10 raisons de s’inquiéter d’un probable effondrement de nos sociétés

10 raisons de s’inquiéter d’un probable effondrement de nos sociétés

Lisibilité

Et si nos sociétés s’effondraient dans les prochaines décennies ? Et si notre capacité à survivre était remise en cause par la crise écologique, ou encore la dépendance aux matières premières ? C’est ce que croient de plus en plus d’experts.

De plus en plus d’acteurs, en France et dans le monde, s’inquiètent de la capacité de notre monde et de nos sociétés à survivre. Pas dans 1000 ou 500 ans, mais dans les prochaines décennies. Ce ne sont pas des illuminés sensationnalistes en quête d’apocalypse : ce sont des scientifiques, des experts, des politiques. En France, des auteurs comme Pablo Servigne, ingénieur et docteur en sciences, ou des politiques comme Yves Cochet (ancien ministre de l’environnement) tirent régulièrement la sonnette d’alarme : nos société pourrait s’effondrer. D’autres, partout dans le monde, issus d’institutions telles que le World Economic Forum ou la NASA estiment aussi que notre monde est sur le point de basculer vers un point de non retour. Il y a quelques mois, ce sont près de 15 000 scientifiques qui publiaient leur cri d’alarme sur la fragilité de notre écosystème et des sociétés qui en dépendent.

Pourquoi ? Comment notre monde pourrait-il bien s’effondrer ? Voici 10 explications qui permettent de comprendre ce qui rend nos sociétés si fragiles (et non, ce n’est pas nécessairement la guerre nucléaire qui nous met le plus en péril).

1 – L’extinction de la biodiversité

biodiversite economie

C’est aujourd’hui l’un des problèmes environnementaux les plus importants, les plus dangereux et malheureusement les plus sous-estimés. La biodiversité mondiale est en pleine phase d’extinction massive selon les scientifiques. Les insectes disparaissent, les oiseaux également, mais aussi les mammifères, les poissons, les plantes… Bref, tout ce qui constitue notre écosystème est en train de disparaître. Sans insectes, sans oiseaux, les chaînes alimentaires s’effondrent, la pollinisation ne se fait plus, les végétaux ne poussent plus correctement. À terme, tout cela remet en cause notre agriculture, notre économie et notre capacité de survie globalement. Une étude récemment publiée dans la Revue Nature insistait sur ce point : la meilleure façon de protéger notre économie et notre société, c’est d’agir pour préserver la biodiversité.

2 – La dégradation de la qualité des sols

La dégradation de la qualité des sols est une problématique encore très peu traitée par les instances médiatiques et politiques, alors qu’elle est sans doute l’un des chantiers les plus importants de notre action environnementale. En effet, avec la généralisation de l’agriculture intensive, du labour intensif, de l’usage des pesticides, mais aussi avec l’urbanisation rapide des milieux, les sols s’appauvrissent. La vie des sols diminue, la biodiversité des sols s’effondre et avec elles, la qualité organique de la terre se réduit. Or un sol mort, sans vie organique, c’est un sol où rien ne pousse. Encore une fois, c’est notre agriculture et notre capacité à nous nourrir qui sont remises en cause.

3 – Le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique est désormais une menace bien connue, qui met en péril notre sécurité face aux aléas climatiques et la stabilité des écosystèmes vivants. Toutefois, si tout le monde connaît le réchauffement climatique et si de grandes conférences internationales sont organisées pour organiser lutter contre ce phénomène, on observe dans la réalité assez peu d’actions mises en place. Ainsi, si les énergies renouvelables se développent, la consommation d’énergies fossiles ne baisse pas. Les émissions CO2 continuent à augmenter et l’atmosphère continue de se réchauffer. Sans action d’ampleur impliquant une réduction importante de nos consommations, le réchauffement climatique pourrait atteindre près de 6 degrés d’ici 2100. Sachant que les experts estiment que le réchauffement climatique est déjà une menace sévère à moins de 1 degré de réchauffement, il y a de quoi s’inquiéter.

4 – La menace sur les ressources en eau

Affectées par le réchauffement, polluées, gaspillées : les ressources en eau sont largement menacées dans le monde. En 2018, la menace sur la ressource en eau est devenue particulièrement visible lorsque Le Cap en Afrique du Sud est devenue l’une des premières grandes villes du monde à risquer d’épuiser totalement ses ressources en eau, et ce malgré l’accès à une infrastructure relativement efficiente dans ce domaine. Dans de nombreuses régions du monde, le manque d’eau pourrait rapidement devenir préoccupant, à la fois pour les besoins primaires des populations mais aussi pour l’agriculture ou la production d’énergie.

5 – La dépendance aux énergies fossiles

pollution-air-saison

Nos sociétés sont entièrement dépendantes des énergies fossiles. Dans le monde, une bonne partie de l’électricité est encore produite à partir de charbon ou de fioul. Même chose pour le chauffage. L’ensemble de notre transport (individuel mais aussi pour les marchandises que nous consommons) dépend des énergies fossiles. Même les infrastructures nécessaires pour produire des énergies renouvelables nécessitent des énergies fossiles pour être fabriquées. Or les réserves de ces énergies fossiles sont en train de diminuer rapidement. Chaque année, nous consommons plus d’énergies fossiles alors que les réserves accessibles se font rares. Si la tendance se confirme, si rien n’est fait pour diminuer notre dépendance aux énergies fossiles, on risque de se retrouver dans une situation où l’on ne pourra plus subvenir aux besoins primaires de nos sociétés (agriculture, production d’énergie, transport). Et pour l’heure, ce ne sont pas les énergies renouvelables qui pourront empêcher cela : en effet, aujourd’hui, les énergies renouvelables ne se substituent pas aux énergies fossiles, elles ne font que s’y ajouter.

