Orange à la COP21 : des Paroles et des Actes

Orange à la COP21 : des Paroles et des Actes

© Stéphane Foulon pour Orange

Lisibilité
by Philippe Tuzzolino Philippe Tuzzolino
A- A A+

Evénement d’ampleur planétaire, la COP21 de Paris n’a pas seulement été l’occasion de mettre en lumière les enjeux climatiques auprès du grand public. Elle a aussi (surtout ?) permis de faire comprendre que le changement climatique est l’affaire de tous. Au-delà des négociations entre Etats, l’enjeu est tel qu’il requiert un engagement à tous les niveaux : citoyens, associations, entreprises…

Depuis le début de la COP, Orange a souhaité prendre part au débat et expliquer comment et en quoi le numérique apporte une contribution positive à la transition énergétique et écologique. Philippe Tuzzolino, Directeur Environnement chez Orange, revient sur les engagements et actions du groupe à l’occasion de la COP21.

Moins de CO2 et plus d’économie circulaire

En nous appuyant sur des propositions concrètes pour lutter contre le réchauffement climatique, nous avons abordé la COP21 avec enthousiasme et détermination.

Pour 2020, Orange s’est fixé deux objectifs majeurs en matière d’environnement :

  • réduire de 50 % ses émissions de CO2 par usages-clients (par rapport à 2006) ;
  • favoriser l’économie circulaire au sein de notre organisation.

Orange - COP21 - Nuage

Le 1er objectif peut paraître ambitieux mais sa faisabilité a été vérifiée via un travail de simulation et d’analyse sur un échantillon de 10 pays représentant 90 % de nos émissions de CO2. Cette démarche, auditée par Carbone 4 (expert indépendant reconnu en matière de transition énergétique des organisations) est d’autant plus intéressante qu’elle prend en compte les usages clients. Une approche réaliste à laquelle nous voulons associer l’ensemble des acteurs des TIC (telco, équipementiers, instances internationales…).

L’objectif de réduction des émissions de CO2 chez Orange ne date pas d’hier. En effet, tous les métiers du Groupe sont déjà mobilisés sur cette problématique. Aujourd’hui, nos efforts en matière d’émissions de CO2 portent sur trois domaines :

  • Les réseaux et data centers : notre data center de Val de Rueil (Normandie) est l’un des plus performants du secteur grâce à la mise en place d’un système de refroidissement qui utilise au maximum l’air ambiant plutôt que des systèmes de climatisations énergivores.
  • Les flottes de véhicules : au-delà de la politique d’éco-mobilité que nous avons mise en place en interne, nous avons par exemple développé, pour nos clients entreprises, des solutions favorisant le travail en itinérance et limiter les déplacements avec des services de visioconférences.
  • Les bâtiments : nous avons déployé 2 400 sites solaires pour alimenter notre réseau mobile en Afrique.

Cette politique nous a permis de faire baisser de 21% les émissions de CO2 par client depuis 2006.

Le 2ème objectif en faveur de l’économie circulaire traduit lui aussi une intensification de l’engagement du Groupe sur une problématique déjà engagée. Orange, qui se concentrait jusque là sur la collecte des mobiles (plus de 1,6 millions de téléphones mobiles collectés en 2014), veut désormais intégrer plus profondément l’économie circulaire dans ses processus. Comment ?

  • En collectant 30 % de mobiles usagés d’ici 2020 (contre 12 % en 2015) ;
  • En développant la vente de terminaux d’occasion ou remis à neuf ;
  • En favorisant la réutilisation des équipements (une antenne 3G renouvelée en France pourrait être redéployée dans d’autres pays qui en ont besoin) ;
  • En favorisant la diffusion des principes d’économie circulaire auprès de nos fournisseurs.

« Data for Climate Action » : quand la data pousse à l’action

Il est parfois difficile de faire le lien entre environnement et télécoms mais le potentiel du Big Data pour le climat est énorme.

Prenons le sujet des données des réseaux mobiles. Le monitoring du trafic des antennes relais permet d’appréhender la mobilité humaine sur une zone déterminée. Analyser et croiser ces données permet par exemple d’anticiper le pic d’utilisation des réseaux électriques et d’adapter leur capacité à répondre au bon moment à la consommation. Cette anticipation permet de dépenser 10 à 15% d’énergie en moins et d’éviter les coupures de courant dues à la surcharge.

Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres (on pourrait aussi citer la capacité des Big Data à appréhender des épisodes climatiques) mais les données ont un potentiel encore loin d’être pleinement exploité.

Orange - COP21 - Nicolas de Cordes

© Stéphane Foulon pour Orange

C’est pourquoi, dans la lignée des Challenges Orange Data for Development, le Groupe s’associe au programme « Data For Climate Action ». Porté mondialement par Global Pulse (le laboratoire Big Data de l’ONU), ce challenge invite la communauté scientifique internationale à trouver des actions concrètes pour le climat, à partir de sets d’open data mis à disposition par diverses institutions et entreprises (comme Orange) particulièrement productrices de grandes quantités de données.

Le défi s’achèvera dans le courant de l’année 2016. Les résultats de ces recherches scientifiques seront autant d’opportunités à saisir et à mettre en œuvre.

COP21 : les autres actions du Groupe

Par ailleurs, Orange a été extrêmement actif à l’occasion de la COP21.

Tout d’abord, entre le 1er et le 3 décembre, la division Innovation, Marketing et Technologie d’Orange a ouvert les portes de son Salon de la Recherche. Pendant 3 jours, 2 200 visiteurs, dont 25% de public externe, ont pu assister à 256 démonstrations et échanger sur les travaux de nos 700 chercheurs qui explorent les grands axes d’avenir tels que la connectivité ambiante, le Fog Computing, l’Internet des Objets, les Big Data et l’Intelligence Artificielle et en particulier un volet Green ITN inscrit dans notre stratégie Essentiels2020 et même au-delà, comme le développement de la future 5G. Un réseau mobile du futur offrant un débit 30 fois supérieur à celui de la 4G que nos ingénieurs travaillent à rendre… 10 fois moins énergivore !

Deuxièmement, jusqu’à fin décembre, Orange a décidé de lancer une grande campagne de sensibilisation à destination du grand public mais aussi de ses salariés. Cette campagne, intitulée les « e-cleaning days », s’inscrit dans la démarche du groupe de lutter contre la pollution numérique. Au travers de cette campagne, le groupe invite les citoyens et salariés à supprimer leurs e-mails inutiles.

Orange - COP21 - eCleaingDays

© Stéphane Foulon pour Orange

Enfin, sur le site même de la COP21 au Bourget, dans le village Générations Climat, Orange a participé à la conférence du Centre de Recherches sur les Ecosystèmes d’Altitude (CREA) afin d’expliquer comment un partenariat entre un opérateur télécom et une association de science collaborative peut contribuer à faire du Mont Blanc un site classé de recherche sur le changement climatique.

Pour approfondir toutes ces thématiques, nous proposons au grand public de visiter les coulisses de nos métiers et de nos activités. Jusqu’à la fin de l’année, via une plateforme web dédiée à la COP21, Orange invite tous ceux qui le souhaitent à découvrir comment nous pilotons notre équation énergétique et environnementale : toujours plus d’usages numériques et moins d’impact sur la planète !

Retrouvez de nombreuses interventions d’Orange lors de la COP21.