Innovation frugale : définition et principes

Quelle est l’origine de l’innovation frugale et comment la définir ? Quels en sont les principes et les modalités ? Un exemple d’ingénierie frugale qui fait école.

Origine et définition de l’innovation frugale

Le concept d’innovation frugale s’inspire du Jugaad indien, une philosophie de la débrouillardise qui, dans un contexte de ressources et moyens limités, met en œuvre une ingénierie à la fois simple, efficace et peu onéreuse pour répondre à des besoins clairement identifiés.

Tout d’abord pratiquée avec succès dans les pays de faibles ressources, l’innovation frugale se définit en tant que démarche visant à élaborer des solutions efficientes, dépourvues de sophistication et de superflu, avec le moins de moyens possible mais sans faire de concession sur la qualité du service rendu.

Si elle en partage certaines pratiques logistiques, l’innovation frugale se distingue du low cost qui se contente le plus souvent de proposer à moindre coût un produit ou service déjà existant, avec réduction corollaire de la qualité et du niveau de prestation.

De par l’économie de moyens constitutive de sa philosophie, l’innovation frugale génère des méthodologies qui peuvent avantageusement enrichir des stratégies de développement durable, de résilience et de RSE. La notion d’innovation frugale est souvent associée à celle de Low-Tech.

Innovation frugale : principes et méthodologie

Selon l’essayiste Charles Leadbeater, l’innovation frugale se structure autour de huit principes et modes d’action, alternatifs ou complémentaires :

  • se confronter prioritairement au réel (moyens disponibles, conditions d’utilisation de l’innovation, tests en situation…) ;
  • soumettre le design aux exigences d’efficacité ;
  • accompagner le produit en proximité avec le consommateur ;
  • réutiliser ou recycler l’existant en l’améliorant ;
  • favoriser les alliances de contributeurs et le partage des connaissances ;
  • se focaliser sur le besoin à satisfaire et non pas sur le produit ou le service en tant que tel ;
  • cultiver les stratégies du système D et de l’adaptabilité ;
  • transformer les contraintes et situations de crise en force, en « cassant » l’inertie des habitudes au profit d’une approche nouvelle.

Un exemple emblématique d’innovation frugale occidentale : Dacia Logan

La Dacia Logan, née au cœur de la décennie 2000, est un modèle automobile au double sens du terme. Son promoteur, Carlos Ghosn, utilise à son sujet le terme d’« ingénierie frugale ».

Conçu en priorité pour le marché de pays à faible pouvoir d’achat, le véhicule à prix plancher a très vite séduit une catégorie d’automobilistes d’Europe occidentale en quête d’un produit répondant à une exigence simple : se déplacer d’un point A à un point B en famille, en toute sécurité et confort, sans sacrifier à la course effrénée au suréquipement et à la sophistication.

Le modèle économique de la Logan (économies d’échelle à tous les stades de production, utilisation de pièces aux coûts de conception déjà amortis sur d’autres véhicules…) a par la suite engendré une gamme complète, qui permet aujourd’hui à Dacia de proposer des voitures aux caractéristiques équivalentes à celles de la concurrence, à des tarifs très inférieurs.