Effondrement, tipping point, réchauffement climatique : découvrez les lauréats des Deauville Green Awards

par Clément Fournier Clément Fournier

laureats-deauville-green-awards

Chaque année, les Deauville Green Awards récompensent les meilleurs films sur le développement durable dans plusieurs catégories : films publicitaire, films d’information et films documentaire. Cette année, c’est un palmarès particulièrement riche qui se voit récompenser, en mettant à l’honneur les enjeux de la crise écologique et sociale mondiale.

Les 12 et 13 juins 2019 avaient lieu les cérémonies des Deauville Green Awards. Cet évènement, dont e-RSE.net est partenaire de longue date, récompense chaque année les meilleures créations cinématographiques, films et spots vidéos liés avec le développement durable au sens large : écologie, enjeux sociaux… Cette année, le palmarès met l’accent sur un sujet de société particulièrement fondamental : celui de la crise écologique et sociale actuelle. Découvrez les lauréats 2019 des Deauville Green Awards.

Les lauréats 2019 des Deauville Green Awards

Trois grands prix sont décernés cette année dans les 3 grandes catégories du festival : les films publicitaires, les films d’information et les films documentaires. Plusieurs dizaines de projets ont du être départagés dans ces différentes catégories. Voici les lauréats.

  • Dans la catégorie des films d’information : La station-service, une histoire de l’effondrement

C’est un sujet au coeur de l’actualité depuis quelques mois qui remporte le grand prix de la catégorie films d’information des Deauville Green Awards 2019 : l’effondrement. Le film lauréat, « Station Service » produit par Andrea Vistoli et réalisé par Les Parasites, raconte l’histoire d’une société post-effondrement, frappée par la crise économique, écologique, institutionnelle et énergétique. Le manque de ressources et notamment d’essence déstabilise la société, racontée ici à travers une scène d’une quinzaine de minutes dans un lieu emblématique de la crise : la station service.

Comment les individus peuvent survivre dans une société qui perd ses moteurs (son pétrole), ses institutions, ses règles ? Voilà toute la problématique développée dans ce court-métrage saisissant à l’heure où de plus en plus de spécialistes évoquent l’effondrement possible de nos sociétés modernes. Découvrez le film :

  • Dans la catégorie films documentaire : Rhino Dollars, une enquête sur la destruction de la biodiversité

Pour la catégorie documentaires, c’est encore la crise écologique qui est à la une, avec ce grand prix décerné à Rhino Dollars. Cette enquête de près d’une heure trente, produite par TV Presse Productions et réalisée par Olivia Mokiejewsk s’attache à montrer les dessous du braconnage qui frappe les rhinocéros, du commerce des cornes à leur chasse en pleine nature. Un gros plan sur l’un des symptômes visibles de la crise de la biodiversité causée par les activités humaines.

Voici un extrait :

  • Dans la catégorie films publicitaires : Aucune femme ne devrait vivre dans la peur

C’est l’association « Une femme, Un toit » qui porte le spot « Aucune femme ne devrait vivre dans la peur ». Un spot graphique pour dénoncer les violences et le harcèlement faits aux femmes, un sujet encore une fois particulièrement important et d’actualité, quelques mois seulement après #MeToo. Découvrez le spot :

Quand la création cinématographique raconte la crise écologique et sociale

Ces trois grands prix montrent à quel point le regard porté par les artistes sur la crise écologique et sociale est en train de changer. Ils semblent bien loins les films « positifs » et porteurs d’espoirs qui tentaient de promouvoir l’optimisme, la confiance dans la croissance verte… Aujourd’hui, l’heure est à mettre les pieds dans le plat, à parler d’effondrement, d’urgence, de crise.

Parmi les autres lauréats, on trouve ainsi le film « Tipping Point » qui raconte l’errance de réfugiés climatiques espagnols dans un monde en plein emballement climatique, tentant de rejoindre les dernières zones habitables de la planète.