d’un pays. Je ne suis pas sûre que cela soit une bonne idée de dire aux élèves des grandes écoles qu’ils sont « la crème de la crème »  de la France. Et les autres, l’entrepreneur qui travaille 20h par jour, les infirmières, les pompiers ? Cela ne veut rien dire en réalité et peut facilement créer un sentiment d’infériorité nuisible. On observe souvent que dans les pays heureux la notion de l’égalité et du respect de l’autre est très présente.

 

Est ce que des éléments du modèle danois peuvent être appliqués en France ?

Les valeurs ne sont pas uniquement danoises. Elles sont humaines. C’est votre choix tous les matins si vous voulez cultiver une société de confiance. A vous d’adopter un comportement de confiance envers les autres, et être quelqu’un à qui on peut faire confiance.

Je vis avec une attitude de confiance dans un pays qui ne l’est pas [la France, ndlr] et ça marche car les gens se sentent impliqués.

 

Avez vous un conseil à donner pour être heureux ?

Commencez par bien vous connaître, trouvez une vocation et choisissez ce que vous voulez faire. Revenir à l’essentiel et trouver sa place dans la société. Il faut se libérer et trouver qui on est.

 

Source image : Flickr, ThomasThomas, licence Creative Commons

Cet article [Interview] La Recette du Bonheur est Danoise est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
http://e-rse.net/interview-bonheur-maniere-danois-7574/feed/ 0
L’Importance des Big Data dans la Lutte Contre le Réchauffement Climatique http://e-rse.net/big-data-lutte-contre-rechauffement-climatique-7550/ http://e-rse.net/big-data-lutte-contre-rechauffement-climatique-7550/#comments Wed, 01 Oct 2014 10:31:29 +0000 http://e-rse.net/?p=7550 Difficiles à travailler, très volumineuses, les Big Data représentent un des plus gros enjeux de notre décennie contre le réchauffement climatique.

Cet article L’Importance des Big Data dans la Lutte Contre le Réchauffement Climatique est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
Les 8, 9 et 10 septembre derniers se tenaient la 7ème édition du Forum Convergences à Paris, le rassemblement entre acteurs publics, privés et solidaires cherchant à promouvoir les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Cette année, le Forum proposait une réflexion sur le thème suivant : « Objectif 2030 : co-construire le monde de demain ».

A cette occasion, nous avons assisté à plusieurs conférences sur le thème des Big Data et souhaitons revenir, dans cet article, sur cet enjeu d’avenir, au cœur de l’actualité.

Mais au fait… qu’est-ce que les Big Data ?

Les « Big Data » désignent un ensemble de données informatiques stockées sur des serveurs provenant, pour ne citer que quelques exemples, de messages sur les médias sociaux, de vidéos publiées en ligne, de signaux GPS de téléphones mobiles, des achats réalisés en ligne, des recherches sur les moteurs de recherche, etc.

Avec l’explosion d’Internet et du numérique, chaque jour sont générés plus de 2,5 trillions d’octets de données, dont 90% créées au cours des deux dernières années seulement.

Pour en savoir plus sur les Big Data, nous vous invitons à regarder le reportage d’ARTE illustrant la vitesse, le volume et les multiples utilisations potentielles des Big Data.

Que faire de ces données ?

Souvent considérées comme difficiles à travailler car très volumineuses, les Big Data représentent aujourd’hui une véritable opportunité de proposer un développement durable et environnementalement fiable. Elles représentent un des plus gros enjeux de notre décennie, la matière première de demain.

Dorénavant, pour renforcer une action mondiale, nous sommes confrontés à la nécessité de prouver qu’il est possible d’agir de manière efficace mais aussi abordable et les Big Data semblent être une solution. En effet, les Big Data peuvent nous aider à mieux comprendre l’impact du changement climatique sur nos vies. A toutes les échelles de la société, les Big Data permettent d’être mieux informé et donc de mieux nous diriger vers des décisions réfléchies et durables.

Aujourd’hui, des solutions basées sur l’analyse des données existent à l’échelle mondiale et doivent inspirer les dirigeants du monde à se tourner vers un futur plus durable.

Le Big Data Climate Challenge

Le 4 septembre dernier, les Nations Unies ont annoncé les gagnants du Big Data Climate Challenge, un concours international portant sur les Big Data, organisé par le programme Global Pulse de l’ONU.

Ce concours invite les universitaires, scientifiques et entreprises du monde entier à mettre en évidence la preuve que les Big Data peuvent conduire à une action contre le réchauffement climatique. De cette manière, le Challengevise à renforcer la compréhension du public et des dirigeants mondiaux grâce aux renseignements apportées par les données récoltées.

