[Solidarité] C’est prouvé : un salarié engagé en vaut deux !

par Lucie Gaudens Lucie Gaudens

Malgré l’évolution des modes de management ou l’amélioration du cadre de travail, l’engagement et la motivation des collaborateurs s’effritent. L’étude du cabinet conseil en gestion des talents Korn Ferry nous alerte : s’ils étaient 73 % en 2013 à se dire motivés à aller au-delà de ce qui est attendu d’eux au travail ils sont 68 % en 2018. En parallèle, une récente étude Opinion Way démontre que l’engagement solidaire des salariés, que ce soit à leur initiative ou à celle de l’entreprise, apparait comme un atout pour l’entreprise ! Retour sur les principaux enseignements de cette étude avec Lucie Gaudens, Responsable Communication chez microDON. 

Des salariés engagés… hors de leur entreprise

Les salariés français sont des citoyens engagés dans la sphère privée (61 %) et les 39 % qui ne le sont pas, manifestent un intérêt certain pour un engagement de cet ordre. Ils sont principalement engagés auprès d’une association (41 %). Ce qu’ils en retirent ? De belles rencontres pour 43 %, des connaissances ou savoir-faire pour 38 % ou encore de l’énergie positive, des compétences relationnelles et une forme d’épanouissement pour 34 %.

42 % des salariés parlent de son engagement au travail, surtout avec les collègues. La direction elle, est très peu souvent tenue informée. D’ailleurs une très forte majorité des salariés pense que l’entreprise ne valorise pas ces engagements ni même s’y intéresse (92 %). Pire, une moitié d’entre eux disent que si elle était au courant, l’entreprise les pénaliserait, refuserait de leur accorder du temps ou essaierait de les en dissuader. C’est vous dire l’image qu’ont les salariés de leur entreprise en matière de solidarité ! Et si on changeait ça ?

Une attente des salariés : s’engager dans le cadre du travail

Oui ! Les salariés français aimeraient que leur entreprise leur propose des façons de s’engager. Ils sont 73 % à penser que ce serait normal, légitime, qu’elle leur propose de s’engager dans des causes. A travers des congés spécifiques (42 %), des journées de solidarité (33 %) ou encore du mécénat de compétences (27 %) par exemple. Mettre son savoir-faire au service d’une bonne cause sur son temps de travail (comme par exemple chez Bouygues Telecom, MAIF ou encore L’Oréal) : très peu de salariés le font. Seuls 15 % des répondants ont déjà participé à ce genre d’initiative. Rien de plus normal quand on voit qu’elles sont encore très peu développées ou ne serait-ce que visibles d’une grande partie des salariés : 42 % affirment qu’aucune initiative n’existe au sein de leur entreprise. Près de 2/3 des salariés estiment qu’elles ne sont pas encouragées par leur entreprise.

L’engagement solidaire : une stratégie gagnant-gagnant

Au-delà des perceptions et des déclarations, la sentence de l’étude est sans appel : les engagements pluriels des salariés sont fortement corrélés avec leur engagement au travail et favorisent de ce fait la performance de l’entreprise au global. C’est gagnant-gagnant.

Dans les faits, on note effectivement une très forte augmentation du sentiment de fierté de travailler pour son entreprise (90 % pour un salarié engagé au moins dans une initiative proposée par l’entreprise contre 66 % pour un salarié engagé dans aucune initiative), un bien plus fort épanouissement dans le travail (80 % contre 62 %), une plus forte contribution aux actions attendues (82 % contre 62 %) ou encore une forte adhésion aux valeurs et la culture d’entreprise (81 % contre 58 %), la solidarité étant un formidable levier de partage de valeurs et de création de liens . Cet engagement est également impactant sur sa stratégie de recrutement puisque 83 % des salariés engagés dans une initiative de leur entreprise recommanderaient leur employeur contre 59 % pour ceux qui ne le sont pas.

Conclusion : l’entreprise a donc tout à gagner à embarquer ses salariés dans des bonnes causes ! Vous souhaitez vous lancer et vous ne savez pas par où commencer ? Réalisez en 5min votre auto-diagnostic en ligne. Développé par microDON et ProbonoLab, l’outil est gratuit et permet aux entreprises de dresser un premier état des lieux sur leur engagement et d’obtenir des pistes concrètes et adaptées selon leur profil pour progresser et aller plus loin.