Peut-on mettre nos capsules de café en aluminium Nespresso dans les poubelles de recyclage ? Réponse de Nespresso

par Grégoire Cojan Grégoire Cojan

En 2016, le marché français du café représentait plus de 40 milliards de tasses. Un marché dynamique et dominé par les capsules au détriment du café filtre. Pionnier du café portionné, l’entreprise suisse Nespresso s’impose depuis sa création comme un acteur conscient de son impact sur les Hommes et leur environnement. L’entreprise propose notamment à ses clients de nombreuses solutions de recyclage de proximité et co-finance depuis 10 ans la première filière de recyclage des petits emballages métalliques en France, qui bénéficie à plus de 10 millions de Français. Grégoire Cojan, Directeur Technique et Développement durable de Nespresso France, revient sur la création des filières de recyclage de l’entreprise.

S’assurer de la fin de vie des capsules en aluminium, une priorité pour Nespresso

Nous avons choisi l’aluminium pour nos capsules car c’est le meilleur matériau pour préserver les arômes du café de la lumière, de l’oxygène et de l’humidité, tout en étant 100 % recyclable. Pour le recycler, Nespresso a décidé dès 2008 de mettre en place une filière de collecte et de recyclage de ses propres capsules via notamment les boutiques ainsi que des points relais et déchèteries partenaires. Aujourd’hui, cette filière compte plus de 5 500 points de collecte et 9 clients sur 10 disposent d’une solution de collecte à proximité de leur domicile. Une fois collectées, nos capsules sont acheminées dans un centre de recyclage afin de séparer l’aluminium et le marc de café qui seront respectivement recyclés en nouveaux objets comme des canettes et vélos, ou valorisés en biogaz et compost.

Pour simplifier plus encore le geste de tri, Nespresso a souhaité intégrer sa capsule à la filière collective de recyclage. Pour cela, nous avons étudié le tri sélectif, les « bacs jaunes », et avons constaté que le système de tri de l’époque ne recyclait pas les objets de moins de 7 centimètres, quel que soit le matériau. En cherchant une solution durable pour nos capsules, nous avons mis le doigt sur un problème plus global, impliquant les nombreux déchets en aluminium qui passent au travers du tri sélectif tels que les plaquettes de médicaments, canettes écrasées, petits aérosols ou encore gourdes souples de compote.

C’est en visitant un centre de tri français à Sarcelles que nous avons trouvé la solution technique : la machine à courant de Foucault. Pour déployer cette initiative, nos équipes ont rassemblé des acteurs publics (Citéo, collectivités via l’Association des Maires de France) et privés (France Aluminium, Bel, Materne, Coca Cola…). Nous avons ainsi créé le CELAA (Club de l’Emballage Léger en Aluminium et en Acier) afin de mettre en place un collectif stratégique et engagé qui se donne 4 ans pour démontrer la viabilité écologique et économique du projet. Nespresso dote quatre centres de tri de machines à courant de Foucault de 150 000 euros chacune.

Déployer le projet à travers la France : l’objectif de Nespresso

Près de 10 ans après le lancement du projet, les résultats sont sans appel pour Nespresso France. Aujourd’hui, 15 % des Français peuvent jeter simplement leurs capsules et tous leurs petits emballages métalliques directement dans leur bac de recyclage. Persuadés que le changement ne s’opérera pas sans les collectivités, nous avons également créé le Fonds de dotation pour le recyclage des petits aluminiums. Notre engagement : verser 300 euros aux collectivités par tonne d’aluminium récupérée par les centres de tri et ce quelle que soit la teneur en capsules. En France, nous investissons près de 5 millions d’euros par an en faveur du recyclage.

La prochaine étape est d’atteindre près de 50 % de la population française en 2022 grâce à la collaboration de la ville de Paris, qui proposera cette solution dès 2019 à tous les parisiens. En effet, les habitants de la ville pourront jeter leurs capsules Nespresso et tous leurs petits emballages en aluminium dès l’année prochaine, directement dans les poubelles jaunes de la capitale. Paris viendra ainsi rejoindre les agglomérations de Rennes, Nice, Perpignan, La Rochelle, ou encore toute la Vendée par exemple, déjà équipées.

Nespresso France a initié et reste très investi dans ce projet collectif de longue haleine. Nous sommes persuadés que notre investissement, humain et financier, est largement compensé par la fierté d’ouvrir la voie aux collectivités et à nos concurrents afin de nous assurer de la fin de vie des emballages.