Ce concours a été lancé en mai dernier et les candidatures sont arrivées de plus de 40 pays sur plus de 20 sujets allant de la biodiversité, aux énergies renouvelables, en passant par les transports.

Les candidatures ont ensuite été évaluées sur différents critères : leur utilisation des Big Data, leur pertinence économique, l’engagement des parties prenantes, leur originalité et leur perspective d’évolution.

9 projets ont été retenus par le jury, 2 grands gagnants et 7 « projets à suivre ».

2 gagnants à oeuvrer contre le réchauffement climatique :

  • Aclimate Colombia : Il s’agit d’un outil d’aide à la décision pour les agriculteurs. Grâce à cet outil, on peut notamment informer et conseiller les riziculteurs (sur la date de plantation ou de récoltes par exemple) en utilisant les données de contrôle des récoltes, les données sur le climat, les prévisions saisonnières et les spécificités locales. L’objectif : obtenir des cultures plus productives.
  • Global Forest Watch : Il s’agit d’un système de surveillance dynamique des forêts qui permet d’accompagner les populations dans leur bonne gestion des forêts en combinant les images satellites, l’Open Data et le Crowdsourcing. Cet accès ouvert et en temps réel aux informations sur les forêts permet aux gouvernements, entreprises, ou encore ONG d’avoir des données sur la déforestation et ses impacts sur le changement climatique et de prendre des décisions éclairées.

Les représentants des ces deux projets ont été invités au Sommet sur le Climat le 23 septembre dernier. Leurs recherches ont été partagées avec les chefs d’état, des chefs d’entreprises et des représentants de la société civile.

Retrouvez aussi d’autres projets lauréats tels que Green Routing, un outil permettant de calculer les émissions de CO2 de vos déplacements grâce aux BigData, ou encore SmartSpaces, un système de contrôle énergétique des infrastructures municipales.

 

Source image : Flickr, Nikola Ostrun, licence Creative Commons

Cet article L’Importance des Big Data dans la Lutte Contre le Réchauffement Climatique est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
http://e-rse.net/big-data-lutte-contre-rechauffement-climatique-7550/feed/ 0
[Infographie] Comprendre le Changement Climatique avec Pénélope Bagieu http://e-rse.net/infographie-comprendre-changement-climatique-2-min-7536/ http://e-rse.net/infographie-comprendre-changement-climatique-2-min-7536/#comments Mon, 29 Sep 2014 13:24:15 +0000 http://e-rse.net/?p=7536 Avec cette infographie de Pénélope Bagieu, informez-vous sur le changement climatique en 2 minutes.

Cet article [Infographie] Comprendre le Changement Climatique avec Pénélope Bagieu est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
Dans le cadre de la 21e conférence des parties à la convention cadre de l’ONU sur le changement climatique qui se tiendra à Paris en 2015, l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Île de France a fait appel à Pénélope Bagieu, connue pour son blog ou encore des infographies comme celle sur la pêche en eaux profondes, ici et . Cette dernière infographie vise à informer les citoyens sur le réchauffement climatique pour les sensibiliser aux enjeux de la conférence pour le climat de Paris.

Source : iau-idf

Infographie Penelope Bagieu Climat Réchauffement Climatique Infographie Penelope Bagieu Climat Réchauffement Climatique

Cet article [Infographie] Comprendre le Changement Climatique avec Pénélope Bagieu est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
http://e-rse.net/infographie-comprendre-changement-climatique-2-min-7536/feed/ 6
Pêche Durable : Savez-vous ce qui se Cache Derrière votre Boite de Thon ? Greenpeace vous l’Explique http://e-rse.net/peche-durable-thon-greenpeace-sensibilisation-7510/ http://e-rse.net/peche-durable-thon-greenpeace-sensibilisation-7510/#comments Fri, 26 Sep 2014 11:03:46 +0000 http://e-rse.net/?p=7510 87% des familles françaises ont une boite de thon dans leur cuisine mais qui sait réellement ce qui se cache derrière une simple boite de thon ? Greenpeace a décidé d'informer et de sensibiliser les français aux méthodes de pêche destructrices utilisées par leurs marques préférées.

Cet article Pêche Durable : Savez-vous ce qui se Cache Derrière votre Boite de Thon ? Greenpeace vous l’Explique est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
87% des familles françaises ont une boite de thon dans leur cuisine et chaque français consomme en moyenne 2,7kg de thon par an. Mais qui sait réellement ce qui se cache derrière une simple boite de thon ? Greenpeace se lance dans un nouveau combat pour informer et sensibiliser les français aux méthodes de pêche destructrices utilisées par leurs marques préférées. 

