Comment cultiver la « RSE Attitude » dans votre entreprise ?

Comment cultiver la « RSE Attitude » dans votre entreprise ?

culture-rse-entreprise-developper

Lisibilité

A A A

 

Responsabilité, innovation, bien-être, confiance….tout le monde s’accorde à dire que les entreprises doivent se réinventer et donner du sens à leur projet pour se différencier et fidéliser leurs équipes… Comment insuffler une culture RSE dans votre organisation, comment générer un mode de pensée et de management RSE-friendly ? Voici quelques exemples inspirants pour adopter la RSE attitude.

Pour mieux comprendre la RSE :

Faire auditer ses valeurs par ses collaborateurs

Peut-on faire vivre les valeurs d’une entreprise au quotidien ? Comment transformer un corpus de mots en véritable « culture » d’entreprise. C’est l’un des chantiers auquel s’est attaqué Manpower en France qui a proposé à 80 leaders ainsi qu’à 1 000 salariés de se pencher sur la question en répondant à un questionnaire anonyme sur la culture de l’entreprise, les valeurs organisationnelles, l’innovation, la compétition. Objectif : identifier les valeurs clés du groupe et s’assurer que celles-ci sont toujours en adéquation avec sa feuille de route. De nombreuses études ont en effet démontré les liens entre l’engagement, la productivité, la satisfaction des collaborateurs et leur synergie avec les valeurs de l’entreprise, avance la start-up Vadequa qui a travaillé avec le géant de l’intérim autour de ce projet. « Les entreprises ayant une culture forte et partagée par les salariés sont six fois plus performantes » peut-on lire sur le site web de la jeune pousse qui a mis au point une méthodologie d’évaluation innovante autour de la culture d’une entreprise.

Miser sur ses ambassadeurs

Bien connu pour sa force de frappe publicitaire avec son fameux slogan « Carglass répare, Carglass remplace », le spécialiste du vitrage automobile est plus discret sur sa démarche responsable. Et c’est regrettable ! Alors que bon nombre d’entreprises peinent à animer leurs réseaux de correspondants RSE sur le terrain, Carglass peut se féliciter d’avoir réussi ce challenge. Si la démarche RSE est ancrée dans la culture et les pratiques l’entrepris sur l’ensemble du territoire, c’est sans doute grâce à la conviction et l’enthousiasme de ses 40 ambassadeurs. Ces correspondants engagés et motivés, sensibilisent chaque jour leurs équipes aux enjeux responsables, relayent les objectifs de la feuille de route et encouragent les initiatives locales. En 2015, près de 35 projets autour du développement durable ont été portés par ce réseau de salariés volontaires qui dédie 10% de son temps de travail à cette mission. L’une des recettes de ce succès ? Une très grande écoute et reconnaissance du travail mené par ces collaborateurs qui ont à leur disposition une panoplie d’outils pour se former et de nombreux outils collaboratifs pour partager leurs réussites.

Impliquer son management autour d’objectifs long terme

management culture rse entreprise

Chez Worldline, la RSE est une vraie conviction de l’équipe dirigeante. La culture RSE s’est imposée rapidement chez le leader européen des paiements électroniques, filiale du groupe Atos qui a pris son indépendance opérationnelle en s’introduisant en bourse il y a un peu plus de deux ans. Pour faire évoluer l’organisation autour d’enjeux extra financiers en lien avec son cœur de business, la SSII s’est fixée des objectifs à horizon 2020. Mais pas question de faire un coup de « com ». L’entreprise a sélectionné ses engagements (autour de la diversité, de la satisfaction client ou de la performance de sa chaîne d’approvisionnement) et a organisé des workshops avec les équipes concernées afin de s’assurer de la pertinence et de la viabilité de ces objectifs. Une manière efficace et pragmatique d’embarquer le management mais aussi l’ensemble des collaborateurs dans l’aventure RSE.

Tester les connaissances de vos collaborateurs

S’il existe quantité d’outils pédagogiques pour éduquer les salariés au développement durable, rares sont ceux qui peuvent s’adapter en quelques clics à la taille d’une entreprise et à ses objectifs responsables. C’est le cas du Sulitest qui joue un peu le rôle d’ovni dans le paysage de la RSE. Lancé initialement par la Kedge Business School et destiné aux étudiants du monde entier, ce QCM orienté DD permet aux utilisateurs d’évaluer leur culture en répondant à une trentaine de questions. Aujourd’hui, ce test est proposé aux entreprises qui souhaitent éduquer ou former leurs salariés et parties prenantes aux enjeux du développement durable. La force de cet outil disponible sur une plate-forme en ligne est de s’adapter aux besoins précis d’une organisation : tester les connaissances des nouvelles recrues en matière de développement durable, vérifier que le Comex a intégré les risques et défis sociétaux de l’organisation, former des bénévoles au développement durable, s’assurer que les parties prenantes clés ont bien compris la démarche RSE de l’entreprise…Innovant, flexible, personnalisable, ce Toefl du développement durable a le mérite de remettre tout le monde à niveau d’un simple clic !

 

Ces exemples montrent bien que derrière la notion de « culture RSE » se cache la nécessité de faire évoluer les mentalités mais aussi les process et l’organisation de l’entreprise. La RSE prend toute son ampleur quand elle est conjuguée aux actions quotidiennes de tout salarié et qu’elle est initiée et impulsée par son management.

 

Crédits image : corporate people sur Shutterstock, corporate management sur Shutterstock

  • pablo santamaria

    Pour donner la parole aux collaborateurs sur la démarche RSE, un autre OVNI est à votre disposition : le diagnostic interactif diag26000.net. Une grille qui, bien que basée sur la norme ISO26000, a la particularité d’avoir été conçue pour être utilisée pour des personnes n’ayant jamais entendu parler de RSE. La preuve d’engagement valorisée par l’association Diag26000 s’appuie justement sur un usage participatif de l’outil (et donner la parole à tous les collaborateurs ! pas seulement un panel représentatif. le forfait de participation aux frais techniques reste le même quel que soit le nombre de participants !)

  • Constant Calvo

    La RSE attitude dépend d’abord et avant tout du leadership du dirigeant et de son implication personnelle. La RSE est l’expression des valeurs du dirigeant, c’est de lui qu’elle tient sa légitimité. Je crains autrement qu’on ne puisse sérieusement parler de RSE attitude.

  • Christine Aizpurua

    Partager les valeurs communes, y associer les comportements et accompagner le changement, une orientation choisie et proposée par CharterAndTeam. Il y a les outils de diagnostic, pour autant il s’agit de posture dans un premier temps du dirigeant, et ensuite d’un projet commun.