La générosité : c’est bon pour la santé et le bien-être

La générosité : c’est bon pour la santé et le bien-être

Lisibilité

A A A

Aujourd’hui, une bonne partie de notre société est orientée autour de l’acte de posséder. D’avoir plus, de consommer plus, d’augmenter notre pouvoir d’achat. Alors que les initiatives comme les super soldes, le Black Friday et d’autres se multiplient, nous avons de plus en plus d’occasions de vouloir acheter, consommer. Bien sûr, tout ça nous permet d’améliorer notre confort, de disposer de plus de plaisir, de mieux profiter de notre vie.

Mais depuis quelques années, les études montrent qu’en plus de vouloir acheter et posséder, on peut grandement améliorer son bien-être et même sa santé en étant généreux. En donnant, en partageant, en aidant. Et si la générosité permettait non seulement d’aider les autres mais de s’aider soi même ? Explications.

La générosité : c’est bon pour la santé

barometre-rse-confiance

Être généreux, ce n’est pas seulement aider les autres. C’est aussi prendre soin de soi-même. En effet, plusieurs études ont démontré ces dernières années que les actes de générosité avaient un impact positif sur notre santé, notre mental, notre bien-être. Par exemple, une série d’études menées par Elisabeth Dunn a démontré que les personnes qui sont les plus généreuses avec les autres ont en moyenne des taux moins élevés de stress ou de pression artérielle. D’autres études montrent qu’effectuer des actes de générosité tend à avoir des effets positifs sur la santé cardiaque.

À l’heure actuelle, les causes de ces effets positifs ne sont pas encore bien connues : il pourrait s’agir d’effets hormonaux (la générosité déclenchant des sécrétions d’hormones de bien-être) ou psychologiques. En tout cas, les récentes études menées sur ce sujet confirment toutes qu’être plus généreux aurait des effets positifs sur la santé, notamment en modérant les conséquences du stress.

Une autre étude menée par l’Université de Buffalo arrive à la conclusion qu’être généreux prolonge l’espérance de vie. En effet, en modérant le stress quotidien, la générosité aiderait à réduire les facteurs aggravants de mort prématurée comme la tension. Les actes comme participer à des programmes de bénévolat, des programmes de dons, ou d’autres actions de générosité seraient aussi, selon une méta-analyse publiée dans le Journal BMC Public Health, une manière d’améliorer le bien-être et la santé grâce au renforcement des relations sociales. En effet, en étant plus en contact avec les autres, en faisant preuve de plus d’empathie, on réduirait les risques de dépression, de stress, de fatigue mentale, et on améliorerait à la fois son bien-être et sa santé.

La générosité : c’est bon pour le moral

Mais ce n’est pas seulement bon pour la santé : c’est aussi bon pour le moral. Selon une étude publiée dans Nature Communications, lorsque des individus font l’acte de donner à un autre, cela affecte la façon dont leur cerveau réagit. Les zones du cerveau liées à l’altruisme et au bonheur semblent être plus actives après qu’une personne ai fait un acte de générosité. La sensation de bonheur est également plus forte chez les personnes qui viennent d’effectuer un don ou un acte généreux que chez les autres. Et globalement, l’étude montre que ce n’est pas le montant donné qui compte : le simple fait de mettre en pratique un acte généreux, si petit soit-il, semble avoir des effets bénéfiques sur la cognition des individus. Enfin, une dernière étude menée par l’Université de Zurich montre que les personnes les plus généreuses sont généralement les plus heureuses.

Plusieurs facteurs peuvent évidemment expliquer ces résultats : des facteurs hormonaux, physiologiques ou psychologiques, mais aussi des facteurs sociaux. Être généreux aiderait en effet à construire des relations sociales plus solides, plus sincères et plus fortes. À l’inverse, être trop avare contribuerait à créer des relations sociales plus artificielles et moins durables. Or on sait qu’en matière de santé, de bien-être et de bonheur, les relations sociales sont parmi les facteurs les plus déterminants.

La générosité : même au travail ça compte

Comme si ça ne suffisait pas, on ne compte plus désormais les études montrant que les personnes les plus généreuses au travail y sont plus heureuses. Plusieurs études ont ainsi montré que la philanthropie d’une entreprise aide à mieux engager ses salariés, et les aide à mieux aimer leur travail. D’autres études et champs de recherche ont montré que la générosité au travail améliore le bonheur des salariés.

Par exemple, les salariés qui pratiquent le pro-bono ou le mécénat de compétences seraient plus heureux que les autres. La sensation d’aider l’autre aiderait à trouver du sens à son travail, à créer une narration positive autour de lui. Globalement, les salariés ayant la possibilité de participer à des programmes de générosité comme les dons sur salaire seraient plus engagés, plus heureux et plus fidèles. La plupart des salariés ressentent le besoin de s’associer aux programmes de RSE de leur entreprise, de faire partie des actions mises en place par leur organisation pour améliorer leur impact sur les autres et sur l’environnement.

Bref, l’ensemble des données actuellement disponibles laissent à penser qu’être plus généreux, donner plus, aider les autres est positif dans tous les domaines : sur le plan de la santé, sur la plan psychologique, sur le plan du bien-être général et du bien-être au travail, mais aussi sur le plan de la productivité.

Alors n’hésitez plus : passez plus de temps à être généreux et à aider les autres. Il est probable que ce soit en fait plus positif que de passer son temps à vouloir s’enrichir et posséder plus !