La RSE dans les PME, comment faire ? L’exemple du référentiel BNQ 21000

La RSE dans les PME, comment faire ? L’exemple du référentiel BNQ 21000

RSE-PME
Lisibilité
by Marion Laperrouze Marion Laperrouze
A- A A+

Les petites et moyennes entreprises françaises se voient confrontées au manque de ressources dans la réalisation de leurs actions en matière de développement durable et de RSE. Un réel besoin de développer des connaissances s’est exprimé afin que les PME françaises puissent établir une stratégie en développement durable.Ce phénomène ne se limite pas à la France. De l’autre côté de l’Atlantique, la norme québécoise BNQ 21000 apporte des solutions pour développer cette expertise.

Pour qu’une entreprise puisse s’engager dans une démarche en développement durable, encore faut-il qu’elle puisse déterminer où trouver l’information qui la soutiendra dans son choix, et qui lui donnera la motivation dans son investissement. Il faut qu’elle trouve les référentiels, les méthodes, les enjeux qu’elle doit traiter, bref qu’elle sache par où commencer ! C’est ce qu’on appelle l’expertise.

Pour en savoir plus :

La RSE pour les PME : une expertise difficile à mettre en place

Cette expertise, les entreprises peuvent la trouver grâce à des outils d’information, de gestion, et d’évaluation en développement durable mis à leur disposition afin de les accompagner dans leur démarche. On pense par exemple aux normes et aux certifications, comme la norme ISO 26000 qui définit et donne les lignes directrices aux organisations socialement responsables dans leur engagement.

Mais la grande lacune de ces normes est qu’elles sont principalement destinées aux grandes entreprises, et donc adaptées à leur structure. Or, les PME ont un rôle important à jouer sur la scène économique autant que sur le plan de la RSE. Elles doivent donc être en mesure de bénéficier d’outils appropriés à leur structure, à leurs moyens financiers et humains. Et ça, les québécois l’ont compris !

RSE dans les PME

La norme BNQ 21000 pour la RSE, qu’est-ce que c’est ?

La norme BNQ 21000, ou Guide BNQ 21000, a été élaborée en 2011 par le Bureau de normalisation du Québec qui s’est fortement inspiré de la norme ISO 26 000 « Lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale » et le Guide SD 21 000 de l’Afnor.

Cet outil est avant tout destiné aux organisations du Québec afin de les encourager dans leur démarche et faciliter l’application des principes de la Loi sur le développement durable, une réglementation québécoise.

Pour cela, les entreprises disposent d’un guide qui les informe sur la norme, et présente le concept de développement durable. Ensuite, l’objectif du guide est de donner des clefs aux entreprises pour qu’elles puissent développer une culture organisationnelle autour du développement durable, et qu’elle puisse ensuite mettre en place une gestion stratégique de ces enjeux et une vraie gouvernance responsable.

Pour cela, le guide utilise des outils simples : grilles d’auto-évaluation, guides d’entretien et de consultation des parties prenantes, guides méthodologiques…

La RSE à destination des PME : l’avantage majeur de la norme BNQ 21000

Mais le principal avantage de la norme BNQ 21000 par rapport aux autres outils méthodologiques disponibles, c’est qu’elle propose une version intégrale et une version simplifiée spécialement destinée aux PME. C’est toute l’originalité de cette norme, qui prend en compte des caractéristiques de la PME : une structure organisationnelle simple, une stratégie intuitive et des relations proches avec ses employés.

Ainsi, si vous êtes une organisation de 250 employés et moins (critère d’une PME québécoise), que vos relations avec vos parties prenantes sont limitées à des informations de base, que vous n’avez jamais, ou peu, évalué l’impact environnemental et social de votre activité … cette version BNQ 21000-PME est faite pour vous !

La version simplifiée comprend trois volets :

  • La démarche d’amélioration continue: l’objectif de ce volet est de faire entrer le développement durable et la RSE dans la « conscience collective de l’organisation ». Elle comprend 7 étapes d’amélioration continue : Partager sa vision, Consulter ses parties prenantes, Constater sa situation présente, Identifier ses enjeux, Choisir ses priorités, Communiquer ses engagements et Agir progressivement. Il s’agit de poser les bases d’une culture organisationnelle intégrée relative au développement durable, au rythme de l’entreprise. Ce processus peut durer entre 6 à 10 mois pour une PME, contre 10 à 15 mois pour une grande entreprise.
  • Les outils de gestion stratégique : grâce à ce volet, on passe en quelque sorte des intentions aux actes, grâce à des outils de gestion simples (tableaux de bord, plan simplifié de communication avec les parties prenantes, matériel d’ateliers création etc.) qui sont gratuitement mis à disposition des PME pour suivre les 7 étapes. Ils sont moins nombreux que pour les grandes entreprises, simplifiés et suffisamment souples.
  • Le cadre de gouvernance responsable : c’est l’étape finale, qui consiste à définir comment la question « RSE » va être pérennisée et gérée dans l’entreprise. C’est par exemple à cette étape que l’on commence à réfléchir à nommer un « responsable développement durable », si besoin aidé par des consultants externes.

 

la RSE dans les PME : comment faire

Cet outil se veut convivial et adapté aux attentes des PME, en étant relativement souple, peu contraignant et très compréhensible.

