Filières végétales : les Laboratoires Expanscience s’engagent pour des approvisionnements responsables

Filières végétales : les Laboratoires Expanscience s’engagent pour des approvisionnements responsables

Lisibilité

A A A

Aujourd’hui, la biodiversité est un terme de plus en plus connu par les consommateurs. Ils sont d’ailleurs 73% à apprécier l’achat de produits respectueux des populations et de la biodiversité1. Leurs attentes dans ce domaine concernent également les acteurs privés, puisque 79% d’entre eux estiment que les entreprises ont l’obligation morale d’assurer un impact positif de leurs activités1. Un impact qui doit notamment se traduire par des achats plus responsables.

Afin de maîtriser et réduire les impacts environnementaux et sociaux de leurs approvisionnements en matières premières végétales à travers le monde, les Laboratoires Expanscience ont ainsi défini dès 2010 leur première politique d’approvisionnements responsables. Sophie Leclère Bienfait, Responsable Innovation Développement Actifs Cosmétiques, revient sur la place du végétal dans l’activité d’Expanscience et son engagement pour des approvisionnements respectueux de l’Homme et de son environnement.

Le végétal, une matière première fondamentale pour les Laboratoires Expanscience

Le monde végétal est au cœur de nos activités et de nos innovations : le développement de nos actifs cosmétiques et pharmaceutiques repose essentiellement sur les actifs présents naturellement dans les végétaux. La maîtrise des approvisionnements et de la transformation de ces matières premières végétales est donc un enjeu au cœur de notre stratégie d’innovation et de notre politique de responsabilité sociétale. À chaque étape de nos filières d’approvisionnement – de la sélection de la ressource à son utilisation finale – nous veillons ainsi à limiter les impacts de nos activités sur l’Homme et sur son environnement, à développer des pratiques responsables et à entretenir des relations commerciales équitables et pérennes avec nos fournisseurs.

Aujourd’hui, nos propres actifs sont issus de 19 filières d’approvisionnement différentes en matières premières végétales (avocat, maca, maracuja, acacia, lupin…). En Amérique du Sud, en Afrique, ou encore en Europe, nous avons déployé entre 2010 et 2015 un plan d’action de RSE sur chacune de ces filières afin de garantir le respect de la biodiversité et des principes du commerce éthique. Pour aller plus loin, nous avons ensuite pris de nouveaux engagements dans le cadre de notre Better Living Program (Programme Vivons Mieux) : d’ici à 2020, 100% de nos propres actifs d’origine végétale proviendront d’une filière aux impacts environnementaux et sociaux identifiés et maîtrisés (respect de l’environnement naturel des végétaux utilisés et de la biodiversité, développement économique des populations locales, maintien des savoir-faire locaux, pratiques commerciales éthiques…).

Nous avons par ailleurs fait l’acquisition en 2016 de la société Deshidratados Tropicales, spécialisée dans l’achat et la transformation de matières premières végétales (avocat, maca, maracuja…). Depuis plus de 10 ans nous avions mis en place avec ce fournisseur historique en avocat, une filière d’approvisionnements responsables. Cette implantation locale nous permet de renforcer la traçabilité, la qualité et la sécurité de nos produits et de disposer de tous les leviers d’action au profit de nos engagements en matière de biodiversité et de respect de l’environnement.

Soutenir le développement des communautés locales : l’exemple du Burkina Faso

Les graines d’acacia, originaires du Burkina Faso, renferment un actif favorisant l’hydratation de la peau. En 2009, pour nous accompagner dans le développement d’un de nos nouveaux actifs cosmétiques, nous nous sommes rapprochés d’un bureau d’études local, Sama Bioconsult, spécialisé en ethnobotanique. Cette collaboration nous a ensuite permis d’identifier un groupement de femmes cueilleuses dans le village de Gassan afin de mettre en place une filière d’approvisionnements responsables en graines d’acacia.

