Biodiversité : définition, protection, engagement RSE…

Qu’est ce que la biodiversité ? Que recouvre précisément le concept de « biodiversité » ? Comment est-elle impactée et prise en charge par l’activité humaine ? Quelles sont les conséquences de la disparition de la biodiversité ?

Définition simple de la biodiversité

La biodiversité fait référence à l’ensemble des espèces et des êtres vivants sur Terre ou dans un écosystème spécifique.

Synonymes de biodiversité

Pour désigner la biodiversité, on emploie parfois les termes suivants :

  • Diversité biologique
  • Diversité du vivant
  • Variabilité biologique

Comprendre la biodiversité en vidéo

Pour bien comprendre la biodiversité, vous pouvez consulter cette vidéo explicative réalisée par Le Réveilleur.

Définition scientifique de la biodiversité

Le terme « biodiversité » désigne la variété des éléments constitutifs du vivant. La biodiversité regroupe à la fois les différentes espèces et formes de vie (animales, végétales, entomologique et autre) et leur variabilité c’est-à-dire leur dynamique d’évolution dans leurs écosystèmes.

Traditionnellement, on distingue trois niveaux de biodiversité : la biodiversité génétique, la biodiversité spécifique et la biodiversité écosystémique.

La biodiversité génétique :

Il s’agit de la diversité des gènes existants au sein du monde vivant. Entre les différentes espèces et au sein de ces espèces, il existe différents gènes et différentes expressions de gènes qui contribuent à la multiplicité des formes de vie, des phénotypes, des caractères physiques et biologiques.

La biodiversité spécifique :

On parle de biodiversité spécifique pour décrire la diversité des espèces vivantes. Il existe sur Terre des millions d’espèces vivantes, toutes différentes, réparties en groupes disposant de leurs spécificités (insectes, animaux, végétaux, champignons…). La biodiversité spécifique est souvent séparée en deux catégories :

Biodiversité intraspécifique :

La biodiversité intraspécifique désigne la variété génétique des individus et des populations d’une même espèce. Le fait qu’il existe au sein de l’espèce humaine des individus avec la peau blanche ou noire, les cheveux blonds ou bruns, les yeux bleus ou verts est un des nombreux exemples de la biodiversité intraspécifique.

Biodiversité interspécifique :

La biodiversité interspécifique désigne au contraire la diversité des espèces vivantes entre elles, par leur nombre, leur nature et leur importance relative.

La biodiversité écosystémique :

La biodiversité écosystémique désigne la variété des écosystèmes, par leur nature et leur nombre, où les espèces vivantes interagissent avec leur environnement et entre elles. Par exemple, sur Terre il existe différents écosystèmes avec leurs spécificités : les déserts, les marécages, les plaines, les forêts et au sein de ces écosystèmes des particularités : désert froid, désert chaud, forêts boréales, forêts tropicales. Chacun de ces écosystèmes a ses particularités, ses spécificités, ses espèces, ses fonctionnements.

À chaque niveau et entre eux, l’interaction est une notion primordiale : elle souligne une réalité en perpétuelle évolution (la biodiversité ne peut en aucun cas être circonscrite au simple inventaire statique des espèces vivantes à un moment donné). L’évaluation de la diversité biologique et de leurs interactions s’applique à tous les types d’organismes (végétaux, animaux et autres) et aux écosystèmes dont ils font partie et où ils interagissent.

Biodiversité en danger : l’influence de l’Homme sur la biodiversité

C’est à la fin des années 1980 que le concept de biodiversité s’est imposé comme une préoccupation majeure, suite au constat de plus en plus flagrant de la responsabilité de l’Homme dans sa dégradation par la destruction et/ou le morcellement croissants des écosystèmes naturels. En effet, par ses activités industrielles, économiques ou urbaines, mais aussi par le réchauffement climatique qu’il cause, l’Homme contribue à faire disparaître de nombreuses espèces vivantes.

Au Sommet de la Terre de 1992 à Rio de Janeiro, une étape essentielle a été franchie, considérant la préservation de la biodiversité comme une composante indissociable du concept de Développement durable. Il en a résulté un texte clé, la Convention sur la diversité biologique, qui engage les nations signataires, non seulement à protéger la diversité du vivant, mais aussi à œuvrer à la restauration des écosystèmes déjà dégradés.

Les conséquences de l’extinction de la biodiversité : pourquoi la biodiversité est importante ?

La diminution progressive de la biodiversité (on parle même aujourd’hui d’extinction) a de nombreuses conséquences sur l’homme. Par exemple, la disparition de certains insectes pollinisateurs comme les abeilles ou les papillons rend certaines productions agricoles plus compliquées. La disparition de certaines espèces peut perturber des écosystèmes et les rendre plus fragiles.

Pour plus d’informations voir : Disparition de la biodiversité : quelles conséquences ?

Protection de la biodiversité : comment protéger la biodiversité ?

Protéger la biodiversité est une tâche très complexe car la majorité de nos actions ont un effet sur les écosystèmes qui peut fragiliser la biodiversité. Par exemple, nos activités humaines génèrent des pollutions qui affectent les espèces vivantes. La déforestation détruit l’habitat des animaux, des insectes et des plantes. Notre agriculture favorise certaines productions au détriment des autres ce qui amène à la destruction de certains écosystèmes et de certaines espèces… Pour protéger la biodiversité, il faudrait donc changer notre modèle économique de façon à limiter au maximum notre impact sur le milieu naturel :

RSE : préservation et protection de la biodiversité et certification

La protection de la diversité biologique est aussi fondamentale pour les entreprises. La protection de la biodiversité fait partie des cahiers des charges et référentiels de l’agriculture raisonnée (et notamment de l’Agriculture biologique), ainsi que du volet Développement durable de la norme ISO 26000 qui définit les principes de la Responsabilité sociale/sociétale des entreprises.

Pour le monde professionnel au sens large, cependant, les mesures à développer en faveur de la biodiversité sont souvent plus abstraites et moins faciles à cerner que des actions, par exemple, de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Ces difficultés sont en partie atténuées par l’initiative de l’organisme international ECOCERT, qui a mis en place une certification « Engagement Biodiversité » destinée à orienter, faciliter et reconnaître officiellement les actions des entreprises mettant en œuvre une politique spécifique dans le cadre du volet environnemental de leur stratégie RSE.