Performances économiques et RSE : une nécessaire convergence

par Brigitte Dumont Brigitte Dumont

Cet article a été précédemment publié sur Orange.com.

Orange est partenaire du 11ème Forum mondial Convergences qui se tiendra les 3 et 4 septembre. A cette occasion, Brigitte Dumont, Directrice de la RSE du Groupe Orange, revient sur les grands piliers qui structurent les engagements sociétaux et environnementaux de l’entreprise. Des engagements qui reflètent une politique résolument tournée vers la création de valeur partagée et durable. Elle évoque également l’un des questionnements majeurs pour un acteur international en matière de Développement Durable : « Comment mieux concilier les droits humains fondamentaux et les enjeux économiques ? », un sujet qui sera débattu lors du forum avec les représentants de l’OIT, Global Compact et Human Rights Watch.

Après avoir longtemps privilégié leurs résultats financiers, les entreprises essaient désormais de concilier exigences économiques et engagement éthique : ces deux objectifs sont-ils compatibles ?

 Ils sont non seulement compatibles mais nécessairement et intrinsèquement associés si l’on veut être une entreprise responsable.

Chez Orange, nous avons une conviction profonde ; le numérique est un levier de progrès pour tous. Aussi, notre politique RSE est inscrite dans notre projet stratégique Essentiels 2020 car elle est intimement liée à notre modèle d’affaires qui vise à optimiser la création et la distribution de la valeur pour toutes les parties prenantes (clients, collaborateurs, fournisseurs, actionnaires, collectivités…).

En corollaire, nous devons être attentifs à nos impacts car il n’y a pas de performance économique durable sans intégration des enjeux environnementaux, sociaux et sociétaux parmi lesquels l’engagement éthique et responsable des entreprises.

Cette attention passe par une écoute active et régulière des préoccupations de nos publics, c’est le fondement des dialogues parties prenantes que nous menons ou encore du baromètre social conduit par la DRH.

Nous avons la satisfaction de savoir que si nous comptons aujourd’hui parmi les leaders sur certains marchés, c’est bien parce que l’on nous fait confiance. A ce titre la vigilance vis-à-vis de la protection des droits humains joue un rôle prépondérant, compte tenu de nos opérations et de notre présence dans 28 pays.

Enfin, pour rendre compte de notre performance et de la valeur générée par notre engagement et notre ancrage territorial, nous les lions à notre contribution au développement économique des pays où nous sommes implantés. C’est une boucle vertueuse : la création de valeur en local crée de l’emploi et contribue au développement d’une classe moyenne et plus largement à l’économie nationale. Nous avons conduit des études approfondies des retombées de nos opérations dans 4 pays et cette mesure de la création de valeur nous a permis de connaître nos impacts par rapport à trois niveaux d’analyse : l’empreinte locale, l’empreinte élargie et enfin l’empreinte des actions RSE grâce à laquelle nous avons prouvé le gain significatif de nos initiatives. La démarche et les résultats sont précisés dans notre rapport annuel intégré 2017.

Pouvez-vous nous rappeler les grands axes de la politique RSE d’Orange, et comment s’articulent-ils avec les objectifs de performance ?

Nous agissons au quotidien pour faire du digital un levier de progrès  pour tous, à travers trois grands axes pour lesquels nous avons pris des engagements et nous rendons compte des résultats obtenus à travers le suivi d’indicateurs de performance.

D’abord être un opérateur de confiance, vis-à-vis de nos salariés comme de nos clients. Cela passe par les politiques RH du Groupe et des initiatives dans le domaine du marketing durable, de la protection des données, de l’accompagnement des usages numériques ou encore des achats responsables. Ensuite, participer activement au développement socio-économique des pays dans lesquels nous déployons nos activités. Nous y soutenons l’écosystème d’innovation (fablabs, incubateurs, programmes d’accompagnement des start-up, etc.) et les entrepreneurs qui développent des produits et services répondant à des besoins locaux en exploitant les TIC notamment à des fins sociétales ou environnementales. Enfin, nous souhaitons être acteurs de la transition écologique et énergétique, avec deux volets essentiels concernant la réduction de consommation d’énergie et l’économie circulaire, avec la mise en œuvre de plans d’actions pour réduire notre propre impact environnemental et également permettre à nos clients de mieux maitriser le leur.

Comment se traduit l’engagement d’Orange en faveur des droits humains dans ses activités ?

Envers nos collaborateurs, nos clients et plus généralement la société, nous opérons en permanence dans le respect des droits fondamentaux, du dialogue social, en tenant compte des enjeux de liberté d’expression et des attentes à propos de la protection des données privées. Nous menons également une politique RH active en matière de diversité et bien sûr de développement des compétences. Sur la question de l’égalité professionnelle, nous déployons des programmes dans toutes les filiales du Groupe à travers le monde. La culture ou le manque de législation d’un pays ne sauraient être un frein à la mise en place de cette politique qui est un des éléments de fierté d’appartenance pour nos collaborateurs.

Nous réaffirmons par ailleurs que la RSE ne s’arrête pas aux murs de l’entreprise : nous sommes responsables de ce qu’il se passe chez nos fournisseurs et sous-traitants. Si nous sommes en compétition avec les autres opérateurs, nos fournisseurs sont souvent les mêmes et viennent des mêmes parties du monde. Nous croyons à la force des coalitions pour faire progresser la conduite des affaires. C’est pourquoi nous avons, avec Deutsche Telekom et Telecom Italia, été à l’initiative de la création de la JAC (Joint Audit Cooperation) qui regroupe aujourd’hui 17 opérateurs.

Dans ce cadre, nous partageons nos audits de sous-traitants selon des grilles d’analyse communes et organisons chaque année un forum avec nos fournisseurs et des ONG pour parler de sujets sur lesquels nous souhaitons les sensibiliser et échanger de bonnes pratiques. Grâce à cette démarche, nous améliorons les conditions de travail, renforçons la lutte contre la corruption et les actions permettant de réduire la pollution tout au long de la chaîne de sous-traitance. Il est important de souligner que les fournisseurs constatent également le retour sur investissement de leurs actions en matière RSE sur la productivité et leur performance. C’est la preuve que l’adoption de bonnes pratiques éthiques engendre des résultats économiques positifs.

Orange participe cette année  au Forum Convergences. En quoi ce type d’initiative permet-il de faire bouger les lignes ?

Le Forum Convergences fait partie des initiatives inspirantes dont la qualité et l’utilité sont reconnues par tous. Les thèmes abordés se réfèrent aux Objectifs de Développement Durable (ODD) et suscitent des réflexions majeures et d’actualité pour la conduite de leur atteinte. Il y a une vraie diversité de profils de participants, investis et ouverts à l’échange. Beaucoup d’ateliers, de conférences ou de tables rondes portent d’ailleurs sur le numérique comme levier de changement, permettant des rencontres et un dialogue très enrichissants.

[box]

Le Forum Convergences : vers un monde équitable et durable

Les 3 et 4 septembre 2018, à Paris, le Forum mondial Convergences rassemblera plusieurs milliers de professionnels autour du thème “Faire société, faire demain”.

Pendant ces deux jours, Orange  interviendra sur plusieurs thématiques. Lancé en 2008, le Forum propose aux experts et décideurs internationaux un espace d’apprentissage, de rencontre et de travail de haut niveau pour élaborer ensemble les réponses aux défis sociaux et environnementaux qui touchent tant les pays dits développés que les pays dits en voie de développement.

[/box]

Actualité partagée par

E-RSE newsletter