Monde associatif : quand le numérique devient un outil au service de l’action sociale

Monde associatif : quand le numérique devient un outil au service de l’action sociale

Lisibilité

A A A

Quel est l’impact du numérique sur le monde associatif et sur l’action sociale ? Comment ces acteurs s’emparent-ils de ces outils ? Quelles sont les perspectives pour demain ? On vous dit tout sur la révolution digitale des associations.

Le monde associatif sous toutes ses formes est aujourd’hui encore plein de stéréotypes : un monde relativement précaire, où les financements sont difficiles à trouver, où le bénévolat est la règle et où les stratégies sont encore très … old school. Pourtant, sur ce dernier point, il semble que les choses soient en train de changer. De plus en plus, le monde associatif s’empare des outils nouveaux, des stratégies agiles et modernes : elles s’inspirent presque des start-up et des entreprises.

L’un des signes de ce changement de paradigme : la révolution digitale du monde associatif. En effet, les associations s’emparent de plus en plus de tous les outils digitaux. Cela révolutionne tout : leurs modes de financement, de communication, d’action… Quand le monde associatif fait sa révolution digitale : décryptage.

Les associations à l’assaut du monde digital et numérique

associations numérique digital réseaux sociauxD’après une étude Solidatech en partenariat avec Recherche et Solidarités, en 2016, les associations sont de plus en plus présentes sur Internet : 73% des associations ont leur propre site Internet, 62% d’entre elles utilisent les réseaux sociaux. Une enquête  IFOP-Agence Limite  tablait elle sur un chiffre similaire de 64 % des associations utilisant les réseaux sociaux. Et ce phénomène est en constate progression : il y a 23% d’associations de plus que utilisent les réseaux sociaux aujourd’hui qu’en 2013, preuve que la prise de conscience de l’importance du digital est en train de se généraliser auprès des associations.

Mais cette présence digitale n’est pas limitée aux sites internet ou aux réseaux sociaux : près de la moitié des associations disposent désormais d’outils de création graphique permettant de communiquer sur internet, 43% sont présents sur les annuaires d’associations en ligne, et 37% ont même leur propre newsletter.

Bien sûr, les associations n’ont pas encore investi tous les domaines de la vie digitale : elles ne sont que 9% à disposer d’une appli mobile par exemple, ou 31% (tout de même) utilisent des outils de gestion des données comme le Cloud.

Les réseaux sociaux : nouvel outil de communication des associations

L’investissement dans le digital est avant tout une question de communication pour les associations. D’après une étude de NTEN (NonProfit Technology Network), Common Knowledge et Blackbaud, portant sur plus de 11 000 associations américaines, l’utilisation des réseaux sociaux comme outil de communication est en plein boom pour les associations. En 2009, elles étaient 30% à animer leur propre réseau digital, elles ne sont plus que 13%. Cette diminution s’est faite au profit des réseaux sociaux et notamment Facebook.

Facebook est en effet le réseau social le plus utilisé par les associations (89%) suivi de Twitter (57%), et de Youtube (47%). LinkedIn ferme la marche avec 30% des associations possédant un compte sur le réseau professionnel.

On constate d’ailleurs que la communication des associations a changé : elles ont réellement appris à utiliser les stratégies de communication digitale à la manière des entreprises, elles savent créer le buzz, notamment grâce à des community managers de plus en plus compétents. Récemment, les Amis de la Terre ou encore Greenpeace ont su faire le buzz avec des spots de communication percutants… Néanmoins, ce constat n’est valable que pour les associations de grandes tailles avec des ressources importantes.

Les outils digitaux collaboratifs : du financement à l’action du monde associatif

associations numérique digital réseaux sociauxBien sûr, l’usage du digital dans les associations ne se limite pas à la com’. D’autres outils sont en train de se développer d’après l’étude de Solidatech. Les formations en ligne et autres MOOC’s arrivent en tête : 8% seulement des associations les utilisent aujourd’hui mais 42% prévoient de les utiliser à l’avenir. 13% des associations ont mobilisé les outils de dons en ligne et de collecte de fonds et elles sont 41% à prévoir de les utiliser. Idem pour les applications Smartphone qui pourraient être utilisés par 39% des associations dans l’avenir, ou pour les logiciels libres utilisés par 41% des associations à l’heure actuelle.

Tous ces chiffres sont le signe que les associations sont en train de s’emparer des outils digitaux, mais pas seulement pour faire de la com. Au contraire, les outils digitaux deviennent à la fois un outil de financement et de structuration de l’action des associations. La preuve : 35% des associations françaises ont d’ores et déjà mis en place des projets numériques au service de leurs bénéficiaires ou d’une cause sociale

Les faiblesses digitales du monde associatif

Malgré tout, comme le laissent entendre les quelques chiffres que l’on vient de citer, il y a encore du chemin à faire pour que les associations aient vraiment terminé leur révolution numérique. Beaucoup d’associations et notamment les petites structures manquent encore de temps, de savoir faire et de moyens pour s’approprier correctement les outils digitaux. 49% des dirigeants d’associations estiment qu’une meilleure maîtrise des outils numériques est encore nécessaire dans leurs structures. 42% estiment qu’ils manquent encore de moyens financiers pour s’équiper.

Résultats, d’après l’étude IFOP-Agence Limite sur le sujet, seuls 1/3 des associations ont réussi à s’approprier suffisamment les outils numériques (et en particulier les réseaux sociaux) pour les utiliser efficacement, aussi bien en terme de présence que de richesse des échanges…

En tout cas, le monde associatif est en train de se digitaliser, et cela contribue à renouveler à la fois leurs modes d’actions sociales, leurs modes de financement et leurs relations à leurs parties prenantes. Et cette révolution numérique pourrait bien permettre aux associations de renforcer leur présence dans la transition pour des sociétés plus justes.