Ce partenariat tripartite va bien au-delà de la création de principes actifs innovants en contribuant au développement économique local et à l’entretien de la biodiversité, avec par exemple :

  • la formation aux bonnes pratiques de cueillette pour 70 femmes du village de Gassan et aux règles d’hygiène et de sécurité propres à la manipulation d’une matière première destinée à la fabrication d’ingrédients cosmétiques ;
  • l’autonomisation financière des femmes du groupement par un accès facilité au micro-crédit et des avances sur recettes ;
  • la protection de 50 hectares de zones de cueillette, devenus depuis propriété du groupement de femmes cueilleuses ;
  • le reboisement de la région grâce à la création d’une pépinière permettant de replanter des espèces végétales endémiques et de fournir un revenu annexe aux femmes du groupement.

Limiter les impacts sur la biodiversité par la valorisation des déchets végétaux

Parce que la richesse moléculaire des plantes est inouïe, une seule et même plante peut renfermer de nombreux actifs aux propriétés différentes. Forts de ce constat, nous étudions les possibilités de valoriser les co-produits des végétaux que nous utilisons afin de limiter notre impact sur l’environnement en évitant la mise en place de nouvelles cultures ou le prélèvement d’autres sources végétales. Au Pérou par exemple, dans le cadre de nos approvisionnements en avocat et en maracuja, nous donnons une seconde vie aux déchets végétaux pour en faire des produits nobles. A titre d’exemple nous achetons des graines de maracuja, ou fruit de la passion, non utilisées par l’industrie agro-alimentaire péruvienne. En achetant ces graines, pour en extraire un actif cosmétique aux propriétés apaisantes et réparatrices, nous soutenons l’économie locale sans occasionner de nouvelles cultures, et donc sans exploiter davantage de surface.

Des actions terrain centrées autour de la protection de la biodiversité, préambule obligatoire au développement d’actifs végétaux

La biodiversité occupe une place clé dans la démarche d’innovation responsable des Laboratoires Expanscience. Afin de renforcer la traçabilité de nos produits et de progresser continuellement dans nos pratiques, nous avons décidé dès 2011 de soumettre notre politique d’approvisionnements responsables à l’évaluation de l’Union pour le Bio-Commerce Ethique (UEBT)2. L’UEBT définit des critères stricts veillant à respecter la biodiversité et va même d’ailleurs plus loin en évaluant les partenariats associés au développement des produits : contrôle de l’accès aux plantes et du partage des connaissances, maîtrise des salaires versés, respect des droits de l’Homme, participation au développement local…

Sur le terrain, nos actions en faveur de la biodiversité sont adaptées à chaque situation et à chaque filière, et se font en concertation avec nos partenaires locaux. Par exemple, au Pérou, nous privilégions des approvisionnements auprès de petites exploitations situées dans des zones reculées afin de contribuer à limiter l’exode rural. Ces achats réalisés au niveau local par Expanscience aident par ailleurs à protéger les sites de la déforestation (et donc de la perte d’habitats naturels pour la faune)  : ces approvisionnements encouragent la plantation d’arbres, ce qui favorise ainsi la fixation des sols (lutte contre l’érosion) et la création de zones d’ombre (besoins en eau diminués, meilleures conditions pour cultiver certaines espèces végétales).

Soucieux de proposer des produits toujours plus vertueux pour l’Homme et son environnement et de limiter l’impact de nos activités, nous avons choisi de faire de nos approvisionnements en matières premières végétales un point saillant de notre Better Living Program. Nous poursuivons et amplifions nos bonnes pratiques pour qu’en 2020 la totalité de nos propres actifs  d’origine végétale soient issus de filières aux impacts environnementaux et sociaux identifiés et maîtrisés.


[1] Union for Ethical BioTrade. Biodiversity barometer (2017)
[2] Union for Ethical BioTrade : http://ethicalbiotrade.org/