Pêche Responsable : Comment est Pêché le Poisson que nous Consommons ?

par Niels de Girval Niels de Girval

Consommation-poisson-responsable

Les engins utilisés pour la pêche professionnelle sont indiqués depuis quelques années sur les produits industriels à base de poisson : en plus de savoir la zone de pêche FAO vous pouvez ainsi évaluer le nom de l’engin utilisé pour vous fournir ce filet de Saumon ou ces croquettes de Colin. Mais au-delà de la mention, le consommateur connaît-il vraiment l’impact écologique des engins de pêche ? C’est l’occasion pour nous de faire un panorama des engins de pêche utilisés pour nous fournir notre poisson, toujours dans l’idée de devenir un véritable consomm’acteur responsable de ses choix.

Les engins de pêches sont divisés en deux catégories principales : les engins dormants (ou passifs) et les engins actifs. Disons le tout de suite, les engins actifs sont forcément plus impactant sur le milieu naturel et les ressources halieutiques. Néanmoins les efforts de l’IFREMER conduisent à améliorer le « graal » des pêcheurs modernes : la sélectivité.

La pêche responsable et les engins dormants

Ils sont de plusieurs types et comme leur nom l’indique, ils reposent souvent au fond – mais pas toujours.

– Le casier

engins de pêche casiers

Champion de la sélectivité, il permet de nous offrir des mollusques (buccins, bulots) et des crustacés (araignées, tourteaux) voir quelques poissons de fond. Le principe est simple : on attire l’animal avec un appât, qui ne pourra pas ressortir de la nasse.
Son atout majeur est donc sa sélectivité, mais un navire caseyeur peut mouiller une centaine de casier : son impact sur les espèces marine peut donc être important si les zones de pêche et les saisons ne sont pas respectées.

Note : 8/10, à privilégier !

– Filet maillant

Avec cet outil on bascule du « côté obscur » : certes le filet maillant peut être un bon engin pour la préservation des habitats, mais quand il est mal utilisé c’est une terrible plaie pour les océans.

engin de pêche filet maillant

Le principe est simple : un filet est mouillé au fond de l’eau ou juste sous la surface. Il peut donc être attaché au fond, ou flotter (filet dérivant). Dans sa version fixée, il est considéré comme un outil sélectif, étant bien adapté à l’espèce pêché par la taille de ses mailles. Dans sa version dérivante il est le plus impactant pour l’environnement, les risques que celui-ci se transforme en « filet fantôme » étant beaucoup plus important. Un filet fantôme est un engin perdu et donc continuant de pêcher sans jamais être relevé. Ces filets sont mortels pour les ressources halieutiques, conduisant à un gaspillage des ressources. Il faut ajouter qu’un filet maillant dérivant est beaucoup moins sélectif qu’un filet maillant posé, capturant dauphines et tortues, ce qui a valu son interdiction depuis 2002 dans les eaux européennes.

Note : 6/10, à éviter si c’est possible.

– Palangre

Cet outil fait lui aussi débat : beaucoup utilisé en zone tropicale et équatoriale, il permet de capturer thons, thazards et quelques espèces de fond.

engin de pêche palangre

Le principal problème vient de son fonctionnement : ce n’est ni plus ni moins qu’une grande ligne composée de milliers d’hameçons appâtés, qui sélectionne donc les espèces visées selon les appâts et la taille de l’hameçon. Comme les filets maillants les palangres peuvent être sous la surface ou au fond. Dans les faits cet outil est peu sélectif, aussi bien sur la taille des individus que dans les espèces visées, avec un impact très important sur les espèces au sommet de la chaîne alimentaire (notamment les requins). Son attrait vient de son faible coût et de la qualité du poisson pêché : elle est la même que celle du poisson de ligne.

engin de pêche requin pris dans une palangre

Note : 4/10, à éviter, tout simplement !

Les engins actifs : vers une pêche plus durable ?

