15 conseils pour passer un été éco-responsable

15 conseils pour passer un été éco-responsable

vacances-ete-ecologiques-conseil
Lisibilité
by Clément Fournier Clément Fournier
A- A A+

Ce n’est pas parce que c’est l’été qu’il faut laisser tomber toutes nos bonnes résolutions écologiques. Alors suivez le guide avec ces 15 conseils pour un été éco-responsable !

1 – Des vacances moins lointaines

conseils-vacances-ecologiquesOui on sait, tout le monde a envie de partir en vacances à l’autre bout du monde pour découvrir les merveilles de la Thaïlande, de l’Australie ou du Mexique. Mais un aller-retour Paris / Mexico en avion, c’est 1.3 tonnes de CO2. Ce voyage à lui seul représente plus de CO2 que ce que nous devrions émettre au maximum en une année pour respecter l’équilibre climatique. Dans le même temps, un aller-retour Paris / Séville en avion qui permet de profiter aussi de la chaleur et du sable fin, ce n’est que 0.21 tonnes de CO2, soit 6 fois moins. Et un voyage en train dans les Gorges du Verdon ou même en Italie, c’est un impact environnemental quasiment nul. Choisir de voyager moins loin, c’est la décision la plus écolo que vous pouvez prendre pour vos vacances.

Voir notre article : 5 conseils pour des vacances éco-responsables.

2 – Choisissez le bon mode de transport

Cela dit, si vous décidez de voyager loin, il est toujours utile de choisir le bon mode de transport ! Gare aux idées reçues car ce n’est pas toujours aussi simple que l’on croit. Un aller-retour Paris / Marseille en avion par exemple n’émettra que 100 kg de CO2, alors que le même trajet en voiture émettra en moyenne 310 kg de CO2 si vous voyagez seul (dans une voiture de taille moyenne). Selon la distance, le modèle de véhicule et le nombre de passagers, il peut donc être plus rentable sur le plan écologique de prendre l’avion que la voiture. Mais dans tous les cas, le train reste généralement l’alternative la plus écologique.

Bien sûr, l’impact environnemental du transport dépend fortement des modèles de véhicules analysés, de leur carburant et des conditions de trafic. Mais en règle général, voici l’ordre des modes de transport les plus écologiques :

  1. Le train, qui est pratiquement toujours le mode de transport le plus écolo (avec 5 à 30 g de CO2 par km et par passager)
  2. Le bus
  3. Une voiture de taille moyenne occupée par 3, 4 ou 5 passagers
  4. Une grosse voiture avec 4 ou 5 passagers
  5. Un deux roues motorisé
  6. L’avion
  7. Une voiture occupée par 2 passagers ou moins
  8. Une grosse voiture occupée par 2 passagers ou moins

En résumé, si vous voyagez seul dans une voiture, vous utilisez probablement le mode de transport le plus polluant. Sachez aussi que plus votre trajet en avion a d’escales, plus il pollue puisque le décollage est l’une des phases où l’avion émet le plus de pollutions.

3 – Optez pour des barbecues plus écolo (et plus diversifiés)

viande alimentation dangerLes barbecues, c’est souvent les stars de l’été. Le problème c’est que les grillades combinent plusieurs choses pas très écologiques. D’abord, pour faire un barbecue, il faut une flamme, une braise, une source de chaleur. Généralement, on utilise soit du bois ou du charbon, soit du gaz, soit un barbecue électrique. Et chacune de ces solutions pollue. Le charbon produit du CO2 et des particules fines, les barbecues au gaz émettent des gaz à effet de serre, et l’électricité, bien qu’elle soit moins polluante en France qu’ailleurs, pollue malgré tout. Une estimation publiée par Mother Jones montrait ainsi que si un tiers des américains utilisait son barbecue durant 1 heure, cela émettrait environ 900 millions de tonnes de CO2, soit autant qu’une grosse centrale à charbon pendant 1 mois.

La solution ? D’abord opter pour le bon équipement. Un barbecue électrique sera le moins polluant, juste après le gaz, et loin devant le charbon / bois qui est bien sûr très nocif pour l’environnement. Les puristes diront qu’un barbecue n’est pas un barbecue sans charbon, mais sur le plan écologique, il n’y a pas photo. Ensuite, il faut adopter les bons gestes : choisir (le cas échéant) le charbon le plus naturel, le plus pur, sans additif, optimiser ses temps de cuisson (ne pas laisser le barbecue griller pour rien), nettoyer convenablement ses grilles pour éviter de brûler des particules nocives.

