La RSE en Inde : sur la Voie de la Responsabilité ?

La RSE en Inde : sur la Voie de la Responsabilité ?

Inde-RSE
Lisibilité
by Norbert Monti Norbert Monti
A- A A+

La RSE en Inde est en pleine ébullition ! Découvrez comment l’Inde s’est mise à la RSE, et comment ses entreprises pratiquent leur responsabilité sociale.

Avec 1,2 milliard d’habitants, dont 270 millions vivent avec mois d’1.25 dollar par jour, 60% de la population employée dans le secteur agricole et 600 millions de personne sans accès à un système d’assainissement des eaux, l’Inde est sans aucun doute un pays qui compte de nombreux défis de développement. L’Inde est aussi un pays particulièrement vulnérable aux changements climatiques et aux problématiques environnementales qui lui sont liées. De ce fait, l’Inde est un pays qui dispose de toutes les raisons de développer une RSE efficace au sein de ses entreprises.

Après avoir examiné la RSE aux Etats-Unis ici, puis en Chine dans cet article, voyons comment elle évolue dans les entreprises indiennes.

L’Inde et la RSE : histoire d’un développement rapide

L’Inde est depuis longtemps un pays où les entreprises s’engagent dans les activités philanthropiques. Les philosophes indiens ont longtemps souligné la responsabilité du business dans la sphère sociale, et cette tradition est restée présente dans l’économie actuelle, où elle a été adoptée par les industries indiennes émergentes. Avec l’indépendance du pays en 1947 et la création d’un système de capitalisme administré, les entreprises étaient déjà à la pointe des activités socialement responsables, notamment grâce à la régulation de l’Etat. Dans les années 1990, l’Inde s’est lentement ouverte et est passée à un système libéralisé, avec une croissance spectaculaire, proche des 7% chaque année depuis 30 ans. Les entreprises, désormais livrées à elles-mêmes ont-elles continué dans la démarche de responsabilité qui est ancrée dans leur tradition ?

Les quatre formes de la RSE en Inde

RSE en Inde

Les études qui ont été menées sur la RSE en Inde ont permis d’établir une sorte de typologie de l’action RSE des entreprises dans le pays. Il existerait 4 manières différentes d’aborder la responsabilité des entreprises en Inde.

D’abord la philanthropie, c’est à dire l’investissement volontaire des entreprises dans des causes qui leur semblent importantes (une tendance que l’on retrouve souvent dans la RSE aux Etats-Unis). On l’appelle l’approche « éthique ». Ensuite, la conformité réglementaire, qui consiste pour les entreprises à suivre les règlementations et orientations lancées par l’Etat indien (approche étatique). La troisième approche consiste à comprendre les entreprises comme des investisseurs, qui contribuent au bien social en créant de l’activité, de l’emploi, de la richesse, et donc du développement social et économique. C’est une approche néo-libérale de la RSE. Enfin, la dernière approche, celle des parties prenantes, conçoit la RSE comme la stratégie qui permet de prendre en compte les besoins et les situations de toutes les communautés affectées par les activités de l’entreprise.

Beaucoup d’entreprise ont abordé la RSE en Inde sous l’angle éthique. Reprenant le concept de Ghandi du « trusteeship » (qu’on peut traduire par « mandat » ou « tutelle »), elles se sont engagées dans une forme de paternalisme économique, en investissant dans des business éthiques ou dans la philanthropie, à l’image du géant Tata group. Avec ses 96 filliales, Tata dédie généralement 66% de ses profits nets à des activités philanthropiques et à des fonds de développement.

Cela n’a toutefois pas empêché l’Etat de mettre en place des régulations. La plus grande démocratie du monde a passé notamment une loi en 2010 fondant le National Green Tribunal, une institution qui fournit un cadre légal contre les atteintes à l’environnement et à la conservation de la nature, incluant la compensation des dommages (principe du pollueur payeur). En 2014, le parlement indien a également voté une réglementation qui oblige les grandes entreprises à dépenser au moins 2% de leurs profits dans les activités RSE, soit en donnant à des ONG, soit en aidant leurs communautés et leurs parties prenantes financièrement. Cela représente près de 1.800 milliards de dollars. Certains critiques considèrent que cette loi impose aux entreprises une forme cachée de taxe et de bureaucratie, d’autres estiment qu’elles permettent d’orienter le business dans la bonne direction.

La RSE en Inde : pas si simple ? L’exemple d’Internet.org

RSE en INDE

L’Inde et ses contrastes sont donc devenus progressivement un grand terrain d’expérimentation pour la RSE. Et malgré les défis économiques, environnementaux et sociaux face auxquels se trouve l’Inde, ses habitants ne sont pas prêts à accepter toutes les stratégies RSE des entreprises, notamment si celles-ci ne sont pas suffisamment inclusives.

Ainsi, lorsque Mark Zuckerberg et Facebook ont voulu tenter de lancer en Inde son programme Internet.org (visant à donner gratuitement à la population pauvre un accès partiel à Internet), cela a suscité un vif débat. Accusé par les partisans de la neutralité du net de vouloir contrôler l’accès à Internet en le limitant à certains sites, le projet a finalement été bloqué par le gouvernement indien. Certains prétendaient d’ailleurs que ce projet avait uniquement pour but de pousser les indiens à passer à une version plus complète (et plus chère) du service. Dans un pays où 60% de la population n’a pas accès à Internet, cela démontre une chose : l’Inde est prête à accueillir les initiatives de RSE et de développement, mais pas sans conditions.

Où va la RSE en Inde ?

L’Inde est donc d’ores et déjà investie dans une démarche sérieuse au niveau de la RSE. Les racines philosophiques et économiques des modèles responsables sont ancrées dans la culture indienne, et le gouvernement, les institutions, les entreprises et les consommateurs, ainsi que les lobby indiens semblent être dans une dynamique positive autour de la RSE. Pour autant, de nombreux problèmes subsistent en Inde et les entreprises indiennes sont encore loin de s’être investies suffisamment profondément pour être en mesure de les régler.

Considérant la taille de ce marché et les enjeux qui existent dans ce pays, la RSE en Inde est porteuse d’attentes extrêmement fortes, aussi bien économiquement que socialement. Comme la Chine, l’Inde est donc probablement un pays d’avenir pour la RSE, un pays à surveiller de près.

 

Crédits image : Vlad Karavaev / Shutterstock.com monotoomono / Shutterstock.com