Et si les femmes menaient la révolution vers la finance responsable ?

Et si les femmes menaient la révolution vers la finance responsable ?

Lisibilité

Et si les femmes avaient en main les clefs de la révolution vers la finance responsable ? C’est en tout cas ce que semblent sous-entendre les études récentes.

Pour réorienter l’économie vers un fonctionnement plus durable et plus responsable, le monde de la finance semble un acteur indispensable. À l’heure actuelle, de trop nombreux investisseurs considèrent encore que leur seule responsabilité et de faire fructifier leur argent, peu importe la façon dont il est investi. C’est ce type de raisonnements qui entraîne les mécanismes spéculatifs, déconnecte la finance de l’économie réelle et empêche le développement de filières plus durables dans le monde.

Cependant, un changement commence lentement à s’opérer : de plus en plus d’acteurs financiers prennent conscience de la nécessité d’investir dans des secteurs plus durables, plus responsables, plus à même de contribuer à la résilience de nos sociétés. C’est encore marginal, bien sûr, mais le mouvement commence, bien aidé par des initiatives comme le One Planet Summit. Mais pour qu’un mouvement global s’instaure sur cette question de l’investissement responsable, il faut plus : il faudrait notamment que les petits investisseurs s’y mettent.

Et à ce sujet, ce sont peut-être les femmes qui vont lancer le mouvement. En effet, une étude décryptant les préférences d’investissement des femmes vient d’être publiée et son constat est clair : les femmes veulent investir dans des actifs durables et responsables.

Les femmes : des investisseurs responsables ?

article 173 reporting climat finance

L’étude, publiée par Moxie Future, a interrogé près de 2600 femmes dans plusieurs pays du monde (en Europe, en Asie, aux Etats-Unis et en Australie), sur leurs préférences en termes d’investissement financier. Les résultats sont clairs : la majorité des femmes se soucie de la façon dont est investi leur argent. 83% des femmes veulent ainsi savoir où leur argent est investi, pas seulement savoir ce qu’il leur rapporte. La majorité veulent que leur argent soit investi dans des domaines susceptibles de faire progresser des causes comme la lutte contre la pauvreté, la réduction des inégalités, le système de santé ou encore la lutte contre le réchauffement climatique.

69% estiment même qu’il y a un besoin urgent de réorienter la finance vers des actifs plus responsables et plus durables. 63% disent aussi qu’elles seraient prêtes à investir leur propre argent dans de tels produits si cela était possible et qu’on le leur proposait.

Le monde financier en retard sur l’investissement responsable

Néanmoins, un grand nombre de femmes considère encore que la finance est en retard sur l’investissement responsable. 58% des interrogées estiment que le marché financier manque de produits financiers responsables intéressants pour les investisseurs. L’autre problème identifié par les sondées réside dans l’incapacité des acteurs financiers à rendre accessible le secteur : trop de jargon, trop complexe, pas assez de conseil délivré en accord avec les valeurs de l’investisseur… Autant de points à améliorer selon les sondées.

L’autre problème, c’est qu’une bonne partie des femmes (entre 25 et 50% selon les pays) ne s’estiment pas assez compétentes et confiantes pour investir sereinement sur les marchés financiers. Ce manque de confiance en soi est un frein énorme au développement de l’investissement responsable des femmes.

Les femmes, plus susceptibles que les hommes d’être des investisseurs responsables

Finance-Climat

D’autre part, une étude du Morgan Stanley Institute for Sustainable Investing montre que les femmes sont deux fois plus susceptibles que les hommes d’investir dans l’économie responsable et durable. Plus sensibles aux causes sociales ou environnementales, elles seraient plus susceptibles de faire coïncider leurs valeurs morales à leurs décisions d’investissements, alors que les hommes sont plus attentifs au seul profit de leurs décisions.

Mais paradoxalement, les études comportementales montrent que ce sont en général les femmes qui prennent les décisions d’investissement les plus rentables : elles sont en moyenne 4.6% plus performantes que les hommes sur ce sujet.

On est donc dans une situation paradoxale où les femmes sont plus susceptibles en moyenne de prendre des décisions d’investissement responsables et rentables, mais elles n’ont pas l’occasion de le faire. En effet, selon une étude U.S Trust, dans les couples disposant de fonds à investir, 75% des hommes pensent être plus qualifié que leur partenaire pour prendre ces décisions financières. La plupart du temps dans les couples, ce sont donc eux qui prennent ce type de décisions.

Il semble donc que faire avancer la cause de l’égalité hommes-femmes sur la question financière serait un excellent levier pour entamer une réforme plus profonde du secteur de la finance. Cela pourrait contribuer à déployer plus rapidement et plus efficacement une finance responsable et durable et réorienter les fonds d’investissement vers des secteurs qui aident des causes sociales ou environnementales. En d’autres termes, les femmes ont en main la révolution vers la finance responsable.