Et surtout, n’oubliez pas que la viande reste l’un des aliments les plus polluants, notamment la viande de boeuf et d’agneau. Opter pour le porc ou le poulet est déjà une manière de réduire son empreinte carbone. Sachez aussi qu’on peut faire des merveilles avec des légumes sur un barbecue. Une aubergine cuite au barbecue fera un caviar d’aubergine incroyable avec un petit goût fumé par exemple.

Voir notre article : L’impact environnemental de votre alimentation.

4 – Mangez frais et de saison

Tant que l’on parle de votre assiette, sachez qu’il est important de manger frais et de saison quand on veut être plus écolo. L’été regorge de fruits et de légumes délicieux, qui permettent de se préparer facilement des salades, des apéro et des pique-niques sains, écolo et délicieux. En plus, l’été est le moment idéal pour se mettre au fait maison et pour cuisiner soi-même ses plats. Ainsi, on évite les plats préparés, suremballés ou la junk food. Choisissez des produits bio pour aller encore plus loin.

5 – On pense au télétravail

L’été ce n’est pas que les vacances au soleil et quand on doit travailler, autant le faire de façon plus écolo. L’été, c’est le moment idéal pour tester le télétravail dans votre entreprise. Vos collègues seront sûrement partis en vacances, le bureau est à moitié vide… À quoi bon faire le déplacement jusqu’au bureau ? Négociez avec votre patron de travailler depuis chez vous si votre travail le permet, ainsi vous économisez du temps et des pollutions inutiles (notamment le transport).

Voir notre article : Le télétravail : c’est écologique et responsable.

6 – Déconnectez !

Et si l’été était aussi l’occasion de déconnecter ? Quand on peut sortir au soleil, se promener, visiter, faire du sport, aller à la plage ou dans la nature… pourquoi rester devant une télévision ou un ordinateur qui consomment de l’énergie ? Pensez aussi à déconnecter tous vos équipements lorsque vous partez en vacances, et évitez de les laisser deux semaines en mode veille dans une maison vide.

7 – Pensez à la mobilité active

Passer un été écologique c’est aussi mettre le paquet sur la mobilité active. On le sait, le principal poste de pollution d’un français, ce sont les transports. Chaque fois que vous prenez votre voiture, vous émettez du CO2. Mais l’été c’est justement le moment idéal pour mettre le paquet sur la mobilité active. La mobilité active regroupe tous les modes de transport qui utilisent la force musculaire pour avancer : vélo, marche, trottinette, skate, roller, etc… Non seulement c’est parfaitement écologique puisque ça n’émet aucune pollution, mais c’est aussi bon pour la santé et économique. Et avec le beau temps, c’est le mode de transport idéal pour profiter du soleil, des paysages et faire un peu de sport.

Voir notre article : Écologie, santé, économies : pensez à la mobilité active !

8 – Attention aux déchets

Encore plus que le reste de l’année, il faut être vigilant l’été avec nos déchets. En effet, l’été nous avons tendance à produire plus de déchets et surtout à les laisser dans la nature : pique-niques, bouteilles d’eau, déchets sur les plages, etc… Il faut donc faire d’autant plus attention : ne jetez rien dans la nature ! Faites également attention aux mégots de cigarette qui chaque année sont à l’origine de graves incendies.

9 – La bonne crème solaire

Pas d’été sans crème solaire ! Pourtant, là aussi il faut faire des choix éclairés. Toutes les crèmes solaires ne sont pas écologiques ! Beaucoup contiennent des produits chimiques qui contribuent à polluer l’océan, à affecter la physiologie des poissons ou encore des coraux. Pensez donc à choisir une crème solaire écolo et bonne pour la santé. Pour plus d’informations, suivez le guide publié par Reporterre : Bronzer écolo, avec ou sans crème.

10 – Choisissez les bonnes activités

L’été, on a évidemment le choix entre des dizaines d’activités différentes et il faut savoir que toutes n’ont pas le même impact sur le écosystèmes. Les sports motorisés comme le jet ski, le quad ou les bateaux à moteurs sont ainsi très polluants. De même, les activités comme la plongée peuvent rapidement être nocives pour l’environnement si chacun se met à toucher les coraux ou les espaces naturels. Pour choisir des activités écolo :

