Un exemple de mécénat de compétences : 4 mois au Vietnam pour agir sur la…

Un exemple de mécénat de compétences : 4 mois au Vietnam pour agir sur la prévention du sida

Lisibilité

De plus en plus prisé par des salariés en quête de sens, le mécénat de compétences crée un lien nouveau entre le monde des entreprises et celui des associations, non plus financier mais axé sur l’expertise. Le principe : l’entreprise met à disposition un ou plusieurs salariés sur son temps de travail au profit d’un projet d’intérêt général. En France, selon une étude de Pro Bono Lab et de l’Admical, 24 000 entreprises le pratiquent déjà, conscientes que, au-delà de l’action solidaire, c’est aussi un puissant levier d’engagement pour leurs collaborateurs. Cette expérience peut avoir lieu à l’étranger sur une longue durée, comme en témoigne Sonia Braham, responsable de communication chez Pfizer, partie quatre mois au Vietnam en 2017.

Se rendre utile dès le premier jour

Je suis partie quatre mois au Vietnam dans le cadre du programme Global Health Fellow de Pfizer, qui depuis 14 ans, a permis à plus de 350 collaborateurs du groupe d’être utiles dans des pays en voie de développement. Le projet sur lequel j’ai travaillé pour l’association FHI 360 visait à atteindre l’objectif ambitieux « 90-90-90 » du programme des Nations Unies sur la prévention du VIH à l’horizon 2020 : « 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, 90 % des personnes dépistées avec le VIH reçoivent une traitement antirétroviral durable, et 90 % des personnes sous traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée  ». Ma contribution principale a été d’accompagner l’équipe de communication locale dans ses actions, par exemple en rédigeant des success stories ou en développant des outils encore peu exploités au Vietnam, comme les infographies. Mon expérience professionnelle acquise en France – communiquer sur la prévention de certaines pathologies – a été une valeur ajoutée pour l’ONG.

Au-delà de ma mission humanitaire, il m’a semblé important de me fondre dans le quotidien vietnamien pour ressentir et comprendre une culture et un mode de vie différents, ce que je faisais avec joie et curiosité en dehors de ma semaine de travail. Contribuer à la lutte contre le VIH pour les provinces les plus reculées du Vietnam a été une expérience inoubliable, qui vous transforme ! Travailler avec une ONG m’a permis d’explorer la sphère humanitaire de manière plus concrète et de mieux comprendre les nombreux défis auxquels les associations sont confrontées. Ce mécénat de compétences était une mission pour agir, une action solidaire et une chance de se réinventer, professionnellement mais aussi personnellement.

S’appuyer sur le retour d’expérience de ses prédécesseurs

D’autres collaborateurs de Pfizer en France ont déjà participé au programme Global Health Fellow, à l’issue d’un processus de sélection rigoureux. Par exemple, Stéphanie Duhamel, responsable Stratégie Commerciale en oncologie, partie aussi au Vietnam en 2016 pour travailler au sein de Save the Children. Sa mission : mettre en place des actions de prévention pour agir sur la santé des mères et des nouveau-nés issus des minorités ethniques dans les régions reculées. Elle a contribué à mettre en place une nouvelle stratégie de changement de comportement à trois ans et à améliorer la collecte et l’analyse des données de santé. Le fait d’avoir vécu une expérience similaire dans le même pays a été un véritable gain de temps pour moi. Notamment sur le temps d’immersion car son partage d’expérience m’a été utile avant même le départ !

Le mécénat de compétences est un outil supplémentaire dans un engagement humanitaire de longue date

Initié en 2003, le programme de mécénat de compétences de Pfizer porte sur trois champs : la prévention, la chaîne d’approvisionnement et le personnel de santé. Depuis sa création, plus de quarante ONG partenaires y ont participé et 50 millions de dollars ont été investis par Pfizer. Ce programme s’inscrit dans un engagement ancien pour favoriser l’accès aux soins dans les pays émergents, à l’image de l’Initiative Internationale de Lutte contre le Trachome que Pfizer a lancé en 1998 pour éliminer le trachome, une maladie infectieuse des yeux qui est la première cause au monde de cécité évitable : 500 millions de doses d’antibiotiques ont été distribuées dans trente-trois pays, en partenariat avec l’OMS. Un autre exemple : notre programme pour lutter contre les maladies infectieuses en Afrique via la formation de professionnels de santé. Au total, ce sont onze grands programmes à vocation humanitaire que Pfizer conduit dans le monde.

 

Pour des raisons règlementaires liées au respect des règles de pharmacovigilance, les commentaires sont provisoirement fermés sur cette page. Nous vous remercions pour votre compréhension et vous donnons rendez-vous pour l’instant sur notre compte Twitter.