Les Vrais Chiffres de l’Obsolescence et de la Culture du Jetable

par Clément Fournier Clément Fournier

Obsolescence-jetable-gachis

Suite de notre dossier spécial sur l’obsolescence et la durabilité des produits. Quels sont les vrais chiffres de la culture de l’obsolescence et du jetable ? Combien cela nous coûte ?

Comme nous l’avons vu dans notre précédent article, l’obsolescence programmée existe bel et bien. Elle est une technique qui consiste à prévoir la durée de vie d’un produit afin de pousser le consommateur à en racheter. L’un des exemples les plus criants de cette technique est peut-être celui du Cartel de Phoebius, des fabricants d’ampoules qui se sont entendus pendant des décennies sur le nombre d’heures de fonctionnement d’une ampoule électrique avant d’être remplacée. 1 000 heures, pas plus. Et pourtant, certaines ampoules peuvent tenir des décennies.

Obsolescence et durabilité des produits : la culture du jetable ?

Cette pratique, si elle a pu se justifier économiquement lors de certaines grandes crises, est aujourd’hui de plus en plus difficile à tenir. À l’heure actuelle, un ménage jette 10 fois plus qu’il y a 100 ans. Par exemple, aux Etats-Unis, on estime que la quantité de déchets électroniques produite chaque année s’élève à près de 1,8 millions de tonnes. Près de 800 000 tonnes de TV ou 350 000 tonnes d’imprimantes et de claviers sont jetées chaque année. En France, c’est entre 17 et 23 kg de déchets électriques et électroniques par habitant qui sont produits chaque année dont à peine plus d’un quart est collecté par une filière spécialisée.

Déchets électroniques

La cause de ce gaspillage à grande échelle ? Dans beaucoup de cas, c’est le raccourcissement de la durée de vie des produits. Tout le monde a déjà entendu l’histoire du lave-vaisselle familial qui fonctionnait sans soucis pendant 30 ou 40 ans. Aujourd’hui, les études estiment qu’un lave-vaisselle dure en moyenne 9 ans avant de ne plus fonctionner. En 1985, un ordinateur avait une durée de vie moyenne de 10,9 ans,  en 2000, elle était d’à peine 5 ans, et ce chiffre est encore plus faible pour tous les petits ordinateurs portables. On pouvait penser que les innovations récentes permettraient d’atténuer ce phénomène, mais non : entre 2004 et 2013, la part des appareils ménagers défectueux remplacés dans les 5 premières années a quasiment doublé pour atteindre 13%.

De la même façon, on constate que la durée de vie moyenne d’un téléphone avant d’être remplacé est de moins de 2 ans. Pour tous ces produits, les fabricants mettent souvent en oeuvre des stratégies pour les rendre irréparables (comme de souder la batterie à un téléphone), ce qui incite encore plus au rachat.

Un coût économique et écologique

Pour Lester Brown, agroéconomiste et expert environnemental, cette culture du « acheter, utiliser, casser, jeter » fait peser une pression énorme sur les ressources naturelles. L’augmentation de la production d’appareils électriques ou électroniques a fait augmenter les besoins en étain, en cuivre ou encore en lithium.

Résultat, Lester Brown estime qu’aujourd’hui on a presque épuisé ces ressources : il resterait moins de 15 ans de réserves pour le plomb, à peine plus pour l’étain, une vingtaine pour les cuivres, une cinquantaine d’années pour le fer et à peine 60 ans pour la bauxite. L’augmentation des appareils à batterie au lithium fait également peser un risque sur cette ressource, dont l’extraction affecte l’environnement et les paysages, notamment en Amérique Latine.

Mine de cuivre à Rio Tinto en Espagne

Mine de cuivre à Rio Tinto en Espagne

Tout cela a un coût économique également. Pour le consommateur d’abord, qui doit racheter plus souvent ses équipements. En 1949 aux Etats-Unis, les ménages ont dépensé 2.9 milliard de dollars pour les équipements ménagers. En 2014, ce chiffre s’élevait à 52 milliards, soit une augmentation de près de 45% lorsque l’on prend en compte l’inflation. Il est difficile d’évaluer exactement les raisons de cette augmentation, puisqu’il y a aujourd’hui plus d’appareils dans une maison qu’autrefois, mais la fréquence d’achat des équipements a significativement augmenté.

Au total, le monde produit chaque année l’équivalent de 21 milliards de dollars de déchets électriques (ce chiffre ne prend pas en compte les déchets textiles ou l’ameublement). 90% de ces déchets ne sont pas traités par les filières adéquates et sont revendus illégalement pour terminer leur vie dans les décharges des pays en développement ou dans des réseaux du marché noir.

Enfin, en plus de l’impact sur l’environnement, il faut aussi prendre en compte le risque pour la santé (à cause notamment des composants toxiques de certains produits).

 

Avec un coût environnemental, économique, sanitaire et même social si élevé, notre culture de l’obsolescence et du gâchis est une sérieuse problématique à prendre en charge. Des solutions existent-elles ? Pour le savoir, rendez-vous la semaine prochaine dans notre prochain article du dossier « Obsolescence programmée ». 

 

Crédit image : Junks appliance sur Shutterstock, Mine cuivre sur Shutterstock, Electronic Waste sur Shutterstock.