PSA Peugeot-Citroën et les émissions de CO2 truquées

PSA Peugeot-Citroën et les émissions de CO2 truquées

Lisibilité

A A A

Dans le cadre de notre opération CAC21, nous avons permis aux internautes d’interroger des entreprises du CAC40 sur leur politique environnementale. Au total, les internautes ont posé plus d’une centaine de questions aux 20 entreprises qui ont accepté le défi #CAC21. En vidéo, les entreprises ont répondu. Vous pouvez consulter l’ensemble des vidéos et des questions sur notre page CAC21.

Patrice-Henry Duchêne, Délégué au Développement Durable répond aux questions des internautes de http://e-RSE.net sur la politique environnementale du groupe. Il revient sur la question des logiciels de limitation d’émissions constatées dans le scandale Volkswagen.

Alexandre, conseil en communication RSE demande à PSA :

« Disposez-vous sur vos véhicules diesel de systèmes de limitation temporaires d’émissions polluantes, analogues à ceux qui ont été découverts chez Volkswagen, Audi et Skoda ? »

Patrice-Henry Duchêne, Délégué au Développement Durable chez PSA :

Je pourrais me contenter de vous faire une réponse qui serait finalement extrêmement rapide : évidemment non. Par contre, dans le bruit médiatique actuel, où on entend que finalement, il s’avèrerait que les émissions constatées dans la vraie vie sont différentes des émissions qui sont mentionnées dans la communication des constructeurs, ce bruit médiatique équivaut un petit peu à dire « Oulala les constructeurs, tous des méchants, tous des menteurs ».

Et alors là j’aimerais simplement apporter cette précision, le menteur ce n’est pas le constructeurs quelque part, le menteur c’est l’autorité politique. C’est à dire c’est la commission Européenne, qui a mis au point un test d’homologation, qui est X, qui a un grand mérite, qui est celui déjà d’étalonner les voitures et les constructeurs les uns par rapport aux autres. Mais c’est un système qui a ses failles et nous ne faisons nous constructeurs, que reporter dans notre communication les valeurs d’émissions et de consommation qui sont les valeurs constatées dans ce système. Nous sommes, nous chez PSA Peugeot Citroën, militants depuis longtemps pour une évolution de ces normes d’évaluation, puisque nous sommes à la fois partisans d’un renouvellement de ce système d’homologation en passant à un système toujours en labo et toujours sur banc, mais qui reproduise de manière beaucoup plus fidèle les conditions entre guillemets de la « vraie vie ». Et nous sommes également favorables à ce que, à côté de ces normes officielles, il y ait également les valeurs de ce qu’on appelle « RDE », c’est à dire les conditions réelles de roulage, qui figureront à côté des chiffres issus des homologations officielles et ces chiffres seront issus d’un vrai roulage, sur des vraies routes, avec de vraies conducteurs à bord. Mais bien évidemment, et je le répète, PSA Peugeot-Citroën n’a absolument pas triché, jamais dans son existence. Ce n’est pas dans l’ADN du groupe du tout, et je suis assez content des premières déclarations du ministère de l’Environnement suite aux premiers tests qui portaient sur 10 voitures prélevées sur le parc par le ministère, testées par l’UTAC et qui ont révélé que les constructeurs français étaient ceux qui avaient les valeurs les plus proches des valeurs d’homologation lorsqu’elles ont été constatées sur le circuit de Montlhéry il y a quelques jours