Efficacité énergétique : définition et champs d’application

Que signifie l’expression « efficacité énergétique » ? Dans quels domaines intervient-elle ? Comment le citoyen/consommateur est-il informé du niveau d’efficacité énergétique d’un bien ou d’un service ?

Définition étendue de l’efficacité énergétique

La notion d’efficacité (ou efficience) énergétique d’un système, en physique, se définit par le rapport entre le niveau d’énergie utile qu’il délivre et celui de l’énergie consommée, nécessaire à son fonctionnement.

Plus largement, le concept désigne un ensemble de solutions techniques et/ou logistiques permettant de réduire la consommation énergétique d’un système pour un service rendu identique voire supérieur, ainsi que leurs procédures d’évaluation.

Les systèmes intégrant des critères et actions d’efficience énergétique se retrouvent principalement dans les secteurs suivants :

  • le bâtiment (habitat pavillonnaire ou collectif, urbanisation, équipements…),
  • le transport (véhicules particuliers, transports en commun, fret),
  • l’industrie (biens et services).

Mise en œuvre de l’efficacité énergétique

Quel que soit le domaine d’application, la recherche d’une efficacité énergétique optimale entraîne un avantage majeur sur le plan économique, par le gain obtenu en matière de coûts d’exploitation ou d’usage sur le long terme (moindre consommation d’énergie). Parallèlement, son bénéfice est également environnemental, dans la mesure où un meilleur rendement énergétique génère une diminution proportionnelle des rejets de gaz à effet de serre et autres polluants, ainsi qu’une baisse des prélèvements de ressources naturelles non renouvelables (combustibles fossiles).

En conséquence, la mise en œuvre d’une stratégie d’efficience énergétique s’inscrit directement dans le cadre des objectifs du Développement durable, et fait très souvent appel à des outils dédiés tels que le Bilan carbone, les règles de l’Éco-conception ou encore les principes de la démarche HQE pour ce qui concerne le secteur du bâtiment.

Efficience énergétique : l’information du consommateur/citoyen

Si les producteurs de biens et services sont concrètement les premiers acteurs de l’efficacité énergétique, le citoyen/consommateur a également son rôle à jouer, en exerçant ses choix en toute connaissance de cause. Des procédures d’information calibrée et réglementée sont donc progressivement instituées sur ce plan. En voici deux exemples particulièrement emblématiques :

  • Étiquette-énergie des équipements électroménagers : mise en place dans toute l’Union européenne, elle indique notamment le niveau de l’efficacité énergétique d’un produit sur une échelle allant de A+++ à G.
  • Le DPE (Diagnostic de performance énergétique) : obligatoire avant toute cession ou mise en location d’un bien immobilier, et établi par un professionnel agréé, il repose sur une classification du même type que celle de l’Étiquette-énergie.

Au plan des objectifs et des contraintes du Développement durable, ces outils dédiés à l’efficience énergétique sont complémentaires des normes (certifiées ou non) et autres labels visant à délivrer une information claire et fondée au consommateur.