5 conseils pour améliorer l’impact de votre stratégie RSE

par Clément Fournier Clément Fournier

Comment améliorer l’impact de votre stratégie RSE ? Comment la concrétiser, la développer, la rendre plus opérationnelle ? Voici 5 conseils simples à mettre en application.

Faire de la RSE, c’est parfois compliqué. On ne sait pas par où commencer, comment évaluer ses progrès, quels référentiels choisir. On peut s’aider de nos 100 bonnes pratiques RSE à suivre, mais arrive toujours un moment où l’on finit par se demander : comment aller plus loin ? Comment améliorer l’impact de son action ? Comment concrétiser les projets ?

Voici 5 conseils de base pour améliorer l’impact de votre stratégie RSE.

1 – Ciblez les bons enjeux RSE

Une des clefs pour une stratégie RSE efficace, qui rapporte et qui améliore la durabilité de votre business model, c’est de cibler les bons enjeux. Soyons honnêtes : tout le monde se fiche plus ou moins de savoir si votre entreprise a installé un dispositif de recyclage des canettes ou mis en place une politique de réduction des papiers. C’est bien, mais ce n’est vraiment pas l’essentiel. Ce qui est important, c’est d’agir sur votre coeur de métier, c’est là que les enjeux importants se jouent : ceux qui vont affecter votre performance financière, votre réputation, la loyauté de vos clients.

Pour une entreprise des cosmétiques par exemple, la priorité c’est de travailler sur la composition des produits : sains, naturels, de provenance contrôlée, si possible certifiée et écologique, voilà la tendance. Même chose dans l’alimentaire. Une entreprise des nouvelles technologies devra réfléchir à la façon dont sont fabriqués ses produits, d’où viennent les composants et comment y intégrer l’éco-conception. L’idée, c’est que chaque entreprise doit être capable de déterminer quels sont ses vrais enjeux RSE dans son coeur de métier : comment mieux produire, améliorer l’impact social et environnemental de ses chaînes de production. Objectif : développer un vrai business model durable.

Pour cela, plusieurs outils : d’abord, l’analyse de matérialité vous permettra de déterminer quels sont les enjeux importants pour vos parties prenantes (salariés, clients, investisseurs) et ceux qui ont le plus d’impacts environnementaux, sociaux ou économiques. En croisant ces données, vous saurez où agir en priorité. Et oui, c’est probablement là que c’est le plus difficile d’agir. Mais c’es aussi là que vous aurez le plus de résultats. Ensuite, des outils comme l’Analyse de Cycle de Vie (ACV) vous permettront de déterminer pour chaque produit ou service de votre entreprise les éléments ayant le plus d’impacts environnementaux. C’est là qu’il faut agir, grâce à des techniques comme l’éco-conception.

2 – Dialoguez sans cesse avec vos communautés

Autre outil indispensable pour penser et déployer sa stratégie RSE : le dialogue. Une stratégie RSE ça ne se construit pas de façon isolée, autour d’une équipe restreinte dans un département RSE. Il faut discuter, comprendre. D’abord comprendre les attentes de ses communautés et parties prenantes (comme on vient de le voir), mais aussi co-construire, créer un vrai dialogue parties-prenantes.

Aucune stratégie RSE ne peut se déployer efficacement si elle n’est pas soutenue par les salariés de l’entreprise par exemple. Il faut donc savoir co-développer ensemble le projet, voir comment chaque échelon peut participer. Même chose du côté client : une démarche RSE doit avoir un impact positif sur le client. Elle doit améliorer son expérience, lui permettre une consommation plus responsable, lui donner de l’information sur ce qu’il achète. Les consommateurs actuels sont en recherche d’entreprises engagées et il faut donc comprendre leurs attentes pour mieux y répondre.

La clef : organisez des sessions de co-développement, de dialogue et de co-construction avec vos salariés, vos clients, vos communautés et essayer de comprendre ce qu’ils attendent de vous et ce qu’ils pensent de vos projets RSE. C’est la seule manière de placer votre stratégie RSE dans l’amélioration continue.

3 – Embarquez votre organisation, du top jusqu’au local

L’un des facteurs de succès les plus importants d’une stratégie RSE est la capacité à être incarnée dans l’organisations. Et cela vaut du top jusqu’aux plus opérationnels. Pour qu’une stratégie RSE fonctionne, il faut CEO qui assume la stratégie de son entreprise, la porte en conseil d’administration, la mette en valeur auprès des actionnaires ou des autres parties prenantes. Il faut un engagement public des dirigeants de l’entreprise. Mais il faut aussi que chaque salarié de l’entreprise soit investi, embarqué, motivé. Par exemple, une stratégie d’éco-conception ne peut être viable que si chaque ingénieur, chaque employé investi dans la fabrication du produit met en oeuvre la stratégie au quotidien.

Le grand enjeu pour un département RSE est donc d’être capable d’expliquer sa stratégie, de motiver toutes les parties-prenantes internes, d’embarquer son CEO, de manière à ce que l’ensemble de l’entreprise contribue et alimente le projet de l’entreprise. Et c’est aussi d’appliquer la stratégie au niveau local ! C’est là que vos communautés verront les résultats de votre stratégie RSE : dans vos magasins, vos usines ou dans vos opérations quotidiennes, au plus près de vos clients.

4 – Faites en votre identité et sensibilisez

Une fois la stratégie RSE développée, co-construite et les parties prenantes de l’entreprise mobilisées en interne, reste à inscrire votre stratégie RSE dans le coeur du story-telling de l’entreprise. C’est là que se joue l’impact en termes d’image et de performance économique ! Le vrai objectif d’une stratégie doit être de transformer l’identité d’une entreprise ou d’une marque, de lui donner un sens nouveau.

Concrètement, qu’est-ce que cela veut dire ? Que la RSE doit faire partie intégrante de l’histoire que raconte l’entreprise, de sa communication, de son marketing, de la façon dont elle vend ses produits. Désormais, vous ne vendez plus seulement des produits, mais des produits durables, sains, naturels, à impact positif, ou locaux, made in France… Désormais, vous ne cherchez plus seulement à faire du bénéfice, mais à créer de la valeur partagée pour l’ensemble de la société, créer de l’impact positif. C’est ce type de messages qui permettra d’attirer les consommateurs de demain, attentifs à la transparence, à l’authenticité, à l’innovation positive. C’est là que vous aurez un avantage comparatif sur vos concurrents les moins engagés. C’est là que vous attirerez les investisseurs.

5 – Soyez leaders

Enfin, dernière étape pour développer l’impact de votre stratégie RSE : être un leader sur le développement durable. Innover, créer de nouveaux business models plus durables, éco-concevoir, c’est bien, mais c’est encore mieux de le partager. Créer des groupes de travail sur les questions de développement durable, embarquer vos fournisseurs, vos partenaires commerciaux, intégrer les contraintes RSE dans vos contrats de sous-traitance, mais aussi financer de nouveaux projets, incuber des start-up durables… Voilà autant de manières de développer un leadership sur les questions RSE.

Être leader, c’est aussi donner l’exemple et c’est comme ça qu’on créé une émulation positive sur les sujets RSE.