Le réchauffement climatique va doubler les inondations côtières d’ici quelques années

Le réchauffement climatique va doubler les inondations côtières d’ici quelques années

rechauffement-climatique-inondation-cote-niveau-mer
Lisibilité
by Clément Fournier Clément Fournier
A- A A+

Une étude vient de paraître et tire le signal d’alarme concernant la montée du niveau de la mer. Une montée de seulement quelques centimètres pourrait aggraver fortement le risque d’inondations côtières, de tempêtes et de submersions marines. Il est temps d’agir.

On le sait, aujourd’hui le changement climatique a pour conséquence la fonte des glaces notamment en arctique et en antarctique. En l’espace de 10 ans, les glaces des pôles ont perdu une surface équivalente à celle d’un pays comme le Mexique. Et le résultat de cette fonte c’est bien évidemment que le niveau de la mer monte. Malgré tout, il est encore difficile d’imaginer les conséquences d’une telle hausse des niveaux de la mer. Pourtant, une étude vient de se pencher sur cette question, et ses conclusions sont plutôt alarmantes.

Réchauffement climatique, montée du niveau de la mer : de quoi s’agit-il ?

On sait qu’aujourd’hui la fonte des glaces affecte le niveau des océans. Le principe est simple : puisque la glace arctique fond, la quantité d’eau contenue dans les océans augmente régulièrement. Mais un autre phénomène est aussi à l’oeuvre, moins connu : l’expansion du volume océanique. Avec le réchauffement climatique, la température moyenne des eaux a tendance a augmenter. Non seulement cela accélère la fonte, cela perturbe les circulations océaniques, mais en plus cela a un effet sur le volume de l’eau. En effet, entre 0 et 4 degrés, l’eau est dans un état de contraction maximum : elle prend “peu” de place. Mais dès que l’on dépasse 4 degrés, l’eau se dilate de plus en plus quand on la réchauffe. Cela signifie qu’une eau à 8 degrés par exemple, occupe plus de volume qu’une eau à 6 ou à 4 degrés. Avec le réchauffement, non seulement il y a plus d’eau, mais en plus cette eau prend plus de place. Résultats ? Le niveau des océans monte.

Pour l’instant, le rythme de cette hausse est difficilement perceptible. On estime que chaque année, le niveau des océans augmente environ de 4 mm. À l’échelle humaine, on voit très peu la différence. Ainsi en moyenne, depuis le début de l’aire industrielle le niveau des mers n’aurait augmenté que de quelques dizaines de centimètres (dont 8 à 10 centimètres depuis les années 1990). Mais ce que l’on ne voit pas, c’est que cette hausse des niveaux marins, bien que faible, a des conséquences sur les circulations des flux marins et sur les phénomènes météorologiques. Et cela pourrait avoir des conséquences graves pour nos sociétés !

inondations-crues-changement-climatique-rechauffement

Une multiplication des inondations à cause du réchauffement climatique

Niveau de la mer et inondations : une relation complexe

En effet, une étude récemment publiée dans Scientific Reports montre que même de faibles augmentations du niveau des mers pourraient amener à une multiplication drastique des inondations côtières. Une augmentation de seulement 2.5 cm du niveau des mers pourrait ainsi doubler la fréquence des évènements où l’on observe des niveaux élevés des mers (comme c’est le cas pour les grandes marées). Une augmentation de seulement 5 à 10 cm signifierait un doublement de la fréquence des inondations côtières importantes dans les zones à risque (ce que l’on appelle les submersions marines). Et à 20 cm, les inondations doubleraient sur toute la surface du globe.

Qu’est-ce qui explique qu’une si petite hausse puisse avoir de si lourdes conséquences ? Cela est du à la structure extrêmement complexe du climat et des circulations atmosphériques. Au niveau local, lorsque des inondations côtières se produisent, elles sont en effet liées à des facteurs divers : le niveau de l’eau, sa température, le taux d’évaporation et d’humidité dans l’air, la force des vagues, la force des vents, les forces d’attraction lunaires et solaires… En résumé : les phénomènes de grandes marées ou d’inondations sont souvent cycliques car ils sont en partie causés par des cycles lunaires (notamment), mais les conditions météorologiques locales ont aussi une importance cruciale dans le déclenchement et l’intensité de ces phénomènes. Météo France explique ainsi que dans les phénomènes de grandes marées et d’inondations, voire de tempêtes inondantes (comme dans le cas de la Tempête Xynthia), les conditions météorologiques (vent, intensité des marées, humidité dans l’air) jouent un rôle important, un rôle d’amplification.

Or le réchauffement climatique perturbe justement ces conditions climatiques, notamment la circulation hydro-atmosphérique et la répartition des hautes et basses pressions. Et selon l’étude de Scientific Reports, ces modifications pourraient localement avoir des effets amplificateurs importants qui augmenteraient à la fois la fréquence et la force des phénomènes inondants (marées, tempêtes, pluies…).

Niveau de la mer et inondations : des effets inégaux selon les régions

Selon l’étude, c’est surtout dans les régions proches des tropiques, ou dans les régions avec des coefficients de marées plus faibles que l’on observera le plus les conséquence de la montée du niveau de la mer. En effet, dans ces zones où la variabilité du niveau de la mer est plus faible, une augmentation du niveau, même faible, représente proportionnellement un changement plus important. Les zones à risques seraient par exemple les zones tropicales sud-américaines, africaines et sud-est asiatiques. Des villes comme Abidjan, Ho Chi Minh ou encore Bombay, proches des côtes, pourraient même être affectées régulièrement par des inondations liées à la hausse du niveau de la mer.

Mais les pays occidentaux ne seraient pas non plus épargnés : les côtes américaines ou européennes sont également à risque. La ville de San Fransisco, celle de Seattle ou encore de Vancouver (en fait, toute la côte Pacifique de l’Amérique du Nord) font aussi partie des zones jugées risquées par le rapport. En Europe, c’est toute la côte Atlantique qui serait touchée par des phénomènes d’inondations de plus en plus fréquents et de plus en plus forts. En d’autres termes, à l’avenir, on risque de voir des grandes marées ou des tempêtes comme Xynthia de plus en plus fréquemment sur la côte ouest de la France. Et cette réalité est toute proche : selon l’étude, il suffirait d’une hausse de quelques dizaines de centimètres pour que ces phénomènes se déclenchent. Or depuis 1991, le niveau de la mer aurait déjà augmenté d’une dizaine de centimètres.

Quand on sait que le phénomène s’amplifie avec la montée des températures, cela veut dire qu’il y a urgence à agir…