Réchauffement climatique : Big Data pour un immense défi

Réchauffement climatique : Big Data pour un immense défi

Lisibilité
by Stéphanie de Prévoisin Stéphanie de Prévoisin
A- A A+

Cet article est également disponible en anglais.

Orange s’associe au Challenge « Data for Climate Action », ouvert à la communauté scientifique internationale, afin d’intensifier la lutte contre le changement climatique. En utilisant la quantité massive de données générées par des entreprises, ce challenge a pour but de mieux comprendre les événements climatiques et mieux y faire face.

Stéphanie de Prévoisin, stratégiste Marketing Anticipation chez Orange, nous explique pourquoi et comment le Groupe contribue à cet immense défi en fournissant des données statistiques de réseaux mobiles et en réfléchissant à utiliser certaines de ses antennes relais comme autant de stations météorologiques.

Données météorologiques, messages postés sur les réseaux sociaux, flux de véhicules, tendances de consommation, volumes des transactions financières sont quelques exemples des données qui sont mises à disposition dans ce challenge. Orange participe au projet aux côtés de très grandes entreprises à travers le monde : BBVA, Crimson Hexagon, Earth Networks, Nielsen, Planet, Plume Labs, Schneider Electric, Waze.

L’utilisation de ces données pour trouver des solutions climatiques est ouverte aux chercheurs, data scientists et innovateurs participant à Data for Climate Action.

Le challenge est porté par Global Pulse, une initiative des Nations Unies pour l’innovation Big Data dans le domaine du développement et des actions humanitaires.

Télécom, Big Data et climat : quel potentiel ?

Les Big Data peuvent aider à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à renforcer la résilience des territoires, c’est-à-dire leur capacité à anticiper, gérer puis se remettre d’une crise.

Les données techniques anonymisées et agrégées issues des réseaux mobiles permettent d’estimer par exemple les densités de personnes sur une zone, ce qui peut servir pendant une inondation à orienter les efforts des services d’intervention. Analyser et croiser les données entre les usages mobile et les données d’un réseau électrique  permet aussi d’optimiser la planification d’un réseau électrique. Grâce à ces analyses, il est notamment possible de favoriser l’usage des énergies renouvelables, comme l’a montré le lauréat du challenge Orange Data For Development au Sénégal en 2015.

Proclamation des résultats du challenge Orange Data for Development en 2015, au MIT de Boston

Dans Data for Climate Action, il y a « action »

Pour le Challenge Data for Climate Action, Orange met à disposition des données issues de son réseau mobile, anonymisées et agrégées, provenant de 3 pays : France, Sénégal et Maroc. Concernant ce dernier, il s’agit d’un data set innovant, avec des données correspondant aux variations de la transmission des signaux radio entre antennes… qui semblent bien corrélées aux variations de pluviométrie locales.

Nous nous sommes appuyés sur notre expérience et savoir-faire du challenge Data 4 Development. Au sein du Groupe, nos experts techniques aident à préparer les données et établir un point d’accès sécurisé pour les équipes participant au challenge. Le reste est dans les mains des chercheurs.

UN Global Pulse a lancé le challenge Data for Climate Action le 9 mars 2017 sur son site. Les équipes pluridisciplinaires qui seront sélectionnées par UN Global Pulse et les entreprises engagées dans le projet, devront signer des conditions générales du challenge ainsi que celles des entreprises contributrices, pour se voir remettre un accès aux données et outils mis à disposition. Les équipes pourront travailler pendant environ 5 mois, avant de remettre leurs propositions d’action, qui seront évaluées pour sélection des lauréats du challenge en fin d’année.

En savoir plus sur « Data for Good » : Orange Data for Developement, « It’s time to scale up Big Data for Social Good » (en Anglais) et Data philanthropy (en Anglais).