[Dossier] Télécoms et Ressources Rares : quels Défis pour les Industriels et les Consommateurs ?

[Dossier] Télécoms et Ressources Rares : quels Défis pour les Industriels et les Consommateurs ?

Lisibilité

A A A

Nos smartphones, tablettes et box contiennent des métaux et ressources rares dont les gisements sont en voie d’épuisement. Comment faire face à ce risque de pénurie ?

Philippe Tuzzolino, Directeur Environnement du Groupe Orange, partage le fruit de la réflexion du Groupe en la matière dans un dossier spécial paru dernièrement.

Lithium, cobalt, palladium, tantale, germanium, néodyme, dysprosium… l’existence de ces métaux et « terres rares » nous concerne tous. Pour quelles raisons ? Comme pour l’argent, l’or, l’étain, le cuivre et le nickel, ils sont tous présents dans nos mobiles, nos appareils électroniques et nos équipements télécom. Entre approvisionnements tendus, répartition des gisements, menaces spéculatives et épuisement des ressources, il convient de porter une attention très particulière à ces métaux rares qui, de fait, sont devenus des ressources critiques.

infographie-terres-rares-e-RSE

Industriel sans usine, Orange ne fabrique pas directement les équipements de fournisseurs qu’il utilise ou commercialise. Cependant, de par notre vision stratégique sur le long terme et notre responsabilité d’entreprise vis à vis de nos clients et fournisseurs, nous ne pouvons tolérer d’atteintes à l’environnement, aux droits de l’homme ou à l’intégrité de notre prestation d’opérateur. C’est pourquoi nous agissons au quotidien pour sécuriser nos approvisionnements.

Nous souhaitons et devons sensibiliser le grand public à ces enjeux. Certes, des processus utilisant des matières de substitution devront être mis au point par les industriels ; moins chers, plus abondants, ces matériaux devront répondre à des critères technologiques, économiques, environnementaux et éthiques plus élevés.

Mais le défi commence par la collecte et le recyclage des équipements et des terminaux. Les procédés industriels permettent désormais de récupérer 95% des métaux présents dans les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). L’année dernière, tant en interne qu’auprès de nos clients, Orange en a rassemblé 5 700 tonnes. L’intérêt considérable de ces nouvelles mines urbaines tient dans ce simple constat : 1 tonne de DEEE contient 40 à 50 fois plus de métaux rares qu’une tonne de minerai.

Cet enjeu environnemental se prolonge au plan sociétal puisque les filières de collecte et de recyclage créent des emplois. Ainsi, 12 000 mobiles collectés permettent par exemple de financer un emploi en réinsertion pendant un an. Nous voyons à l’évidence dans l’économie circulaire le prolongement responsable de notre activité.


Et vous, que faites vous de votre vieux mobile ? par Hello-Mobo

Pour en savoir plus sur ces enjeux et la manière dont Orange s’engage sur ce sujet, découvrez l’intégralité du dossier ici.