Le projet pilote a été testé sur soixante entreprises dans le cadre de différents projets : le projet « méthode PME », le projet « entreprises d’un même secteur industriel d’activité », le projet « entreprises situées sur un même territoire »…

Des entreprises de la région québécoise Sorel-Tracy, une région reconnue pour son Technopole en écologie industrielle, ont testé les deux versions BNQ 21000.

Focus sur l’appropriation de cette norme RSE dans les PME

La grande entreprise Rio Tinto Fer et Titane a testé la version intégrale. Pour elle, l’appropriation de la norme BNQ 21000 a été une belle réussite, et chaque secteur d’activité a pu réaliser des actions priorisées. Pour parvenir à ce résultat très positif, l’entreprise bénéficiait d’excellents moyens humains et financiers. L’entreprise s’est tout de même aperçue qu’il était nécessaire d’alléger la démarche pour les PME.

Les quatre PME de Sorel-Tracy qui ont testé ce référentiel, ont eu un début mitigé dans l’appropriation de l’outil.

Néanmoins, grâce au volet n°3 (cadre de la gouvernance responsable), un organisme externe (INNOSPHERE-Solutions durables) a pu agir à titre d’observateur lors du projet-pilote. Cet organisme a accompagné ces entreprises dans leur démarche et les a aidées à mettre en place ces processus.

En combinant leurs implications, les PME de Sorel-Tracy ont su rebondir en créant un nouvel outil d’expertise adapté à leur domaine d’activité, nommé le «Durablomètre». La norme a eu donc le mérite de les aider dans le développement de leur expertise et de leur « culture RSE ».

 

La norme BNQ 21000 et son guide simplifié pour les PME semblent donc être une bonne manière de faire entrer les petites entreprises dans le monde de la RSE. Grâce à sa version simplifiée, elle est une opportunité pour les PME qui souhaitent intégrer le concept du développement durable au sein de leur culture organisationnelle.

Pour plus d’informations sur ce référentiel adapté aux PME, rendez-vous sur le site BNQ21000 ici.

  • Sylvain BOUCHERAND

    Merci pour ce retour d’expérience intéressant ! En France il y a tout de même beaucoup de guide ou outils destinés au PME pour aider les chefs d’entreprises à s’engager dans une démarche.
    Egalement, il y a de nombreuses actions collectives d’accompagnement des PME comme actuellement en Rhône-Alpes une actions financée par l’ARDI et la Région… 🙂
    Avis aux PME !

  • Marie-Julie Laperrière

    Les évaluations des projets pilotes d’application de la norme BNQ 21000 en entreprise démontrent que la PME ne peut utiliser seule la boîte à outil comme proposée sur le site, car encore trop lourd. Un accompagnement demeure nécessaire. Je pense que le gros avantage de cette norme, c’est surtout que plusieurs OBNL s’en sont inspirés pour l’adapter à différents secteurs d’activités, pour qu’elle soit encore plus accessible aux PME. Les droits d’auteurs permettent aux organisations de reprendre la norme et de l’adapter comme elles le souhaitent, en autant qu’ils mentionnent qu’ils se sont inspirés de la norme. C’est ainsi que l’industrie minière, l’industrie des plastiques, des démarches régionales ont tous adaptés la norme en fonction des spécificité des entreprises qui les représentent, et cela a permis de mettre au monde des programmes d’accompagnements-conseils simplifiés à coût abordable pour les PME. En voici quelques-uns :

    Programme écoresponsable du Conseil des industries durables : http://ecoresponsable.net/wp-content/uploads/2013/09/ECOresponsable_depliantweb_FRA.pdf

    Projet PME durable 02 : http://www.pmedurable02.com/

    Maillon vert/Pharmacie verte : http://maillon-vert.com/

  • Il est évident que la très large majorité des outils existants pour les TPE/PME sont soit trop complexes et coûteux à s’approprier soit juste utiles à faire un constat sans apport opérationnel réel.

    Parmi les outils de diagnostic & de pilotage RSE en libre accès, je recommande celui du CJD (diagnostic plus complet et comparatif) et celui de RIPOSTE VERTE (bcp plus rapide à remplir et simple à utiliser) qui est accompagné de deux autres outils complémentaires.

    GPS : http://www.gps.cjd.net/index.php
    Diagnostic RSE : http://www.riposteverte.com/diagnostic-rse
    Diagnostic Environnemental : http://www.riposteverte.com/diagnostic-environnemental
    Diagnostic Papier : http://www.riposteverte.com/diagnostic-papier

    En attendant, ce référentiel dédié aux PME est une super initiative, félicitations.

  • j keire

    Merci pour cet article, ils existent des structures de conseils en France qui realisent du mécenat de compétences pour aider/conseiller les PME / TPE. et Il faut aussi banaliser le reours a l’aide exterieure par des consultants que les TPE/PME pensent devoués qu’aux grands groupes. jkeire Theos.fr

  • N’oublions pas en France l’outil en accès libre issu d’un groupe de travail Centrale Ethique. Sur les +4.000 diagnostics réalisés, plus du tiers le sont par des structures de moins de 50 personnes. Ce qui prouve bien que l’outil est utile pour les petites structures
    http://diag26000.net/index.jsp?code=NNfp33lB1a
    ps : outil disponible aussi en anglais

  • Pingback: RSE : définition (Responsabilité Sociale des Entreprises)()

  • Pingback: Valeur d'entreprise et RSE : faut-il privilégier le court ou le long terme ?()