La vie sans huile de palme, est-ce possible ? Léa Nature s’engage sur tous ses produits alimentaires

par Luc Gauduchon Luc Gauduchon

« Quand vous faites le plein, vous faites le vide. Saviez-vous que l’huile de palme se cache dans nos carburants ? ». Voici le message de la campagne de l’association Les Amis de la Terre, en partenariat avec Léa Nature. En alertant ainsi les consommateurs, le message de Léa Nature est clair : nous consommons de l’huile de palme chaque jour, de nos assiettes à nos voitures.

Depuis près de 10 ans, Léa Nature, fabricant français de produits bio et naturels a supprimé l’huile de palme de tous ses produits d’alimentation bio, et poursuit cet engagement pour sa marque d’alimentation diététique.

Un défi de taille, que la marque française a relevé. Les collaborateurs du groupe œuvrent en effet depuis 2010 sur le sujet et peuvent à présent affirmer que l’huile de palme sera retirée de toutes les gammes alimentaires à l’horizon fin 2018. Décryptage de cette démarche par Luc Gauduchon, Directeur Innovation Technologique Alimentaire chez Léa Nature.

L’huile de palme, la vraie mauvaise solution selon LÉA NATURE

Matière grasse phare de l’alimentaire, l’huile de palme devient dans les années 1980 la « star invisible » de nos assiettes grâce à sa simplicité de culture et d’utilisation. Résultat : en une vingtaine d’années, on retrouve ce produit dans la majorité des foyers et en 2015, 60 millions de tonnes sont produits à travers le monde contre 45 en 2009. Une consommation alarmante pour les experts de l’environnement qui dévoilent qu’entre 1990 et 2010, 8,7 millions d’hectares de forêts ont été rasés en Indonésie, Malaisie et Papouasie-Nouvelle-Guinée à cause de l’huile de palme. Les conséquences de ce déboisement massif sont nombreuses et la disparition croissante de certaines espèces animales telles que l’Orang-outan de Bornéo (dont la population a diminué de 53 % depuis 1999) continue d’inquiéter.

Les incendies créés volontairement, qui durent plusieurs jours pour éliminer plus rapidement la forêt primaire, entraînent des fumées nocives pour les populations locales.

De plus, il est avéré que la consommation excessive d’acides gras saturés que l’on trouve aussi dans l’huile de palme peut provoquer des maladies cardiovasculaires.

L’huile de palme, le cheval de bataille de Jardin BIO et Léa Nature

Fervent protecteur de l’Homme et de la biodiversité, Jardin BiO commence sa réflexion sur l’huile de palme bio, certifiée RSPO (Round Table for Sustainable Palm Oil) dès 2010, en demandant un audit, qui révèle que 49 des 300 produits en contiennent, correspondant à 11 technologies industrielles. Dès lors, la marque s’engage auprès de ses consommateurs à ne plus lancer de nouvelle recette contenant du palme, à arrêter de fabriquer 13 produits non-stratégiques en contenant, puis à le supprimer de tous ses produits bio. Cette démarche débute dès 2012.

Ces efforts significatifs et inédits dans le secteur alimentaire français, s’achèvent en 2014 lorsque Jardin BIO annonce la suppression de l’huile de palme de 100 % de ses produits. Au total, plus de 1 200 heures de Recherches et Développement seront nécessaires pour répondre aux nombreuses difficultés techniques afin de trouver des substituts stables, garantissant le goût et la texture, tout en préservant l’aspect nutritif du produit.

En deux ans seulement, l’huile de palme est remplacée par des associations de beurre, coprah, karité, beurre de cacao et d’huile de colza ou tournesol. L’huile de palme a été parfois supprimée sans substituts, grâce à un procédé technique (ex. les bouillons cubes dégraissés).

Karéléa, le nouveau défi de Léa Nature contre l’huile de palme

Après le bio, Léa Nature poursuit naturellement la suppression du palme dans sa gamme diététique Karéléa, marque qui propose aux consommateurs des produits sans sucres ajoutés, sans sucre, minceur, détox… Fin novembre 2018, Karéléa sera fière d’annoncer une formulation sans huile de palme pour tous ses produits diététiques. Une première en diététique !

Cette innovation n’est pas anodine, car Karéléa symbolise la dernière étape vers la suppression totale de l’huile de palme de toute l’offre alimentaire de Léa Nature à horizon 2018.

Jardin BiO s’associe aux Amis de la Terre pour informer les consommateurs

Le constat est sans appel, l’huile de palme se cache partout, dans notre assiette, notre salle de bain mais également dans notre voiture. En effet, 75 % de l’huile de palme importée en France est incorporée dans les carburants que nous utilisons chaque jour.

Depuis 2007, Léa Nature avec ses marques bio, adhère au Club 1% pour la Planète, un mouvement mondial d’entreprises qui reversent 1 % de leur chiffre d’affaires à des associations environnementales. Dans ce cadre, Léa Nature avec Jardin BiO a souhaité apporter une aide financière à l’association Les Amis de la Terre pour dénoncer la présence d’huile de palme dans les carburants.

L’association déploie en mars 2018 sa campagne dédiée à alerter les consommateurs sur la présence d’huile de palme dans les carburants. En soutenant cette campagne, Léa Nature a permis une visibilité dans les médias grand-public.

Pour contribuer à la pétition « Fermons les vannes » de Les Amis de la Terre, cliquez ici.

Groupe pionnier, Léa Nature poursuit son engagement avec un nouveau défi : supprimer les dérivés d’huile de palme dans ses cosmétiques. Ainsi, Natessance propose déjà aux consommateurs des gels douches formulés sans huile de palme, mais aussi sans sulfates, aux formules biodégradables, présentés dans des flacons 100 % végétaux.

Crédit image : huile de palme sur Shutterstock.