10 choses à faire pour renforcer votre stratégie RSE en 2018

10 choses à faire pour renforcer votre stratégie RSE en 2018

Lisibilité

Une nouvelle année commence et pour les départements RSE, c’est l’occasion de prendre un nouveau départ, de modifier certains comportements, de donner une nouvelle dimension à leur stratégie RSE.

Cette année, on vous propose 10 bonnes résolutions à prendre pour renforcer votre RSE, lui donner une véritable structure et l’intégrer au coeur de votre business. Suivez le guide.

1 – Faire (ou refaire) votre analyse de matérialité

La base d’une stratégie RSE efficace, c’est de bien connaître les enjeux de son business, ses impacts, et ses potentiels. Pour ça, il existe un outil : l’analyse de matérialité, qui permet d’identifier avec précision les postes clefs ou l’on peut agir pour le maximum de résultats.

La majorité des entreprises disposant d’une vraie stratégie RSE efficace la fondent sur une analyse de matérialité. Le début d’année, cela peut être l’occasion de la faire ou de la refaire. Pour cela, vous pouvez faire appel à un prestataire spécialisé ou engager une personne en interne. En tout cas, désormais, il semble difficile de prétendre être une entreprise responsable sans avoir fait son analyse de matérialité.

2 – Motiver votre CEO et vos instances dirigeantes

Si la majorité des stratégies RSE n’atteignent pas leurs objectifs, c’est la plupart du temps à cause d’un manque d’investissement des CEO ou des instances dirigeantes. En effet, d’après une étude publiée fin 2017, lorsque la RSE n’est pas clairement établie comme une priorité par les dirigeants de l’entreprise, elle tend à s’effacer progressivement des enjeux opérationnels après quelques mois.

Il est donc fondamental que le CEO et les instances dirigeantes soient pleinement investies dans la démarche RSE de votre entreprise, et qu’ils inscrivent ces enjeux comme des priorités business. L’une des missions fondamentales d’un directeur RSE est donc parfois de faire de la pédagogie auprès de son dirigeant ! Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

3 – Co-construire votre business case durable avec vos parties prenantes

article 173 reporting climat finance

Faire de la RSE c’est avant tout définir un business case et un business model durable. Mais qu’est-ce que ça veut dire concrètement ? Cela signifie que la RSE ne peut pas être la simple somme de mesures éparpillées comme le tri des déchets, la réduction de la consommation d’énergie ou le bien-être au travail. Au contraire, elle doit être une stratégie relativement cohérente et unifier qui touche au coeur de business de l’entreprise. C’est là, dans votre coeur de métier, que se jouent vos vrais enjeux RSE.

Pour les définir, rien de tel que de mettre en place un véritable dialogue parties prenantes, pour savoir ce que vos parties prenantes attendent de votre entreprise en termes de responsabilité. Une fois comparé à votre analyse de matérialité, vous avez tous les outils pour construire une démarche cohérente, basée sur des outils forts et systémiques comme l’éco-conception, un modèle d’affaire inclusif et éthique, un management et un marketing orientés sur la durabilité.

4 – Prendre quelques grands engagements publics sur le coeur de votre business

L’une des clefs d’une stratégie de responsabilité pérenne, c’est aussi de s’engager. Trop d’entreprises ont encore tendance à ne pas oser le faire publiquement, par peur de l’échec ou de la critique. Pourtant, en s’engageant, en se fixant des limites, des échéances, on contribue à poser les bases d’une démarche qui devra s’inscrire dans la durée.

Une fois votre business model durable défini, prenez publiquement (avec l’aide de votre CEO que vous avez déjà convaincu) 2 ou 3 grands engagements qui portent sur le coeur de votre business model : éco-conception des produits ou des services, engagement de transparence et de responsabilité sur votre chaîne d’approvisionnement…

5 – Construire une vraie identité de marque responsable

tendances-communication-marketing-2017

C’est à ce moment-là que vous pourrez vraiment développer une identité de marque réellement responsable. En communicant mieux sur vos engagements, en en faisant un axe central de la relation avec vos clients et vos parties prenantes, en construisant un story telling efficace sur votre responsabilité, vous pouvez transformer le regard que l’on porte sur votre entreprise, et vous faire identifier comme un vrai acteur responsable, une entreprise en qui l’on peut avoir confiance, et avec laquelle on peut tisser une relation durable.

Communiquer et montrer vos engagements, c’est ce qui aidera votre entreprise à se démarquer de ses concurrents grâce à la responsabilité.

6 – Mettre à jour vos pratiques de reporting

Êtes vous à jour sur vos pratiques de reporting ? Avez-vous intégré les nouveaux aspects de l’article 173 de la loi de transition énergétique ? Et ceux issus de la transcription dans le droit français de la directive européenne sur le reporting extra-financier ? Êtes vous au fait des dernières avancées de la GRI G4 ou du reporting intégré ?

La nouvelle année c’est l’occasion de faire le point sur tout ces évolutions et de se mettre à jour.

7 – Se mettre en réseau, créer des alliances

Avez-vous déjà pensé à faire de la RSE… en réseau ? De ne plus rester seul dans votre silo ? Aujourd’hui il est possible de se joindre à d’autres entreprises, dans le même secteur ou dans d’autres, pour partager des bonnes pratiques. De nombreux réseaux existent pour cela : des réseaux sectoriels, ou plus transversaux comme le Global Compact qui promeut les ODD, des réseaux professionnels comme en France le Collège des Directeurs Développement Durable, mais aussi des labels et des communautés comme B-Corp, ainsi que des groupes locaux, régionaux par exemple.

Le but de toutes ces alliances : partager, mettre en commun, co-construire.

8 – Intégrer les managers à la démarche

Un autre facteur clef de succès d’une marche RSE, c’est quand les managers sont investis dans la démarche. Quand les enjeux RSE sont clairement inscrits dans leurs priorités stratégiques. Pour cela, fixer clairement des objectifs de développement durable dans les opérations managériales peut-être un bon levier de changement. Mais aussi ajuster la part variable des salaires des managers aux résultats RSE. L’objectif : que les managers se sentent concernés par ces enjeux stratégiques et en soient le relais dans l’entreprise.

9 – Mobiliser les salariés en interne

engagement salariés RSE

Enfin, le dernier maillon de la chaîne, en interne, c’est évidemment le salarié. On sait que les salariés réclament de plus participer à la RSE de leur entreprise, qu’ils veulent plus d’information sur ce que leur entreprise met en place en termes de responsabilité, qu’ils veulent agir. Mais pour cela, il faut leur donner l’info, et parfois, faire de la pédagogie, créer des opérations en interne pour mobiliser le personnel.

10 – Ne pas oublier la RSE au bureau

Et enfin, dans le même ordre d’idée : n’oubliez pas la RSE au bureau ! Même si le coeur de la RSE ce sont vos enjeux de métier, il ne faut pas oublier que la vie au bureau est un reflet de votre identité en tant qu’entreprise. Si vos salariés au bureau ne sont jamais sollicités ou motivés pour mettre en place des gestes écolo ou responsables, ils seront moins dans l’état d’esprit adapté pour mettre en oeuvre la responsabilité de votre entreprise dans leurs activités business.

Pensez-donc économies d’énergie, réduction des déchets, et tous ces petits gestes qui contribuent petit à petit à créer une culture RSE en entreprise.