Mettre la recherche au service de l’enfance : la vision de la Fondation Mustela

par Emmanuelle Dumas Emmanuelle Dumas

En avril 2018, l’Observatoire de la Philanthropie – Fondation de France publiait le « Panorama national des générosités », une étude de grande ampleur mettant en lumière les stratégies de Responsabilité Sociétale et de Mécénat des entreprises. Cette dernière révèle une croissance des entreprises mécènes de 14 % en 2018 ainsi qu’une tendance à la professionnalisation du domaine du mécénat, avec notamment la création de fondations d’entreprise. Aujourd’hui, e-RSE.net vous propose d’en savoir plus sur la Fondation Mustela des Laboratoires Expanscience, et sur PARO, Prix de Pédiatrie Sociale 2017 de la Fondation Mustela, qui vise à améliorer l’accompagnement des enfants dans un service de soins de suite et de réadaptation.

La Fondation Mustela : faire émerger des projets de recherche en faveur de l’enfance

« La Fondation Mustela a été créée en 1982 pour l’Enfance. A l’époque il n’y avait pas pléthore de fondations d’entreprise comme aujourd’hui. La tendance n’était pas aux entreprises et aux marques dites Responsables et Sociétales. Dès l’origine, notre fondation a été placée sous l’égide de la Fondation de France. C’était le choix du créateur des Laboratoires Expanscience, père de l’actuel président de l’entreprise, Jean-Paul Berthomé, afin d’en garantir la probité. La spécificité de la Fondation Mustela est d’accompagner au mieux les professionnels de santé de l’enfance qui sont au quotidien auprès des enfants et leur famille. » indique Chantal Larcade, Déléguée générale de la Fondation Mustela. 

Au travers de bourses universitaires, de soutien à des projets de terrain, de partenariats associatifs ou de dispositifs de prévention, la Fondation Mustela encourage des travaux de recherche et des projets de développement de l’enfant et de la parentalité. Elle s’appuie pour cela sur l’expertise de comités scientifiques composés de pédiatres, pédopsychiatres, psychologues, sages-femmes, puéricultrices, sociologues…, et reçoit en moyenne chaque année une centaine de candidatures pour ses prix et bourses.

Depuis 2006, la Fondation Mustela soutient également chaque année un projet en faveur de la bientraitance de l’enfant de 0 à 12 ans et de sa famille, à travers son « Prix de Pédiatrie Sociale » remis en partenariat avec la Société Française de Pédiatrie. La dotation est de 10 000€. En 2017, le lauréat du Prix est PARO, le projet de France Heller, médecin de médecine physique et de réadaptation pédiatrique à la Fondation Ildys (Brest) et ancienne chef de clinique-assistante des Hôpitaux de Rouen.

PARO : un concentré de technologie pour les plus petits

Peluche-robot socio-pédagogique utilisée en thérapie relationnelle individuelle, pour les malades atteints de troubles du comportement et de la communication, PARO est un adorable phoque blanc dont la technologie mêle sept moteurs, trois microphones, douze capteurs…. PARO réagit aux sons, à la lumière, au toucher, reconnaît son nom et les voix familières. Créé en 1993, commercialisé au Japon en 2005, puis aux Etats-Unis en 2009 et destiné aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et troubles apparentés, PARO fait partie depuis 2017 du service SSR pédiatriques Ty Yann du Professeur Brochard à Brest, au sein duquel le Dr France Heller participe au suivi des enfants.

« Il n’y avait aucune raison que Paro n’ait pas les mêmes bénéfices auprès des enfants que chez les seniors. Or, comme certaines données le montrent actuellement, distraire un enfant pendant un soin douloureux est un moyen efficace pour diminuer la douleur et l’appréhension du soin. En effet, peur et douleur sont intimement liées et pour soulager un enfant, les moyens médicamenteux ne suffisent pas toujours. Il faut agir à la fois sur la composante sensorielle et émotionnelle de la douleur. » commente France Heller.

Selon elle, les bénéfices de PARO au sein d’un service de pédiatrie sont multiples. La peluche améliore l’accompagnement des enfants en les distrayant d’une douleur ou d’un stress, réduit leurs angoisses, favorise la communication entre l’enfant et le personnel soignant et peut même maintenir leur motivation à se remettre de leurs maux. Grâce au projet de France Heller, mené en collaboration avec Laëtitia Gueganton, Responsable Recherche de la Fondation Ildys – Site de Perharidy, et au soutien de la Fondation Mustela, environ 500 enfants pourront bénéficier chaque année de la présence de cette petite peluche intelligente.

« Le projet a suscité un véritable coup de cœur auprès des membres du jury car, en tant que robot thérapeutique, Paro est un outil complémentaire au travail du personnel soignant. Jusqu’à présent utilisé pour les seniors, nous avons trouvé la démarche de France Heller audacieuse et originale. Paro est un atout incontestable pour les enfants et les équipes du service pédiatrique de Ty Yann à Brest ! » précise Chantal Larcade.

Après 35 ans d’activité, plus de 150 prix et bourses remis à des initiatives de recherche en faveur de l’enfance, et des milliers de bénéficiaires accompagnés, la Fondation Mustela ne cesse d’agrandir son réseau d’experts et de bénéficiaires, et poursuit ses engagements en France et à l’international. La remise des prix 2018, s’est déroulé le 22 novembre à Paris et a inauguré une nouvelle bourse de recherche dédiée à l’« Eveil des sens » de l’enfant, dont l’objectif est de soutenir des projets de recherche fondamentale ou appliquée sur le développement sensoriel de l’enfant, qu’il soit physiologique ou pathologique.

« La philanthropie est devenue aujourd’hui un élément qui suscite un vif intérêt pour les collaborateurs et les parties prenantes des entreprises. Ils trouvent important de reverser une partie des bénéfices à des œuvres de bienfaisance, d’être solidaires et d’intégrer les grandes causes humanitaires comme la pauvreté, les catastrophes naturelles liées aux changements climatiques, le déplacement des populations, dans notre pays et ailleurs dans le monde » conclut Chantal Larcade.