Les conditions indispensables pour mobiliser ses collaborateurs autour de la RSE

Les conditions indispensables pour mobiliser ses collaborateurs autour de la RSE

Lisibilité

A A A

En 2009, le cabinet Des Enjeux et Des Hommes produisait avec le Comité 21 un guide de la « Mobilisation des équipes pour le Développement Durable : 10 fiches pratiques du déclic à l’action ».

Aujourd’hui, les entreprises sont encore loin d’avoir réussi à créer une action de mobilisation pérenne pour mettre en œuvre la démarche RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise) en interne, comme le dévoile les résultats de l’enquête « Engagements des salariés dans le Durable » menée fin 2016 par Des Enjeux et Des Hommes et Ekodev, en collaboration avec l’institut ViaVoice. C’est presque paradoxal quand on prend conscience de tous les efforts consentis par quelques leaders RSE en entreprise pour :

rse-engagement-salarieEt pourtant les principes détaillés dans le guide s’appliquent toujours ! Mais alors, qu’est-ce qui fait la réussite d’un engagement des équipes dans une démarche RSE ? Réponse avec Alexandre Bader, consultant chez Des Enjeux et Des Hommes.

1ère vérité : il est inutile de chercher à répliquer les idées et pratiques inspirantes d’autres entreprises, chaque groupe d’individus est unique

Selon l’activité de l’entreprise, sa culture, le « point de départ » de ses équipes ou les objectifs attendus, le chemin à emprunter varie sensiblement. Inutile donc de chercher à reprendre les bonnes idées des autres ; vous êtes et avez déjà toutes les solutions en vous. Cependant, vous ferez les bons choix en utilisant la méthode de « cycle de la mobilisation ».

Voici les étapes à suivre, dans l’ordre :

  1. Provoquez un déclic : proposez des actions de sensibilisation de la manière la plus présente et constante possible, afin de monter le niveau de conscience des équipes face aux enjeux de Développement Durable liés à leur entreprise, leur métier et leurs parties prenantes. C’est ici que le sens de l’engagement RSE prend forme. À vous ensuite de choisir le ton… Partir des problèmes ou plutôt des solutions ?
  2. Equipez vos soldats : développez des actions de formation destinées à acquérir de nouveaux savoirs (des connaissances voire une expertise), de nouveaux savoir-faire (des pratiques professionnelles pour le quotidien), et de nouveaux savoir-être (des comportements, un nouveau langage voire une nouvelle manière de coder une relation).
  3. Passez à l’action : ancrez de nouvelles pratiques dans le quotidien des collaborateurs pour éviter un retour aux « mauvaises habitudes ».

2ème vérité : Les acquis des actions de sensibilisation et de formation s’effacent toujours avec le temps

Sur ces trois étapes déterminantes, seule la dernière étape, celle de l’ancrage du Développement Durable au sein des équipes, est susceptible de créer de la valeur pour les collaborateurs, pour l’entreprise et pour toutes ses parties prenantes (concept de la « création de valeur partagée » ou extensive). En effet, la sensibilisation et la formation des équipes autour du Développement Durable lié à leur entreprise n’a pour objectif que de leur donner la conscience et la compétence de changer leurs propres pratiques et les métiers.

Malheureusement, les trois quarts des efforts consentis doivent se concentrer spécifiquement sur ces actions de sensibilisation et de formation pour maintenir constamment auprès des équipes leur capacité à ancrer de nouvelles pratiques dans leur quotidien. Surtout que les collaborateurs restent aujourd’hui si peu de temps à leur poste…

Un bon leader cherchant à mobiliser ses équipes de façon durable acceptera de devoir constamment redémarrer un cycle de mobilisation, de la même manière qu’un enseignant chaque année à la rentrée des classes. Mais il pourra compter sur son expérience pour améliorer sans cesse sa manière de conduire la sensibilisation et la formation.

3ème vérité : Ancrer durablement le développement durable dans les pratiques de vos collaborateurs est un jeu d’échecs

Le proverbe « puisque la culture est si puissante, changeons-là et les comportements suivront » est par expérience faux ! Rédiger des chartes, s’évertuer à faire des discours sur les nouvelles valeurs ou encore organiser un évènement référence sans suivi, est une perte de temps, d’argent et d’hommes.

Vous devez concentrer vos efforts à créer une dynamique au sein des différentes entités pour toucher les personnes amenées à changer leurs habitudes. Pour ne pas perdre le cap, deux questions sont capitales : Quelle est l’ampleur du changement recherché (modification plus ou moins profonde des pratiques, impacts des changements sur l’organisation…) ? Quelle est la largeur du changement souhaitée (nombres de collaborateurs et d’entités concernés, urgence des changements à opérer…) ?

Ainsi votre plan de bataille se dessinera, selon quatre schémas :

Chaque approche dispose de ses atouts et de ses conditions de succès.

Enfin, à vous d’accompagner les collaborateurs dans la durée en suivant et mesurant les progrès réalisés afin de célébrer les efforts consentis ! Qui sait, peut-être que vous arriverez à faire évoluer le management ? Le Développement Durable n’est pas une destination, mais un voyage.

Envie d’aller plus loin ? Retrouvez les 10 fiches pratiques du guide de la « Mobilisation des équipes pour le Développement Durable : du déclic à l’action » :

  1. Comment clarifier les objectifs ?
  2. Quelles approches et types d’action (sensibilisation vs. formation vs. ancrage) ?
  3. Quel mode de déploiement ? Quel timing retenir ?
  4. Comment identifier et lever les freins ?
  5. Quel pilotage ? Quels acteurs impliquer ? Comment mesurer les résultats d’une action de mobilisation ?
  6. Comment convaincre en interne ?
  7. Comment réaliser un bon cahier des charges ? Comment choisir et évaluer les offres des prestataires ?
  8. Quel plan de communication ?
  9. Comment ancrer le changement dans les pratiques ? Comment maintenir la dynamique dans le temps ?
  10. Quels facteurs clés de succès d’une démarche de mobilisation ?