Expérience de mécénat de compétence : 5 collaborateurs du groupe SoLocal témoignent

Expérience de mécénat de compétence : 5 collaborateurs du groupe SoLocal témoignent

Lisibilité

A A A

Selon une étude menée en 2017 par le cabinet Deloitte et Viadeo, un salarié sur deux explique avoir choisi son métier pour répondre à une quête de sens au travail. Lors de sa phase pilote, le programme de mécénat lancé mi-2017 par SoLocal ouvrait aux collaborateurs du siège la possibilité de mettre leurs compétences au service d’associations. Retour d’expérience avec Abeille Deniau, Responsable de projet RSE chez SoLocal Group.

Dans un précédent article publié en juillet, nous vous présentions SoLidaires, notre programme de mécénat, qui s’appuie largement sur nos salariés, et comprend 3 volets :

  • Le financement des projets solidaires portés par des collaborateurs SoLocal ;
  • L’accompagnement d’associations via du mécénat de compétence ;
  • Le soutien de causes nationales avec nos moyens : puissance médias, relais sociaux, etc.

Quelques mois après son lancement, retour sur les résultats des premières expériences de mécénat de compétence réalisées par les collaborateurs du Groupe.

Le mécénat de compétence chez SoLocal : bien accompagner les collaborateurs dans cette expérience nouvelle

Pour nos premiers pas dans le domaine du mécénat de compétence accompagnés par Koéo, avons voulu rester modestes afin de tester tout le processus : appétence des salariés, pertinence des missions proposées, aspects administratifs, etc. Pour cette raison, ce pilote ne s’adressait qu’aux collaborateurs du siège de Boulogne et les missions étaient courtes : 1 à 3 jours.

Création d’une identité graphique, formation aux réseaux sociaux, aux outils digitaux, à la méthode « Agile », au référencement naturel des sites Internet, etc. : les missions avaient été sélectionnées en amont par nos soins pour coïncider avec les savoir-faire que nous pouvons apporter et répondre à deux critères en lien avec la mission du Groupe : un impact local en France et un lien avec le numérique.

Depuis le lancement, une quinzaine de missions ont été proposées à nos collaborateurs lors d’un évènement dédié et sur notre Intranet.

Entreprises VS associations : un monde de différences à découvrir

Alors que d’autres missions se poursuivent en janvier 2018, en 2017, 5 collaborateurs sont intervenus auprès des associations.

Ayant déjà l’envie de s’investir dans une association, les participants affirment que le format court du programme SoLidaires leur est apparu comme une bonne opportunité de se lancer.

Raphaël nous explique avoir réalisé, en collaboration avec son collègue Laurent, une journée de formation à la gestion de projet Agile : « Nous avions 17 personnes et n’étions donc pas trop de deux pour co-animer cette journée. Grâce à des LEGO®, nous avons amené un côté très ludique à la formation, ce qui a permis de faciliter les échanges et l’apprentissage. Les personnes présentes étaient toutes très curieuses et intéressées par ce que nous leur présentions. »

Valéry, quant à lui, avait pour mission de créer l’identité graphique de Rivage, association d’accompagnement de fin de vie. Après 3 jours de travail, et beaucoup d’échanges pour faire exprimer leur besoin aux membres de l’association, Valéry a le sentiment « d’avoir pu traduire graphiquement l’engagement courageux des bénévoles, leur dévouement et leur accompagnement auprès des malades ». Mais le travail n’est pas terminé, Valéry va désormais réaliser la déclinaison de cette identité sur leurs supports de communication (entête de lettre, cartes de visites, etc.).

De leur côté, Lucille et Carole avaient pour mission de remettre au goût du jour le site internet, ainsi que tous leurs supports de communication de l’association Rivage. Elles ont également eu l’occasion de former plusieurs membres de l’association à l’utilisation et la mise en place de supports de communication, dans le but d’améliorer l’animation et la fidélisation des bénévoles et des donateurs.

Lucille, Carole et Valéry ont fait en sorte de transmettre outils et conseils utiles pour que l’association puisse continuer à avancer seule. Laurent et Raphaël reverront quant à eux les membres de l’Institut Télémaque pour assurer un suivi post-formation et leur donner quelques « tuyaux » sur la mise en application de ce qu’ils ont appris.

Avoir une reconnaissance de son savoir-faire : un carburant magique

Une expérience enrichissante ? Les 5 participants le confirment, tout comme l’impatience des autres collaborateurs concernant le lancement de la prochaine session. « Pouvoir contribuer à un projet d’intérêt général grâce à mon employeur, c’est une opportunité formidable » affirme Carole, elle-même fondatrice d’une association.

Le mécénat de compétence chez SoLocal, c’est aussi une belle occasion de sortir de son confort pour rencontrer d’autres milieux professionnels, avec des méthodes, des motivations, des compétences différentes. Enfin et surtout un important sentiment d’être utile et de donner du sens à son travail. Pour Carole : « Cette mission a redonné du sens à la vision que j’avais de mon travail et de mes compétences. L’attente ressentie, l’importance manifestée par l’association, son enthousiasme face à nos propositions… sont autant d’éléments très motivants et valorisants. »

Des apprentissages et des outils concrets et utiles au monde associatif

Côté associatif, le constat est tout aussi positif. Ericka Cogne, Directrice générale de l’Institut Télémaque, a trouvé l’expérience très enrichissante pour sa structure : « Les associations n’ont pas toujours le temps, ni les compétences pour construire efficacement un plan de communication ou un plan de formation, ni pour structurer nos besoins en la matière. Cette journée de formation à la méthode Agile répondait à un besoin remonté petit à petit par nos équipes : un besoin de mieux prioriser, communiquer et partager en interne, travailler en collaboration, un besoin d’être efficaces ensemble. Les collaborateurs SoLocal ont su parfaitement répondre à cette attente via une approche très pragmatique et très concrète, ce que nous recherchons en priorité dans une association. »

Grâce à cette prise de recul, l’Institut Télémaque a pu mettre en place de nouveaux formats de réunion et de nouveaux outils de collaboration et de communication : « Chaque jour, une réunion intitulée « La météo de Télémaque » nous permet par exemple d’échanger sur nos grandes actualités et ainsi de mieux comprendre les métiers et objectifs de chacun. »

Aujourd’hui, tous les collaborateurs ayant participé souhaitent renouveler l’expérience et la conseillent à leurs collègues motivés (« car oui, cela demande de l’investissement personnel et de l’implication »). Le test 2017 a également atteint son objectif de rôder le processus.