– Les lignes

Ligne à main ou à traîne, le principe est le même. Il s’agit de pêcher le poisson vivant, afin de garantir la meilleure qualité. En pratique on appâte le poisson avant de laisser filer une ligne avec un leurre synthétique et des hameçons. On peut laisser le train de ligne suivre le navire ou pratiquer la pêche à la canne, comme c’est le cas pour certains thons espagnols. En France le poisson le plus connu issu de cette technique est le « Bar de ligne », d’excellente qualité, mais l’on pêche également le Tacaud, le Lieu jaune, le Merlu ou le Maquereau.

engin de pêche lignes

Cette pêche n’impacte pratiquement pas le milieu marin, même si elle est peu efficace d’où un prix de revient important pour le poisson issu de cette filière.

Note : 8/10, à privilégier selon sa provenance !

– La senne coulissante

engin de pêche senne coulissante

La senne coulissante est un immense filet que le navire va progressivement refermer, pour encercler et capturer un banc de poisson. A l’aide de sonars le pêcheur peut savoir de quelle espèce il s’agit, et ainsi limiter les prises accessoires. De même en cas de mauvaise sélection, le navire peut décider de rouvrir le filet et donc d’éviter de remonter une pêche de mauvaise qualité. Cet outil présente donc une bonne sélectivité, à l’exception notable des thoniers senneurs : ceux-ci utilisent cet engin pour capturer des bancs de thons, principalement en méditerranée. Cette pêche est responsable de nombreuses prises accessoires de dauphins notamment.
En France cette technique est souvent utilisée pour la bonne qualité du poisson qu’elle fournit. Une variante côtière existe, la bolinche, de dimension plus modeste et utilisée pour les « poissons bleus » que sont la sardine, le maquereau ou l’anchois.
Cet engin fournit donc un poisson de qualité, qui n’a pas été étouffé dans un chalut par exemple, tout en ayant une plutôt bonne sélectivité. En revanche la mortalité accessoire peut être importante dans certains cas, les poissons étant souvent endommagé en cas de rupture de la senne ou de mauvais temps.

Note : 7/10, à privilégier selon l’espèce (éviter le thon) !

– Le chalut pélagique

La très large famille des chaluts va du fond à la surface de la mer : il existe un engin pour chaque pratique. Le principe est néanmoins le même pour tous : un immense filet en forme de poche est traîné derrière un ou deux navires chalutiers, avant d’être rapporté à bord.

engin de pêche chalut pélagique

Le chalut pélagique est celui ayant le moins d’impact sur le milieu, hormis sur les cétacés comme les dauphins, victimes collatérales de la pêche industrielle. Il permet, un peu comme la senne coulissante, de pêcher des poissons pélagiques (vivant au milieu de la colonne d’eau) vivant en bancs. Il est donc sélectif mais ne fournit cependant pas un poisson de très bonne qualité, la ressource s’entassant au fond de l’engin. La consommation importante de diesel pour tirer le chalut est également un point négatif.
D’autres engins, tels les chaluts de fond ou de pêche à la crevette sont très impactant sur le milieu marin ou font preuve d’une sélectivité médiocre. L’IFREMER travaille donc sur l’amélioration de ces engins à l’aide de grilles laissant les espèces non désirées s’enfuir ou de filets ne se déformant pas quand ils sont traînés.

Note : 6/10, inévitable, il fournit une bonne partie du poisson industriel !

 

Ainsi contrairement à ce que l’on nous dit bien souvent, tout n’est pas à jeter dans les engins de pêche : oui les chaluts de fonds sont dommageables pour l’environnement, mais les filets maillants sont une solution acceptables quand ils sont bien utilisés. Afin de consommer de façon responsable le consommateur doit s’informer non seulement sur les espèces et leurs saisons, mais aussi sur l’outil servant à le pêcher. A ce titre les labels ne sont pas une garantie, le plus connus, MSC (Marine Stewardship Council) ayant accepté de labeliser les produits de la pêche de fond. Le conseil pour la fin reste donc le même : privilégiez la pêche artisanale, qui a un impact beaucoup moins important sur le milieu, et quand ce n’est pas possible, soyez attentif à l’outil qui vous fournit votre poisson. Il est plus que jamais temps de lire les étiquettes !

 

Crédits image : Ifremer, Poisson sur Shutterstock