6 – Les pollutions diverses

Que l’on parle de pollution de l’air, de pollution des sols, de nano-particules, de pollutions aux micro-plastiques, ou encore de composés organiques volatils, nous sommes de plus en plus exposés à des formes variées de pollutions. Pour certaines, nous manquons encore de recul pour en connaitre les conséquences, pour d’autres, il y a déjà des preuves de leur nocivité. Ainsi, on sait d’ores et déjà que la pollution de l’air a de graves conséquences sur la santé humaine, ou que la pollution des sols contribue à dégrader la qualité organique des terres. Tout cela menace la stabilité et la santé de nos sociétés.

7 – La raréfaction des matières premières

Comme pour les énergies fossiles, nos besoins en matières premières pourraient à terme poser problème. Aujourd’hui, nos avons besoin de métaux, de minéraux et de ressources non-renouvelables pour de nombreux usages : agriculture, informatique, production d’énergie, infrastructures… Or la plupart de ces ressources voient leurs stocks diminuer face à la demande croissante. On parle ainsi souvent des métaux rares, du lithium, du phosphore ou encore du cuivre. Certaines de ces ressources n’auraient aujourd’hui que quelques dizaines d’années de réserves disponibles compte tenu de nos usages actuels. Or nous comptons sur ces ressources pour faire la transition écologique : le lithium est aujourd’hui le principal composant des batteries des véhicules électriques, l’indium est indispensable pour la production des panneaux photovoltaïques actuels…

8 –  Les rétroactions positives des écosystèmes

Pour ajouter à ces craintes, les scientifiques ont ces dernières années mis en évidence plusieurs boucles de rétroaction positives affectant le climat et les écosystèmes. Qu’est-ce que cela veut dire exactement ? En résumé, une boucle de rétroaction positive a lieu lorsqu’un phénomène parvient à s’auto-alimenter et à s’auto-amplifier. Par exemple, dans le cas du réchauffement climatique, l’émission de gaz à effet de serre par les humains entraîne une augmentation des températures. En augmentant, les températures font fondre le pergélisol dans certaines régions du monde, ce qui entraîne des émissions de méthane (un autre gaz à effet de serre) et cela accentue donc encore le réchauffement. Le phénomène s’auto-entretient. Ces boucles existent dans de nombreux domaines : la dégradation de la qualité des sols entraîne une moindre capacité de stockage du CO2, ce qui accentue le réchauffement, qui accentue encore la dégradation des sols. La biodiversité diminue, ce qui permet à certaines espèces de devenir invasives, ce qui diminue encore la biodiversité… Lorsque certains points de bascule sont dépassés, il devient impossible (ou très complexe) d’inverser le phénomène.

9 – L’immigration et les conflits sociaux

Changement-climatique-risque-economique

Cette année, le World Economic Forum a classé les grandes crises migratoires dans son top 10 des risques les plus forts pesant sur la société mondiale. En effet, avec les crises écologiques, économiques et politiques, de plus en plus d’individus partout dans le monde sont forcés de migrer. Dans de nombreux pays, ces phénomènes migratoires sont instrumentalisés et cristallisés en vraies tensions sociales, qui s’ajoutent aux tensions déjà existantes autour des inégalités et des autres conflits sociaux. Paradoxalement, les tensions sociales et le repli sur soi risquent donc de s’accentuer à une période où justement nos sociétés auraient besoin de coopération et d’intégration pour faire face aux menaces environnementales.

10 – L’inaction politique et sociale

Malgré tous ces risques, aujourd’hui clairement identifiés par les scientifiques de tous bords, on ne peut que constater la relative inaction à la fois politique et sociale sur ce sujet. Très peu d’actions sérieuses sont mises en place pour éviter les dégradations environnementales ou lutter contre le réchauffement climatique. On a beau investir (trop peu) dans les énergies renouvelables, on continue à surconsommer, à fonder notre modèle économique sur une croissance productiviste et industrielle qui ne prend jamais en compte les externalités environnementales. On continue à fonder nos vies sur des modèles qui dépendent de la voiture individuelle (et donc du pétrole), à valoriser des formes de consommation non soutenables sans chercher à construire notre résilience. On agit, mais sans remettre en cause les mécanismes profonds qui ont causé ces menaces. Au contraire, on compte sur des solutions nécessitant toujours plus de ressources et d’énergie pour régler nos problèmes.

Au milieu de cet aveuglement général, les quelques craintes qui commencent à émerger suscitent, paradoxalement, une forme de réaction politique et sociale contre-productive : émergence de populismes, mouvements identitaires, conflits sociaux… Incapable d’identifier les racines du problème, notre société semble s’enfoncer dans une fuite en avant où elle refuse toute remise en question. Aujourd’hui, on a donc vraisemblablement de nombreuses raisons de penser que nos sociétés sont directement menacées, et que la transition nécessaire pour éviter une catastrophe est encore loin, trop loin.