LafargeHolcim : l’ACV des matériaux de construction

LafargeHolcim : l’ACV des matériaux de construction

Lisibilité

A A A

Dans le cadre de notre opération CAC21, nous avons permis aux internautes d’interroger des entreprises du CAC40 sur leur politique environnementale. Au total, les internautes ont posé plus d’une centaine de questions aux 20 entreprises qui ont accepté le défi #CAC21. En vidéo, les entreprises ont répondu. Vous pouvez consulter l’ensemble des vidéos et des questions sur notre page CAC21.

Bernard Mathieu, Head Sustainable Development chez LafargeHolcim répond aux questions des internautes de http://e-RSE.net sur la politique environnementale du groupe. Il revient sur les Analyses de Cycle de Vie menées sur les matériaux de construction utilisés par le groupe.

Une question de Gabriel, étudiant ingénieur pour Solvay :

« Avez-vous mené des ACV, des analyses de cycle de vie, comparatives de vos différents matériaux de construction, incluant la phase d’usage et la fin de vie. Quels matériaux avaient les meilleurs résultats par rapport à l’environnement ? »

Bernard Mathieu, Head Sustainable Development chez LafargeHolcim :

« L’analyse du cycle de vie chez Lafarge Holcim on connaît, et on connaît depuis longtemps, donc on réalise systématiquement des analyses de cycle de vie. On a des déclarations environnementales produit de nos ciments, de nos bétons, et nous mettons à la disposition de nos clients ces données pour réaliser des analyses de cycle de vie tout au long du cycle de la construction.

Ce qui est déterminant pour réduire l’impact dans une approche cycle de vie, c’est la mise en œuvre, c’est la conception du bâtiment. Plus encore que le choix véritablement des matériaux de départ et du type de béton de départ. Donc ce qui va être essentiel c’est de travailler ensemble avec nos clients, avec les entrepreneurs, pour réduire ce qui représente environ 80% de l’impact, la phase d’usage du bâtiment.

Nous avons également des évaluations des impacts en fin de vie, et là nous pouvons voir la différence clairement entre les différents types de bétons, donc j’encourage Gabriel à se mettre en contact pour que nous lui fassions parvenir nos données. »