Que reproche Greenpeace aux marques de thon ?

Depuis les années 1990, la pêche est devenue une activité industrielle intensive qui ne cesse d’augmenter. Cette intensification a conduit à l’apparition de techniques de pêche permettant de maximiser les quantité de poissons pêchés.

Les marques de thon françaises (qui se revendiquent souvent comme respectueuses des océans) utilisent une technique qui repose sur le « Dispositif de Concentration de Poissons, DCP« . Cette technique utilise des abris artificiels en mer où viennent se réfugier les petits poissons, qui attirent ensuite les plus gros, pour enfin ramener les thons. Cette méthode est aujourd’hui utilisé pour pêcher 40% des thons tropicaux.

https://www.youtube.com/watch?v=6l8ne1HxOss

Cette méthode est évidemment destructrice car non sélective. En plus de pêcher des poissons, les filets récupèrent également des prises inutiles (requins, raies, petits thons, tortues, etc.) qui sont ensuite rejetées mourantes à la mer.

De plus, avec cette technique, les prises sont trop importantes et les stocks s’épuisent. Selon Greenpeace, les captures ont été multipliées par 9 depuis les années 50 et aujourd’hui, il ne reste plus que 35% à 55% des stocks existants avant la pêche industrielle.

Comment Greenpeace veut faire passer son message ?

Greenpeace vient de publier un classement des marques de thon les plus vendues en France. L’association a tout d’abord envoyé un questionnaire aux dix plus grandes marques présentes dans les magasins français. Neuf ont répondu.

Espèces de thons pêchées, techniques de pêche utilisées, mesures prises pour éviter le recours à la pêche illégale, critères sociaux… Greenpeace a traqué la moindre faille de la mer au rayon des magasins.

Leur constat est sans équivoque : nous péchons trop et mal.

Greenpeace-thon-classement

Cette sensibilisation fait écho à celle entreprise en novembre dernier par association Bloom et la célèbre infographie de Pénélope Bagieu sur la pêche en eaux profondes.

Dans un second temps, des membres de Greenpeace sont venus, début septembre, au pied des bureaux des deux marques ayant obtenus le plus mauvais résultats pour rencontrer leurs salariés et les convaincre d’inciter leurs employeurs à associer la parole aux actes.

https://www.youtube.com/watch?v=wqmSMM5h6XA

Que réclame Greenpeace pour une pêche durable ?

Greenpeace souhaite informer et sensibiliser les consommateurs. Grâce au classement, les consommateurs vont pouvoir faire des choix éclairés afin de rendre le marché plus durable.

Greenpeace souhaite également faire pression auprès des marques françaises de thon pour que celles-ci améliorent leur méthode de pêche. Les marques de Petit Navire en Angleterre et en Italie ont déjà pris l’engagement de s’approvisionner en thons pêchés sans dispositif de concentration de poissons, mais la France manque encore à l’appel. Le groupe Bolton, qui possède Saupiquet à l’international, s’est également engagé dans ce sens mais l’engagement n’est pas appliqué en France. Greenpeace se bat aujourd’hui pour promouvoir deux autres méthodes de pêche durables : la pêche sur banc libre ainsi que la pêche à la canne.

Greenpeace-thons-Alternative

 

Cet article Pêche Durable : Savez-vous ce qui se Cache Derrière votre Boite de Thon ? Greenpeace vous l’Explique est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
http://e-rse.net/peche-durable-thon-greenpeace-sensibilisation-7510/feed/ 0
Economie du Partage rime-t-elle avec Performance Durable ? http://e-rse.net/economie-du-partage-perfomance-durable-7004/ http://e-rse.net/economie-du-partage-perfomance-durable-7004/#comments Thu, 25 Sep 2014 07:27:00 +0000 http://e-rse.net/?p=7004 L'économie du partage regroupe des modes de consommation alternatifs que nous associons naturellement au développement durable. Qu'en est-il réellement ?

Cet article Economie du Partage rime-t-elle avec Performance Durable ? est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
L’économie du partage existe depuis des millénaires mais elle connait ces dernières années des mutations significatives grâce à la révolution du numérique. Dans un contexte de crise écologique, les pratiques du partage apparaissent instinctivement comme des pratiques économes et respectueuses de l’environnement. Pourtant, selon une étude publiée par l’IDDRI, la réalité est toute autre : l’économie du partage doit encore intégrer certains critères pour prétendre à une véritable performance durable.

