LafargeHolcim : l’impact environnemental du béton

LafargeHolcim : l’impact environnemental du béton

Featured Video Play Icon
Lisibilité
by Dédé Dédé
A- A A+

Dans le cadre de notre opération CAC21, nous avons permis aux internautes d’interroger des entreprises du CAC40 sur leur politique environnementale. Au total, les internautes ont posé plus d’une centaine de questions aux 20 entreprises qui ont accepté le défi #CAC21. En vidéo, les entreprises ont répondu. Vous pouvez consulter l’ensemble des vidéos et des questions sur notre page CAC21.

Bernard Mathieu, Directeur développement durable de LafargeHolcim revient sur l’impact environnemental du béton dans le cadre de la politique RSE du groupe.

Une question anonyme pour LafargeHolcim :

“Combien de CO2 émet la production d’une tonne de ciment chez Lafarge Holcim aujourd’hui et pensez vous réduire l’impact carbone de vos ciments à l’avenir ?”

Bernard Mathieu, Head Sustainable Development chez LafargeHolcim :

“À l’heure actuelle, une tonne de ciment chez Lafarge Holcim représente 575 kg de CO2 dans l’atmosphère. C’est un chiffre qui reste élevé, c’est le meilleur chiffre parmi les producteurs internationaux de ciment, nous sommes significativement plus bas que nos concurrents à l’échelle internationale.

Ce n’est pas un hasard : c’est lié à notre efficacité énergétique, et c’est aussi lié, et surtout lié à notre capacité de substituer des matières premières par des matières issues de déchets et de résidus industriels. À l’avenir nous voulons aller plus loin : notre objectif (qui en fait vient tout juste d’être approuvé par le comité de direction) est d’aller vers 40% de réduction à la tonne de ciment en 2030 par rapport à 1990.

Nous avons également des recherches assez transformationelles dans le secteur avec des nouveaux types de ciments, des nouveaux types de bétons, qui diminuent par 2 ou par 3 l’empreinte climatique. Ce sont des matériaux très innovants, issus du centre de recherche de Lyon de Lafarge Holcim, que là aussi nous voulons mettre en œuvre dans les années à venir”