L’air des Bureaux dans lesquels vous Travaillez est-il Toxique ?

L’air des Bureaux dans lesquels vous Travaillez est-il Toxique ?

Lisibilité

A A A

Cette semaine, une nouvelle résolution RSE pour 2016 : vérifier la qualité de l’air intérieur des locaux dans lesquels vous travaillez et adoptez quelques gestes pour l’améliorer.

La qualité de l’air au bureau : une problématique encore méconnue

Parmi les stratégies de RSE les plus évidentes et les plus connues, on peut citer : une meilleure gestion du papier, un plan de gestion des déplacements d’entreprise, ou encore une stratégie RH plus responsable. Mais il existe aussi une problématique très importante, aussi bien du point de vue de la santé des salariés que de l’environnement : celle de la qualité de l’air au travail.

Vous ne le savez peut-être pas mais vous travaillez sans doute dans un air intérieur très pollué. On entend chaque année parler de la pollution de l’air extérieur durant les pics de pollution, notamment à Paris, mais il s’avère que l’air intérieur peut-être encore plus pollué. Une étude menée par l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur en 2015 avance que l’air intérieur serait entre 5 et 7 fois plus pollué que l’air extérieur. Quand on sait que l’on passe en moyenne entre 7 et 10 heures par jour au bureau, cette problématique devient fondamentale pour les salariés et notamment pour leur santé.

Pourtant, aujourd’hui très peu d’entreprises mettent en place un vrai diagnostic sur cette question de la pollution de l’air intérieur. Et il est sans doute temps que les choses changent.

Qu’est-ce que la pollution de l’air intérieur ?

Qualité de l'air intérieur au bureau

Mais d’où vient cette pollution de l’air intérieur ? D’un peu partout, d’après l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, moquettes, revêtements des sols, peintures, plastiques, produits ménagers, meubles, produits de décoration, chaudières et systèmes de chauffage, mais également la bureautique, les imprimantes, les encres des papiers imprimés… Tous ces éléments sont composés de matières ou de peintures qui contiennent ce que l’on appelle des composés volatils ou semi-volatils.

Dans une pièce, ces composés se diffusent progressivement dans l’air et atteignent rapidement des concentrations non négligeables. Concrètement, les produits que nous respirons toute la journée au bureau sont nombreux : formaldéhyde, monoxyde de carbone, benzène, naphtalène, trichloroéthylène, tétrachloroéthylène, particules, acide cyanhydrique, dioxyde d’azote, acroléine, acétaldéhyde… Parmi ces composés, certains sont connus pour accentuer les maladies respiratoires comme l’asthme, mais certains sont aussi cancérigènes à long terme et peuvent avoir des effets néfastes sur la santé en général.

L’air de nos bureaux est-il pollué ?

Contrairement à l’air extérieur ou même à l’air intérieur des logements, la qualité de l’air intérieur des bureaux est une problématique encore peu connue. Très peu d’études de grande ampleur ont été menées à ce jour. La plus importante, menée par l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur dans le cadre du projet européen Officair n’a porté que sur 37 immeubles. Si cette étude notait des teneurs en particules polluantes « globalement faibles » par rapport aux valeurs de références de l’OMS, il faut toutefois noter deux choses. D’abord, les valeurs de référence utilisées lors de l’étude ne sont pas forcément les plus conservatrices. Les valeurs proposées par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire pour certains polluants sont 10 fois inférieurs à celles de l’OMS. Pour certains polluants comme le benzène, la valeur de référence utilisée correspond à une « probabilité qu’une personne exposée sur 10 000 personnes développe une leucémie », ce qui représente un risque très fort. Deuxième point à noter, la taille du référentiel de l’étude est faible. 37 immeubles mesurés, durant 2 semaines chacun seulement, et moins d’une vingtaine de polluants mesurés sur le millier existant. Dans ce contexte difficile de généraliser les conclusions de l’étude.

Comment savoir si l’on respire un air pollué au bureau ?

Capture d’écran 2016-01-27 à 10.27.59

Pour connaître la qualité de l’air de nos bureaux, une seule solution : demandez à votre employeur de faire un diagnostic. De nombreuses agences de consulting environnemental proposent ce service, et le Guide de l’Eco-responsabilité de l’ADEME propose aussi un système d’auto-diagnostic.

Pour de petites structures, ces démarches peuvent être complexes, mais il est aussi possible d’adopter des gestes simples pour prévenir la pollution de l’air au bureau. Un guide très complet publié par l’Observatoire de la Qualité de l’Air intérieur donne une liste de bonnes pratiques pour assainir l’air intérieur : aérer régulièrement au moins 10 minutes par jour, lutter contre l’humidité, utiliser des produits ménagers plus sains… Le guide est à destination des logements de particulier mais une bonne partie de ces pratiques sont utiles aussi au bureau.

L’aération naturelle est plus efficace que l’aération mécanique pour évacuer les poussières et les polluants, privilégiez donc l’ouverture des fenêtres. Il est aussi possible d’installer des filtres sur les aérations mécaniques, de bien faire vérifier ses systèmes de chauffage… Il est conseillé de limiter l’utilisation de produits volatils comme les parfums d’ambiance, mais aussi celle des produits ménagers qui peuvent contribuer à la pollution de l’air intérieur. L’Association Santé Environnement France propose par exemple un guide du « bio ménage », comprenant une liste de produits réputés moins polluants que les produits d’entretiens classiques.

 

Vous savez ce qu’il vous reste à faire si vous souhaitez, enfin, respirer un air sain au bureau.

  • Kudzu Science

    Il existe également dans le commerce des kits d’analyse clé en main pour réaliser soi-même un diagnostic de la qualité de l’air intérieur de son bureau: formaldéhyde, composés organiques volatils, moisissures, allergènes …

    • C2S

      Au dela des kits de mesures de polluants qui permettent une première évaluation, il est nécessaire de faire réaliser un diagnostic de QAI complet par un professionnel. En effet les problématiques de QAI sont aussi variées que complexes, faisant intervenir diverses composantes du bâtiments comme l’aération ventilation, les matériaux , les usages … par expérience pour une démarche efficace et durable notamment dans une démarche RSE il faut être accompagner ;
      Sylvain C2S-airintérieur

  • Kudzu Science

    Pour savoir comment agir pour améliorer la qualité de l’air intérieur de son bureau, il est important de bien identifier quels sont les polluants présents et lesquels présentent le plus de risque pour la santé: formaldéhyde, composés organiques volatils, moisissures, allergènes … plus d’informations sur ces polluants sur le blog du Home Testing http://www.blog-hometesting.com Vous pouvez utiliser des kits d’analyse disponible dans le commerce pour réaliser vous-même ces diagnostic.