A San Francisco, Economiser l’Eau n’a jamais été aussi Excitant

A San Francisco, Economiser l’Eau n’a jamais été aussi Excitant

Lisibilité

A A A

La Californie est une région qui fait face à des périodes de sécheresses de plus en plus intenses et fréquentes. Ces sécheresses ont des conséquences extrêmement négatives dont notamment la diminution des stocks d’eau potable, vitaux à l’agriculture et au train de vie des habitants du Golden State. Pour arriver à économiser l’eau, la ville de San Francisco a lancé une campagne de sensibilisation audacieuse jouant sur des allusions, dirons nous, assez « olé-olé ».

La campagne

Dans un contexte de crise économique et environnementale, le consommateur est accablé de contraintes. Il doit faire attention à son budget, recycler, faire attention à sa nutrition, payer les études de ses enfants et la maison de retraite de ses parents. Il change profondément ses habitudes et il est donc toujours plus difficile lui demander « encore plus ».

dirty hand doing it jiggle it quickie satisfied

A l’origine de cette campagne,  The San Francisco Public Utilities Commission (SFPUC) était bien consciente de cet enjeu et a décidé d’utiliser un thème atypique pour accrocher le citoyen San-Franciscains : le sexe.

Une situation de crise

Le manque d’eau en Californie est un sujet qui ne date pas d’hier. Par exemple dans Chinatown, réalisé par Roman Polansky, Jack Nicholson dans la peau de Jake Gittes enquête sur un meurtre lié aux guerres de l’eau durant les années 1930. Cependant, sous les effets conjugués de l’inflation de réglementations, de l’intensification du développement économique et du réchauffement climatique, les pénuries se sont amplifiées au cours du temps.

Depuis 2010, la sécheresse sévit chaque été en Californie et 2014 ne va pas déroger à la règle selon les experts. Conséquence du manque d’eau, les incendies s’enchainent et les agriculteurs voient leurs récoltes s’effondrer faute d’irrigation et d’assèchement des sols. Le niveau des rivières baisse drastiquement à tel point que des hommes attisés par le haut niveau du prix de l’or se remettent à chercher le précieux métal doré dans les lits asséchés. Les stocks restants en eau douce font aussi grise mine. Par exemple, le manteau neigeux qui fournit plus d’un tiers des ressources en eau douce de l’Etat se situe à 18% de son niveau moyen. Résultat : fin mai 2014, le bilan de la sécheresse était déjà estimé à 1,7 milliards de dollar.

Devant l’urgence, Jerry Brown, le gouverneur de l’état de Californie, a déclaré à nouveau l’état d’urgence demandant aux habitants de réduire leur consommation d’eau de 20%. La campagne du SFPUC s’inscrit directement dans cet objectif en misant sur les économies liées aux petits gestes du quotidien. Les américains étant particulièrement connus pour leur surconsommation, agir sur leur comportement au quotidien pour notamment économiser l’eau pourrait permettre de réduire significativement leur empreinte écologique.

SONY DSC

Est-ce suffisant ?

Si la campagne possède un ton pertinent, son impact sera-t-il suffisant pour faire changer significativement les habitudes des habitants de San Francisco ?

Adopter un nouveau comportement est un processus long qui passe d’abord par un changement des mentalités. Cette campagne s’attaque directement aux perceptions des habitants mais ces mêmes habitants ont longtemps pratiqué un mode de vie où le niveau de leur consommation d’eau était le cadet de leur soucis. Ce changement est nouveau et on peut donc imaginer que cette campagne ne sera pas suffisante. Et pourtant, la municipalité a déjà enregistré une baisse de la consommation d’eau de 5% en mai par rapport aux projections initiales. Un premier signe positif qu’il faudra accentuer pour remédier à la situation d’urgence.

Découvrez aussi plus d’initiatives en lien avec les Nudges sur e-RSE

 

Source de l’image de couverture : Flickr, Licence CC

Initiative découverte sur Fastcoexist