L’Université des Abeilles : Guerlain invite la protection des abeilles à l’UNESCO

par Clément Fournier Clément Fournier

universite-abeille-guerlain-2019

Le 22 mai, à l’occasion de la Journée Mondiale de la Biodiversité se tenait au siège de l’UNESCO à Paris l’Université des Abeilles. Initiée par Guerlain, ces journées de sensibilisation visent à promouvoir et renforcer la protection des abeilles. 

Chaque année, le 22 mai se tient la Journée Mondiale de la Biodiversité. L’occasion de revenir partout dans le monde sur les menaces qui pèsent sur les espèces mondiales et sur la dégradation de la diversité vivante, à l’heure où l’on parle désormais volontiers de la « sixième extinction de masse ». Et lorsque l’on parle de menaces sur le vivant, une espèce vient particulièrement à l’esprit : les abeilles.

C’est pour cette raison que depuis 3 ans, dans le cadre du programme Man and Biosphere de l’UNESCO a lieu l’Université des Abeilles, organisée par Guerlain et soutenue par de nombreux partenaires, parmi lesquels e-RSE.net, l’Observatoire Français d’Apidologie, ou encore l’association “Humanité et Biodiversité” association nationale reconnue d’utilité publique et agréée au titre de la protection de la nature par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire. Retour sur la troisième édition de cet évènement, qui a eu lieu le 22 mai 2019 au siège de l’UNESCO à Paris.

L’Université des Abeilles : un évènement pour la sauvegarde de la biodiversité mondiale

C’est Guerlain, dont l’abeille est depuis longtemps l’animal-symbole, qui a donné naissance à l’Université des Abeilles en 2017, consciente du rôle indispensable des abeilles dans l’univers de la cosmétique et de la parfumerie. L’Université des Abeilles veut rassembler les experts et spécialistes de la protection des abeilles pour mieux comprendre les causes et les conséquences de la disparition de cet insecte pollinisateur indispensable. Objectif : sensibiliser le public et les organisations à l’enjeu de la protection des abeilles, mais aussi trouver et développer des solutions innovantes pour transformer nos modes de vie et nos modes de production pour endiguer la crise.

En 2019, l’Université des Abeilles s’inscrivait dans le programme de l’UNESCO consacré à la protection du patrimoine vivant : Man and Biosphere. Ce cycle de conférences internationales rassemble plusieurs disciplines – sciences exactes et naturelles, sciences sociales, économie et éducation – et vise à améliorer les environnements humains et préserver les écosystèmes naturels et la biodiversité .

C’est dans ce contexte que se sont rassemblés à l’Université des Abeilles des dizaines d’experts : Henri Clément, porte parole de l’Union Nationale d’Apiculture Française, Jean-Marc Bonmatin, chercheur au CNRS, Eric Darrouzet, chercheur à l’Institut de Recherche sur la biologie de l’Insecte, Anne Larigauderie, Secrétaire Générale de l’IPBES (Fondation pour la recherche sur la biodiversité) et bien d’autres. Retour sur cette journée de l’Université des Abeilles 2019.

La disparition des abeilles : une crise sans précédent

Les insectes pollinisateurs et en particulier les abeilles subissent depuis des décennies une crise sans précédent : partout dans le monde, de nombreuses espèces d’abeilles sauvages sont menacées, les populations diminuent, l’habitat et les ressources alimentaires des abeilles se dégradent ou disparaissent. Depuis plus de 20 ans, on observe chaque année en France la diminution des populations d’abeilles, sauvages et domestiques. Des rapports de plus en plus précis pointent la menace qui pèse sur les insectes en général et en particulier sur les pollinisateurs comme les abeilles : une étude récente menée en Allemagne montrait que près de 80% des insectes volants avaient disparu en à peine 30 ans.

Face à ce constat, les experts mobilisés à l’Université des Abeilles l’assurent : des solutions existent. « On est en capacité d’agir, la nature reprend ses droits très rapidement” mais il faut agir vite, expliquait ainsi Anne Larigauderie (IPBES). Comment ? En transformant notre modèle agricole et notre usage des pesticides : « les néonicotinoïdes ont une action non sélective, et dans 80% des cas, on n’en a pas besoin” assure ainsi Jean-Marc Bonmatin, chercheur au CNRS à Orléans. En changeant notre rapport à la nature et en préservant les espaces naturels. En rassemblant les bonnes volontés pour co-construire et développer les initiatives de protection, de repeuplement des colonies, de sauvegarde.

À l’image de ce que propose Guerlain avec sa Bee School, dont l’objectif est de sensibiliser les enfants à la protection des abeilles, ou à travers son soutien aux programmes de protection de l’Abeille Noire d’Ouessant : une mobilisation globale pour protéger cet insecte menacé.

L’Université des Abeilles : sauver un chaînon indispensable

En outre, les Université des Abeilles sont aussi un moment d’en apprendre plus sur le monde fascinant des abeilles, insecte unique par sa complexité et ses structures sociales. Au carrefour du monde végétal et du monde animal, les abeilles sont indispensables à la vie. Leur rôle de pollinisateur en fait aussi un acteur indispensable de notre agriculture et de notre subsistance. Un véritable « génie des abeilles » décrit par Eric Tourneret, qui intervenait à l’Université cette année, dans son livre.