 

Les modèles de l’économie du partage

Avant de rentrer plus en détail dans la problématique, une explication de ce qu’on appelle « économie de partage » s’impose. La définition de ce terme est très floue et aujourd’hui personne ne s’entend vraiment sur son sens. Le périmètre des activités et des acteurs légitimes de l’économie du partage sont les principales pierres d’achoppements.

On peut néanmoins identifier clairement trois modèles de partage : le réemploi, la mutualisation et la mobilité partagée.

Le réemploi est le modèle le plus ancien et le plus utilisé. Il consiste à réutiliser un objet que son premier propriétaire ne désire plus. Il peut prendre la forme du don, du troc ou encore de la vente d’occasion, l’automobile étant le produit phare. Le numérique a permis de développer cette forme de partage en rapprochant les consommateurs. Selon une étude de lAdeme, les plateformes internet dédiées comme Le Bon Coin ou donnons.org représentent la moitié des produits réemployés.

La mutualisation consiste à louer (payant) ou emprunter (gratuit) un objet. C’est le modèle le moins développé car la plupart des objets ont des usages trop quotidiens qui limitent les échanges. Mais là encore, le numérique a permis de faire tomber des barrières et désormais cette forme de partage se développe rapidement à l’aide de certaines plateforme comme Zilok ou Airbnb.

La mobilité partagée rassemble les formes de partage autour des transports individuels. Le covoiturage et la location de voiture sont les offres les plus développées. Autant l’auto-partage est une forme de mutualisation que le covoiturage a la particularité d’être une offre de service. Le covoiturage de longue durée est le succès le plus notable comme l’atteste le développement de BlablaCar mais la location de courte durée (AutoLib) comme celle de pair à pair (Buzzcar, DewaysDrivy…) affichent de beaux potentiels de croissance.

Enfin, il ne faut pas confondre économie du partage et économie collaborative car cette dernière possède un sens beaucoup plus large. Elle renvoie à la consommation mais aussi à la finance, l’éducation et la production collaborative.

de en haut à gauche à en haut à droite : le Bon Coin, Zilok, Donnons.org de en bas à gauche à en bas à droite : Air Bnb, BlablaCar, Drivy

de en haut à gauche à en haut à droite : le Bon Coin, Zilok, Donnons.org
de en bas à gauche à en bas à droite : Airbnb, BlablaCar, Drivy

 

Les conditions de la performance durable

Le bilan environnemental d’un produit se calcule à l’aune du bilan énergétique de sa production, de son utilisation et des déchets qu’il génère. Il existe peu de documentation pour évaluer si l’économie du partage permet de répondre correctement à ces trois critères. Cependant elle possède de fortes potentialités à condition que les produits respectent certaines caractéristiques.

Chaque forme de partage possède ses propre modalités d’application mais nous pouvons identifier des conditions générales. L’élément clé que les constructeurs doivent intégrer dans la conception de leur produit est la durabilité. Concrètement, les produits doivent être conçus pour être plus résistants à l’usage. Dans le cadre d’une mutualisation, cette résistance accrue compensera la hausse de la fréquence d’utilisation, et dans le cadre du réemploi, elle permettra d’augmenter la durée de vie. La durabilité consiste aussi à concevoir des produits recyclables pour minimiser la réduction de la durée de vie causée par la mutualisation.

En approfondissant l’analyse sur chaque modèle, une multitude de conditions spécifiques s’ajoutent aux conditions générales, a tel point que le bénéfice environnemental de l’économie du partage n’apparait plus aussi évident qu’au premier abord. Il y a donc un véritable enjeu à prendre conscience de ce défi pour que notre intuition se traduise réellement.

Les pistes d’actions

Les auteurs de l’étude appellent à mobiliser tous les acteurs. Les entreprises doivent prendre conscience de l’enjeu, intégrer ces données dans la conception de leur produits et valoriser leur initiatives. Les consommateurs, dont la principale motivation est le gain économique, doivent être sensibilisés aux enjeux environnementaux pour influencer les entreprises et marginaliser l’hyper-consommation sur certaines plateforme telles qu’Ebay. Les pouvoirs publics, enfin, doivent animer la dialogue entre les acteurs pour adapter rapidement les réglementations et promouvoir les projets innovants.

Ce n’est qu’à la suite de la mobilisation de ces acteurs qu’une véritable prise de conscience obligera les constructeurs à intégrer la durabilité dans leur produit, et ainsi permettre à l’économie du partage de se mettre au vert.

Cet article Economie du Partage rime-t-elle avec Performance Durable ? est apparu en premier sur e-RSE.net.

]]>
http://e-rse.net/economie-du-partage-perfomance-durable-7004/feed/ 1