  • Evitez celles qui se basent sur l’utilisation intensive d’un moteur (jet ski, quad, surf tracté, etc…).
  • Lors de vos sorties dans la nature, respectez la ! Ne coupez pas de plantes, ne prélevez pas de roches ou de coraux, soyez attentifs aux animaux et aux écosystèmes.
  • Préférez des activités qui nécessitent peu de transports (et privilégiez les transports en commun) : si vous devez conduire 2h pour trouver le spot parfait pour votre session surf, ça ne sera pas très écolo de toute façon.
  • Evitez les activités qui tournent autour d’animaux sauvages. Que ce soit nager avec des dauphins, chevaucher des éléphants ou caresser des tigres, ces activités sont souvent mises en cause par les ONG de protection animale car les conditions de vie des animaux y sont souvent déplorables. Rappelez-vous que la meilleure manière de protéger un animal sauvage c’est de le laisser tranquille.
  • Si vous le pouvez, choisissez aussi des activités qui font vivre les populations locales !

11 – Maillot de bain, accessoires, équipements : choisir le bon matériel

Pour être éco-responsable l’été, il faut aussi choisir les bons équipements. Que ce soit pour les maillots de bains, les tenues de plongée, les serviettes de plage ou encore les équipements de randonnée, il existe désormais des alternatives écologiques. Dans l’ensemble, l’idée est de privilégier les matières naturelles et d’éviter celles qui sont issues de produits pétroliers ou de traitement chimiques. Alors on ne va pas se mentir, ce n’est pas évident. La plupart des maillots de bain sont en polyamide (nylon) ou en polyester, avec parfois de l’élasthane. Rares sont les maillots à utiliser des matières naturelles, bien qu’il existe désormais des matières hybrides utilisant du coton bio. D’autres marques utilisent des matériaux recyclés, notamment la marque qui utilise des filets de pêche usagés.

12 – Et si on évitait les insecticides ?

L’été, c’est aussi la saison des insectes. Les pires ennemis des vacanciers, ce sont souvent les moustiques, et pour s’en débarrasser on a tendance à utiliser les produits insecticides. Le problème c’est que ces produits ne sont ni très écologiques, ni très bons pour la santé, et surtout, ils affectent souvent également les autres espèces d’insectes dont nous avons désespérément besoin. Alors pour les vacances, évitons les insecticides, et choisissons des alternatives écologiques. Voir l’article d’Anne-Sophie Novel : 5 anti-moustiques écologiques et efficaces.

13 – Doucement sur la clim

On sait, c’est la canicule. Mais ce n’est pas une raison pour mettre la climatisation à fond. En effet, la climatisation est tout sauf écologique : elle contient des fluides très nocifs pour le climat, elle consomme énormément d’énergie. Et plus on met la climatisation fort, plus l’impact environnemental est élevé. Ainsi, il est conseillé de ne jamais dépasser une différence de 5 degrés entre la température extérieure et la température de la climatisation. Pour plus d’informations : voir notre article sur l’impact environnemental de la climatisation.

14 – Allez-y… mollo sur l’eau

Avec Connect'O réduisez votre consommation d'eau du robinetEn été, on a aussi tendance à surconsommer l’eau. On prend plusieurs douches par jour, on arrose la pelouse pour éviter qu’elle ne jaunisse, on remplit la piscine, on lave la voiture, bref on consomme plus. Le problème c’est que l’été est aussi la période où la tension est la plus forte sur la ressource en eau. Dans de nombreux zones en Europe, cette année, la sécheresse s’est déclarée et il y a donc des restrictions sur les ressources en eau. Mais il ne tient qu’à chacun d’entre nous d’avoir une consommation responsable d’eau durant l’été. Concrètement, l’idéal est d’installer un récupérateur d’eau de pluie pour tout l’arrosage de vos plantes, de ne pas multiplier les jeux d’eaux ou les bains / douches, et d’éviter les gaspillages inutiles comme les lavages à grandes eaux.

15 – Profitez de l’été pour vous sensibiliser et sensibiliser vos proches !

Et enfin, puisque vous avez du temps pour profiter de la plage, de la nature et du soleil, profitez-en pour prendre conscience de l’importance de l’écologie et pour sensibiliser vos proches. Sachez qu’une bonne partie de ce que vous allez visiter cet été risque de disparaître si on ne fait pas un peu plus attention à la planète. De nombreux sites touristiques sont menacés par le changement climatique partout dans le monde, de la Dune du Pyla au Machu Picchu en passant par la barrière de corail. Pendant que vous les contemplerez, pensez donc que ces merveilles risquent de ne plus exister. Alors agissez, et sensibilisez vos proches et vos enfants à toutes ces questions.

Et surtout bonnes vacances !